.

.

TOPS 10

TOPS 10

La Course des Jonquilles à Le Mée-sur-Seine (77)

Dimanche 28 mars 2010

Première course de l'année 2010 après une nouvelle coupure causée par des blessures. Ma dernière course remonte au mois de novembre à Aulnay-sous-Bois. Aujourd'hui, c'est direction Le Mée-sur-Seine, commune se trouvant juste à côté de Melun. C'est une course que je connais assez bien, car c'est la quatrième édition à laquelle je participe. J'ai très peu d'entraînement dans les jambes, pas du tout mon poids de forme, quelques douleurs sous le pied et le dos ... mais heureux d'être là pour enfin participer à une course. Que c'est bon, même si je sais que je risque de souffrir.

Un grand terrain est mis à notre disposition pour stationner nos véhicules et je vais retirer mon dossard qui sera le numéro 81. Puis je pars m'échauffer dans la forêt de Bréviande sur le parcours de la course. Comme le parcours est uniquement en sous bois j'appréhendais un peu le terrain car cela fait plusieurs jours qu'il pleut pas mal du tout, mais finalement il suffit de slalomer entre de grosses flaques d'eau et ça devrait aller.

A 10 heures je suis dans le peloton sous l'arche de départ de la course et c'est enfin parti. Contrairement à la plupart de mes courses, je ne pars pas trop vite, de peur d'être dans le rouge dès le départ. Ce serait pas top. Mon objectif de rentrée très modeste est de faire le parcours en 48 minutes sans me blesser. Je pars donc assez tranquillement dans la foulée d'un coureur qui a l'air de m'être accessible. A l'issue du premier kilomètre, on entre vraiment dans la forêt sur la droite et le sol est composé de sable. Ca me fait perdre un peu de vitesse, je m'enfonce un peu et je perds un peu mon rythme, mais ça ne dure que 200 mètres environ.
Ensuite on récupère des chemins avec au milieu une rangée de dalles. De nombreux virages jusqu'au km 2 où il y a une grande allée dégagée, puis à nouveau un virage sur la droite où au bout de cette longue ligne droite, on aperçoit un faux plat montant. Ca va je conserve mon rythme. Le coureur que je suivais au début de la course était passé derrière moi, mais il me repasse à la fin de ce faux plat. Je lui prends sa foulée jusqu'au km 3,5 puis je repasse devant.
On passe devant la ligne d'arrivée au km 5 en 23'00''. C'est bien, c'est à la seconde près le temps de passage que je visais. C'est parti pour la seconde boucle qui est identique à la première. Mais pendant deux kilomètres, j'ai un coup de pas bien. Je perds environ 25 secondes au kilomètres par rapport à mon rythme. Le coureur qui ne me quittait pas depuis le départ en profite pour me lâcher et fait le trou sur moi. Le passage sur le sable a encore était assez pénible pour moi, mais au niveau du petit faux plat j'arrive à me relancer et à reprendre mon rythme du premier tour. Dans le dernier kilomètre je vois que j'ai réussi à combler une partie de l'écart que mon binôme du jour avait creusé sur moi. J'accélère vraiment. A 200 mètres de la ligne d'arrivée je repasse devant lui. Il me colle. J'essaye de me redonner un peu de vitesse en plus mais là mon estomac me fait comprendre que pour mon niveau actuel, je suis à la limite. Une envie de renvoyer m'oblige à ralentir en peu sur environ 50 mètres puis je réaccélère à nouveau, fait un petit trou sur lui et j'arrive même à sprinter victorieusement avec un autre concurrent.

Je finis 99ème/231 en 46'45''. Je sais que c'est un temps très modeste mais meilleur que ce que je pensais être capable de faire. Surtout le dernier kilomètre en 3'53''. Un petit ravitaillement final, un petit coucou avec mes connaissances de course à pied, je me change et vivement la semaine prochaine à Fontainebleau.

2 commentaires:

Sophie a dit…

Tu as bien progressé depuis cette course.je garde un bon souvenir de cette"première"rencontre.qui aurait pu imaginer que notre relation allait devenir ce quelle est aujourd' hui?malgré les mauvais moments que nous avons si je devais retourner deux ans en arrière jouvrirais grand les bras à cette relation en laissant de côté les moments difficiles pour ne penser quau bons passés et à venir.jespere que comme moi tu ne regrettes rien de ce qu'on est devenus l'un pour l'autre en deux ans de temps et que tu ne voudrais pas revenir en arrière même en sachant les moments durs qui nous attendaient.

Jeff a dit…

Merci mon coeur. Non bien évidemment que je n'ai aucun regret. Je suis le plus heureux de tous. Notre aventure a démarré ici et n'est pas prête de s'arrêter. Quelle bonne idée de m'être mis à la course à pied. Ca m'a permis de te rencontrer et maintenant d'être fous amoureux l'un de l'autre.