.

.

TOPS 10

TOPS 10

Semi-marathon Christian Granger de Boulogne-Billancourt (92)

Dimanche 16 novembre 2008

Reprise de la compétition après le Marseille-Cassis de la fin de mois d'octobre. Le cadre est moins sympa mais je m'aligne sur une distance à peu près similaire : le semi-marathon. Mon troisième de l'année après ceux de Paris et de Fontainebleau. Aujourd'hui le temps est gris, un peu de bruine mais une température douce (environ 10°) pour la saison. Je pars assez tôt ce matin afin de trouver une place pour la voiture. Un parking souterrain habituellement fermé le dimanche, nous est réservé gratuitement par l'organisation. Il s'est vite rempli malgré sa taille. Je me dirige enfin vers le gymnase pour retirer mon dossard et j'y retrouve Bernard. Je récupère le dossard 1248. On a également une puce de chronomètre que l'on conservera à la fin de la course en souvenir ainsi qu'un tee-shirt technique.

Avec Bernard on essaie de trouver une bonne place sur la ligne de départ. Il y a plus de 4000 participants. A 10 heures le départ est donné. on met environ une quarantaine de secondes pour franchir la ligne de départ. C'est assez dur de tracer son chemin car ça va dans tous les sens. Mais le plus, c'est que l'on est sur une longue ligne droite bien large. Ça aide à gérer le monde. Je suis Bernard et il me lâche même sur cette ligne droite à cause des autres coureurs. Je laisse faire, puis après le premier kilomètre je le retrouve et je passe juste devant lui. Je me retourne quelques instants après et c'est à son tour de ne plus être dans mon sillage. J'ai beau me retourner plein de fois mais malheureusement je n'arrive pas à le retrouver à cause de la taille du peloton. Je décide alors de partir.

Je me retrouve sur les bords de Seine qu'on ne va quasiment pas quitter de la course. Le parcours est bien roulant. Les seules "difficultés" sont les passages sous les ponts où la route descend puis remonte. Mes jambes sont assez lourdes mais la cheville ne m'embête pas vraiment. On croise le leader de la course qui passe sur l'autre côté de la chaussée en sens inverse. Pas le même monde ! Je poursuis ma course à ma vitesse. Je passe au km 5 en 22'12''. Ça va je suis bien dans mon objectif d'1h40'.

Quelques centaines de mètres plus loin, on pénètre un peu dans la ville mais après le 6ème kilomètre, retour sur les bords de Seine et son parcours roulant. Ce qui est très bon pour le moral c'est qu'en récupérant les bords de Seine on croise en sens inverse les coureurs qui se trouvent derrière moi. Et bien il y en a un bon paquet.

Ensuite c'est la seule vraie difficulté du parcours avec un passage sous un pont avec une bonne descente et surtout une belle remontée qui casse les jambes. Elle me rappelle la "Côte des Pompiers" qui se trouve à 2 km de l'arrivée du Marseille-Cassis. Je grimpe donc mais sans piocher, sans me mettre dans le rouge. Puis en haut c'est de nouveau tout plat. Plus loin je passe au km 10 en 45'16''.

On continue ensuite tout droit et juste après le 11ème kilomètre, on prend un virage très serré qui nous fait faire demi-tour et repartir dans l'autre sens. Je croise Bernard qui accuse environ 2 minutes de retard sur moi. Il a pas l'air mal du tout. J'arrive à rester dans mon rythme. Sur tout le parcours il y a énormément de monde pour nous encourager. Des groupes de musiciens assurent l'ambiance.

Kilomètre 15, je passe en 1h08'46''. Je suis toujours dans le rythme de mon objectif. Pendant un kilomètre je ressens comme des nausées sans trop comprendre pourquoi. Je prends bien mes ravitaillements. Mais bon, vers le km 16 ça va beaucoup mieux. C'est parti comme c'est arrivé. On refait un petit passage dans Boulogne, puis on reprend les bords de Seine. Je ne voie plus Bernard dans les coureurs que je croise.

Je commence à ressentir une petite gêne dans le mollet droit. Je préfère ralentir légèrement pour éviter l'arrivée de la crampe. On passe pour la seconde fois à la difficulté que j'assure sans forcer puis une fois en haut il reste environ 3 kilomètres pour rallier l'arrivée.

Je passe au km 20 en 1h32'54''. Puis virage sur la droite pour faire une longue ligne droite d'un kilomètre qui parait interminable. Je n'ose pas trop regarder loin devant mais je conserve mon rythme pendant ce kilomètre, puis on pique à nouveau à droite pour les 100 derniers mètres. J'accélère légèrement pour pouvoir doubler cinq coureurs et franchir la ligne d'arrivée. Je suis 1254ème/3906 en 1h37'54''. Je reçois une médaille commémorative. Sympa.

Je retrouve Bernard qui a fini 1711ème en 1h42'20''. On récupère nos vestiaires et une bonne douche nous attend. Je vais conserver un très bon souvenir de cette course avec une organisation qui s'est montrée à la hauteur.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bravo, tu as même du vocabulaire de pro que je ne comprends pas, je ne connais pas l'expression "grimper sans piocher". Encore bravo, malgré les Kénians tu es dans le 1er tiers.