.

.

TOPS 10

TOPS 10

20 km de Paris (75)

Dimanche 11 octobre 2009

Pour ma deuxième course de reprise après ces longs mois de blessure, j'ai décidé de continuer dans les belles courses parisiennes. En effet, après le Paris-Versailles, d'il y a deux semaines, je m'attaque à celle des 20 km de Paris. C'est le 30ème anniversaire de cette course. Je porte le numéro de dossard 11194. Rendez-vous donc sur le pont d'Iéna. Selon le speaker, nous sommes près de 27000 inscrits à cette belle course.

A 10 heures le départ est donné. On marche assez longtemps avant de franchir la ligne de départ puis c'est déjà la seule véritable difficulté du parcours. Il s'agit du premier kilomètre et de la montée autour du Trocadéro. Mais vu la masse importante de coureurs et la faible allure possible, la montée ne parait pas difficile du tout. Une fois en haut de cette côte, on pique vers la droite, avenue Raymond Poincaré. Cette avenue descend sur toute sa longueur, mais c'est un sacré bordel. Nous sommes beaucoup trop nombreux et on doit slalomer entre chaussée, trottoir et véhicules en stationnement.

On quitte Paris par l'avenue Foch puis j'entre dans le Bois de Boulogne pour plus de 7 kilomètres. La chaussée est très large et c'est donc beaucoup agréable qu'au départ. C'est assez plat même s'il y a quelques petits faux-plats montants ou descendants. Mais rien de méchant. Au km 5, c'est le ravitaillement. Un peu d'eau et je continue. Je commence déjà à fatiguer. Mais bon, ça à l'air d'aller un peu mieux que sur le Paris-Versailles.

Un peu avant le kilomètre 7, on tourne rapidement sur la gauche et je me fais une petite douleur dans la fesse droite. Une petite pointe de contracture. Juste après le passage de ce 7ème kilomètre il y a une montée. Je rame et je sers les dents. Puis en haut ça va mieux et je déroule tranquillement jusqu'au ravitaillement de la mi-course. Une compote de pomme et de l'eau sont à mon menu.

Après le passage du panneau indiquant le 11ème kilomètre, on descend sur les quais de la rive droite. Là je commence à ressentir de la lassitude. Les jambes sont lourdes à lever. Et de très loin on voit la Tour Eiffel. Mais le truc c'est qu'avant de franchir la ligne d'arriver faudra faire 6 kilomètres sur la rive droite puis 3 sur la rive gauche. De très très longues lignes droites. Tout ce que je n'aime pas. Mais par contre des spectateurs très nombreux nous réchauffent bien le coeur. Chants, musique, ... Des coureurs s'arrêtent devant moi. Ils sont à bout. On passe sous la ligne de départ face à la Tour Eiffel.

Plus que trois kilomètres sur la rive droite et une fois arrivé face aux Tuileries, je tourne sur la droite et retour vers la Tour Eiffel pour les trois derniers kilomètres sur la rive gauche. C'est très dur pas à cause du parcours qui est assez roulant mais surtout à cause de mon manque de préparation sur cette distance. Le passage sous l'arche du dernier kilomètre motive et le public est toujours massé le long du parcours. Y a rien de tel pour se regonfler. Dans les derniers 100 mètres j'arrive à grappiller quelques places.

Je finis 10389ème/ 21923 en 1h55'15'', temps scratch. Une jolie médaille couleur or autour du cou et je quitte Paris. Je suis cuit mais content d'avoir été au bout.

Aucun commentaire: