.

.

TOPS 10

TOPS 10

21ème Corrida de Villeneuve-Saint-Germain (02)

Samedi 15 décembre 2012

Je me souviens que l'an passé, lorsque je suis venu faire cette corrida de Villeneuve-Saint-Germain dans l'Aisne, j'avais trouvé que le parcours était assez exigent avec pas mal de montées et de virages. Cette année je décide d'y retourner pour la seconde année consécutive avec pour ambition de faire mieux que l'année dernière même si j'étais venu en forme à l'époque. Le parcours est mesuré à 10,100 km. J'avais terminé l'épreuve 39ème en 41'14''. Elle est composée d'une boucle de 800 mètres avec une montée de 150 mètres puis 4 boucles identiques de 2,3 km avec à chaque tour une montée de 320 mètres et une de 160 mètres. C'est une organisation du club de CRAC-Soissons. Villeneuve-Saint-Germain se trouvant dans la banlieue de Soissons.

Je suis arrivé tôt sur place et je me stationne sur le petit parking de l'annexe de la Mairie. Je vais à la Salle Abel Souplet afin de m'inscrire. On me donne le dossard numéro 880. Il ne fait pas très chaud mais ça va quand même et il y a un vent assez fort qui souffle. Après être retourné à la voiture pour placer mon dossard sur mon débardeur et m'être préparé, je pars courir sur le parcours. Je fais 5,4 km d'échauffement et je me rends vite compte que le vent souffle de face sur chacune des montées. Pas très cool ça. Les chronos risquent de s'en faire ressentir.

A 15 heures je suis sur la ligne de départ. Le pistolet qui nous libère a quelques minutes de retard et c'est parti. Ça part très très vite surtout avec les coureurs du cru. Jean-Luc Jarvis qui a gagné la course de Colombes il y a 2 semaines est également dans le peloton de tête. On a commencé par la petite boucle de 800 mètres. Je n'essaye même pas de m'accrocher à tous ces coureurs qui sont beaucoup trop rapide pour moi. La première petite montée arrive et elle passe très bien. En haut, on tourne sur la gauche Rue de la Mairie et on passe une première fois sur la ligne d'arrivée. 


C'est parti pour la grande boucle. Au bout de la Rue de la Mairie, on tourne sur la droite pour la plus longue des montées, Rue de la Chaumière. Elle est d'abord rectiligne puis zigzague un peu. Ce n'est quand même pas de gros pourcentages. Mais ça a le mérite d'obliger de se battre pour maintenir sa vitesse. Surtout qu'il y a du vent de face même s'il est moins fort que pendant l'échauffement ! En haut on tourne sur la gauche et on descend Rue Wilfried Lanoiselle. Ça permet de bien se relancer et de souffler un peu mais en restant bien concentrer pour ne pas perdre de temps.



En bas, virage à droite Rue Albert Camus, qui tourne ensuite sur la gauche. Je profite de ce virage pour me retourner et voir une personne que je sais être plus forte que moi et je dois avoir une quinzaine de secondes d'avance. Ensuite on tourne encore sur la gauche Rue Jean Jaurès et on retrouve le vent de face mais c'est plat ici. Les virages sont tous serrés et on tourne sur la droite Rue de la Liberté. Tous les coureurs essayent d'emprunter des trajectoires parfaites pour éviter de perdre trop de temps à chaque virage. Cette Rue de la Liberté est très roulante et nous sommes protégés du vent. Tout au bout, on tourne encore sur la gauche pour retrouver notre ami le vent. C'est cette Rue Léo Lagrange qui doit être la plus longue ligne droite du circuit même si elle ne fait que 450 mètres.


Tout au bout, on tourne sur la gauche pour la montée de 150 mètres. Ça va toujours bien. En haut, Rue de la Mairie et je boucle la première grande boucle. C'est parti pour la seconde boucle identique avec d'entrée cette longue montée. J'ai l'impression d'être bien régulier mais je préfère ne pas regarder le chrono de peur d'être en retard à cause des montées. En haut on bascule dans la descente. Rue Albert Camus, je me retourne à nouveau et j'ai exactement la même avance avec mon point de repère. Je crains de fléchir un peu par la suite. Je passe au km 5 en 19'10''.


Mon 6ème kilomètre est un peu pénible. J'ai un peu de mal à conserver ma vitesse et d'ailleurs je perds pas mal de temps. Le vent me fatigue. Mais dès que j'ai passé l'affichage du km 6, je me relance très bien, pourtant c'est dans la longue montée. Je descends. Je me retourne comme à chaque tour et là j'ai fait le trou. Je commence à croire que je vais réussir à passer sous les 40' sur ce parcours loin d'être plat et en plus long de 10,100 km. Je fais jeu égal avec les coureurs qui sont une centaine de mètres devant moi.



J'entre dans mon dernier tour. J'arrive à monter la dernière côte à 14,6 km/h et dans la descente je m'aperçois qu'un groupe revient vite sur mes pas. Il n'est qu'à une centaine de mètres derrière moi. A 1 km de l'arrivée, le groupe est juste dans mon dos. Je hausse mon rythme et reste en tête de ce groupe jusqu'à la dernière montée. Un des coureurs se porte à ma hauteur et là je lâche les chevaux. Je repasse devant et en haut virage sur la gauche Rue de la Mairie et j'ai refait le trou. Je termine 32ème/116 en 39'52''


Content de mon chrono qui est meilleur de 1'22'' par rapport à l'année dernière. Je bats des coureurs que je n'avais encore jamais battu auparavant. C'est bon pour le moral. Une fois la ligne d'arrivée franchie, on rend les dossards et on nous offre un tee-shirt technique de la course. Il y a un ravitaillement mais je n'en prends pas. Je pars directement faire la grande boucle du parcours en guise de récupération. Après je retourne à la voiture me changer et direction la Salle Abel Souplet pour la remise des récompenses où un petit soucis de classement a lieu chez les premières féminines mais ça a été vite réglé, ainsi que le tirage au sort de cadeaux dont un téléviseur et un vélo. Mais comme à mon habitude ...

2 commentaires:

Bernard a dit…

Belle Corrida, j'étais dans l'Oise , mais en famille!
Bravo pour ton chrono.

Jeff a dit…

Tu aurais du passer courir pour aider ta digestion !!!