.

.

TOPS 10

TOPS 10

12ème Ronde de Choisy-le-Roi (94)

Dimanche 22 mai 2011

Hier je suis allé dans le parc de l'hôtel de Ville de Choisy-le-Roi dans le Val de Marne pour y retirer mon dossard. Le numéro 473 m'a été attribué. Je récupère également le tee-shirt technique souvenir de la course qui nous est offert. Aujourd'hui, le temps est beau et le vent très faible. Il fait peut-être un peu chaud. Par contre je ne me sens pas bien du tout. J'ai des nausées, mes tendons sont tendus de chez tendus. Dès que j'y touche c'est super douloureux. Pour essayer de les mettre en température, je vais m'échauffer sur plus de 4 kilomètres. Ça commence à aller mieux mais les nausées bof bof. L'an passé j'étais inscrit à cette course. J'y étais même venu, mais pendant mon échauffement, je m'étais rendu compte que je souffrais d'une déchirure musculaire, alors j'ai du renoncer à me présenter au départ.

Avant ma course qui aura lieu à 10 heures, il y a la course des 5 km à 9h15 et après la mienne, il y aura celles des 800m et des 1600m pour enfants à 11h30. Il y a pas mal de monde sur les trottoirs pour encourager tous les protagonistes des différentes courses. Je me rends très inquiet et patraque sur la ligne de départ. Nous sommes assez nombreux et cette course est qualificative pour les championnats de France. Le juge arbitre nous dit que nous sommes plus de 400 inscrits sur cette course.

A 10 heures le départ est donné avenue Anatole France. Je m'étais bien placé dans le sas et j'arrive à suivre le groupe de tête. Je ne sens plus de douleurs aux tendons. Je regarde sur ma gauche et je vois un pont qu'on va devoir gravir à deux reprises lors des deux grandes boucles. Mais pour le moment j'en suis à ma petite boucle. C'est celle qui précédera les deux grandes. Nous tournons sur la droite avenue Rondu puis sur la gauche une fois sur la très large avenue de la République. Je passe au km 1 en 3'32''.

C'est sur cette avenue que nous tournons à 360° pour revenir sur nos pas. Mais ce virage très raide réveille mes douleurs. Je relance tant bien que mal mais je n'arrive plus à suivre. De plus cette avenue est interminable. Environ 1 kilomètre de ligne toute droite pour une avenue bien large. Le vent de face se fait sentir et il est dur de s'en abriter. Mais juste avant de se trouver à l'arche d'arrivée, nous tournons sur notre droite rue Waldeck-Rousseau. Cette rue est en très très léger faux plat descendant mais ça suffit pour récupérer.

Ma petite boucle se termine peu après le passage du panneau du km 2. Mais, après avoir traversé l'avenue Anatole France, nous sommes dans la première difficulté du parcours. Il suffit du fameux pont qui passe au dessus des voies ferrées et qu'on devra faire à deux reprises. C'est raide mais court et finalement ça passe très bien. Une fois en haut on redescend aussitôt pour trouver l'avenue Louis Luc puis quelques virages et nous sommes sur les bords de Seine sur le quai de Choisy. Je connais ce passage car lorsque j'ai participé au 10 km de l'humarathon 2010 nous y passions mais en sens inverse.

Il fait vraiment très chaud. En fait il y a une jolie différence de température entre les passages à l'ombre et ceux en plein soleil. Au bout du quai de Choisy, il y a un ravitaillement. J'y prends une éponge mouillée et un gobelet d'eau, puis c'est aussitôt un virage à angle droit sur la droite et une seconde petite côte. Je galère dès que ça monte aujourd'hui. Je ne suis vraiment pas dans mon assiette. Deux coureurs qui se trouvaient devant moi préfèrent monter cette côte sur le trottoir en marchant. Puis en haut on tourne sur la droite avant le vent de face. On longe les rails jusqu'à l'avenue Rondu qui me ramène sur l'avenue Anatole France, en laissant l'arche de départ loin dans le dos.

Je m'accroche tant bien que mal aux coureurs mais c'est vraiment très dur. Après avoir tourné à droite rue Robert Peary, cette dernière nous ramène sur la très large avenue de Newburn dont le nom devient avenue la République après avoir passé le panneau du km 5 que j'ai fait en 19'25''. Le vent est toujours présent sur cette longue ligne droite de près d'un kilomètre. Je sais que je perds pas mal de temps mais une fois au bout je suis content de me retrouver rue Waldeck-Rousseau et son petit faux plat descendant même si je sais que quelques mètres plus loin c'est la côte du pont. D'ailleurs cette côte se passe presque aussi bien qu'au premier passage. Seule la fatigue fait qu'elle est un peu plus difficile à monter.

La descente qui suit aide à la relance et après quelques centaines de mètres je me retrouve à nouveau sur le quai de Choisy en bord de Seine. Il fait moins chaud qu'en début de course, les nuages commencent à cacher le soleil mais il fait quand même très bon. Au bout de ce quai de Choisy, je prends une nouvelle fois une éponge mouillée et un gobelet d'eau et c'est à nouveau la petite côte à gravir. J'y vais tranquillement à mon rythme. Mais malheureusement mon rythme n'est vraiment pas élevé aujourd'hui.

C'est la ligne droite qui longe les rails avec le vent de face qui suit cette côte. Plus que deux kilomètres. Je vais faire un très mauvais chronomètre. Je suis sur la rue Rondu qui va à nouveau me ramener sur l'avenue Anatole France. Je reste avec un coureur qui me suit depuis près de deux kilomètres. Je le laisse passer pour m'abriter mais je tombe dans un faux rythme et dès qu'il accélère je ne peux pas le suivre. Enfin si ... de loin !

Virage sur la droite rue Robert Peary, passage au km 9 en un temps catastrophique : 36'12''. Il me reste 3'48' pour faire 40'. J'essaye d'accélérer. Je suis sur l'avenue finale pour le dernier kilomètre de la course. Dans un premier temps je reviens sur le coureur que je n'arrivais plus à suivre et je commence à "ramasser" quelques coureurs qui ont plus de mal à finir que moi. De loin j'aperçois l'affichage électronique du temps qui défile. Je donne le peu qui me reste. La "petite voix" qui n'arrête pas de me rabâcher : "Allez accroche toi" est toujours présente mais j'échoue de peu et ma série sous la barre des 40 minutes s'achève donc ici après 22 chronos sous cette barre.

Je termine 66ème/380 en 40'01''. C'est rageant d'être aussi près de cette barre mais de la rater. Je reste de longues minutes accroupi dans l'aire d'arrivée, très déçu de ma course. A mon GPS, j'ai une distance totale de 10,040 km. Les 40 mètres de plus auront eu raison de mes deux secondes manquantes. Ne cherchons pas d'excuse ! Je me dirige vers le ravitaillement final (eau, oranges, fruits secs, sucre, ...). La semaine prochaine je retrouve Bernard à la Celle-Saint-Cloud (78) pour un nouveau 10 km à label. Et j'espère bien y reprendre ma bonne habitude : celle de passer sous les 40 minutes !!!

2 commentaires:

Hélène a dit…

Tu ne t'arrêtes donc plus!! Fais attention à tes articulations pour pouvoir courir encore longtemps. Je te souhaite bonnes courses!

Jeff a dit…

Merci beaucoup Hélène. J'enchaîne car mi juin je pars à côté de Nancy pour faire une course à étapes. Alors je travaille la répétition de l'effort en compétition. Bisous.