.

.

TOPS 10

TOPS 10

14ème Edition de la Prom' Classic (06)

Dimanche 6 janvier 2013

C'est la course la plus éloignée de mon domicile que je fais aujourd'hui et c'est la première fois que je cours dans les Alpes Maritimes. Je suis parti hier matin de Seine-et-Marne et je suis arrivé en début d'après-midi chez Bernard et sa femme qui vont m'héberger pour le week-end. Samedi en milieu d'après-midi, nous sommes allés sur la Promenade des Anglais à Nice à environ 1 km de l'hôtel "Le Negresco", qui fête son centenaire, où le village de la course a été implanté juste au pied de la plage. Le ciel est tout bleu et il fait doux. Nous récupérons nos dossards. Pour ma part j'ai le numéro 423 et Bernard le numéro 3189.



Une fois rentrés à la maison, nous nous changeons et on prend la direction du Parc Départemental de Vaugrenier qui se situe sur la commune de Villeneuve-Loubet. On va y faire notre footing dans ce Parc qui est assez accidenté mais surtout fort sympa. Il y a de nombreux joggers et de nombreuses familles avec leurs enfants.




En rentrant, on passe le long de la côte jusqu'à Antibes, où un magnifique couché de soleil vient nous narguer puis c'est l'heure de manger nos pâtes avant d'aller ce coucher.



Ce matin, le lever se fait à 6h30 et on quitte la maison à 7h00. Direction la Promenade des Anglais et on trouve une place juste au niveau du km 1. C'est très bien car les places sont rares. Pendant que Bernard va visiter le village de la course, moi j'en profite pour continuer ma nuit dans la voiture jusqu'à 9 heures. Puis c'est parti pour un petit échauffement d'un peu plus de 3 kilomètres. J'avais prévu un sac poubelle pour lutter contre le froid en attente du départ, mais en fait, il fait déjà bon et le ciel est tout bleu.



Le speaker annonce plus de 7500 inscriptions sur ce 10 km. C'est énorme. Le départ est composé de plusieurs sas afin de fluidifier le début de course. Il y a le sas des élites et des - de 35', puis le sas des - de 40' dans lequel je suis, celui des - de 45', puis celui composé uniquement des femmes qui ne veulent pas aller dans les sas de niveaux, celui des - de 51' (où Bernard se trouve) et pour finir le sas avec tous les autres concurrents. Le départ va s'établir par vagues, sas par sas toutes les 45 secondes et le classement se fera avec les temps réels des puces chronométriques.




Les premiers à partir sont les handisports puis à 10 heures le premier départ est donné. Quand c'est à nous de partir, malgré qu'il y ait des sas de niveaux, c'est tout de même une vraie cohue. Quelques coureurs jouent franchement des coudes pour se faire une place, manquant de faire chuter d'autres coureurs, ce qui n'est pas très élégant. On a démarré la course à l'extrême limite de la Promenade des Anglais car juste après c'est le Quai des Etats-Unis. On part sur la voie nord en direction de l'ouest, donc de l'aéroport. On va faire les 5 premiers kilomètres sur cette voie Nord puis au niveau du Parc Phoenix, on va faire un virage à 180 degrés pour revenir sur nos pas par la voie Sud et aller juste à côte de la ligne d'arrivée qui est à côté de celle de départ.




Lors du premier kilomètre, je perds pas mal de temps un peu comme lors de la course de Houilles de la semaine passée. Mais au lieu d'essayer de forcer rapidement pour récupérer mon retard, je préfère me caler derrière un coureur de l'ASPTT Nice (le club de Bernard) car il a l'air d'avoir une bonne foulée à ma portée. Je regrette d'avoir mis un tee-shirt sous le débardeur car il fait vite chaud. On passe au km 1 juste après le passage de l'hôtel "Le Negresco".




La voie Nord dans cette direction est plate voir en léger faux plat descendant sur certaines parties. La chaussée est très large car il y a trois voies de circulation pour nous. La voie Nord est séparée de la Sud par un terre-plein central orné de nombreux palmiers. Ca va vraiment très vite autour de moi. J'essaye de m'accrocher le plus possible au coureur de l'ASPTT Nice mais après le km 3 il me décramponne. Je tente de ne pas perdre trop de temps sur lui. 250 mètres après avoir passé le panneau du km 4, les premiers de la course nous croisent déjà. De vrais flèches !


Je passe sous l'arche du km 5 en 19'28'' puis on fait le demi-tour à 180 degrés juste au niveau du Parc Phoenix. La relance après ce virage est assez compliquée pour moi. Je perds un peu de temps et je sens que ça devient un peu difficile. On sent un très léger vent de face mais qui n'est pas handicapant. Par contre on sent à certains endroits que le faux plat est très légèrement ascendant. Les 3 premiers kilomètres du retour sont moyens pour moi et au km 8 je me rends compte que je suis sur une base d'environ 40'17''.


Dans l'avant dernier kilomètre j'arrive à ne plus perdre de temps et d'ailleurs je reviens sur le coureur de l'ASPTT Nice qui m'avait décramponné 5 km plus tôt, puis pendant tout le dernier kilomètre je retrouve enfin de bonnes sensations et je termine en temps réel 642ème/6385 en 39'59''.


Wouha, c'était chaud pour la barre des 40 minutes. Je passe au ravitaillement final avec eau, coca, fruits, quatre-quart, ... J'y attends Bernard qui lui termine 1767ème en 46'48''. Il est très content de sa course, malgré une jolie cascade une fois la ligne d'arrivée franchie car des bénévoles étaient trop près de cette ligne et il en a percuté un ce qui l'a obligé à faire une petite roulade sans bobo.



Chez les hommes, victoire de James Theuri, l'ancien Kenyan, naturalisé Français après son passage à la légion étrangère,  en 28'50''. Chez les femmes, nouvelle victoire de Christelle Daunay en 32'26'', battant par l'occasion, le record de l'épreuve. Elle est également recordwoman de France du marathon.



Après nous être restaurés, nous regagnons la voiture pour nous changer et aussi pour retrouver la maison. Pour ma part je quitte le joli ciel bleu azuréen pour retrouver le temps gris parisien !




Je pense que ce n'est pas la dernière fois que je viendrai sur cette course car elle est très belle à faire et l'organisation est vraiment parfaite. Tout est fait pour le confort du coureur.

Aucun commentaire: