.

.

TOPS 10

TOPS 10

La Vauchelloise (80)

Dimanche 14 avril 2013

Hier soir, je devais finir le boulot à 21 heures et filer aussitôt dans la Somme mais finalement on a un peu débordé hier et j'ai finalement quitté vers 23 heures. Le temps de faire la route, j'arrive chez ma mère vers 1h15. Ça va faire juste pour une course le lendemain avec un départ à 9h30. La course de cette semaine va se dérouler dans mon village d'enfance et c'est la première édition. Mon village s'appelle Vauchelles-les-Quesnoy. Connaissant parfaitement les lieux, je sais pertinemment que le parcours va être très sélectif car les côtes sont nombreuses et ... raides !



Je vais au gymnase Edmond Petit pour m'inscrire. Je récupère le dossard numéro 46. On nous offre un tee-shirt technique de la course. Sympa ! Puis je pars m'échauffer sur les hauteurs du parcours. Des parties sont très glissantes surtout quand on passe dans les champs. Une bonne odeur de purin nous accompagne sur 100 mètres lors d'une descente. Vive la campagne !!! Le parcours fait 10,4 km avec donc de la jolie dénivellation. 3 côtes et 2 ... murs à plus de 10 %.





A 9 heures 30, le départ est donné. Je me place dans le groupe de tête. On tourne aussitôt sur la droite, chemin des Sept qui est déjà la première montée. Mais vu que c'est dès le départ, elle passe très bien. Une fois en haut on tourne à droite, Rue Verte. A ce moment là je me fais décramponner pour les trois coureurs qui étaient avec moi. Ensuite virage à droite, Rue de la Croix pour une descente. On passe devant l'école où j'allais quand j'étais petit, puis à l'église on prend sur la gauche, Rue de la Grosse Borne où c'est un faux plat descendant. La vitesse est élevée.


Puis on tourne à droite Rue Andrée Joubert. C'est d'abord plat, puis ça descend et avant de tourner à droite Rue de Caours, il faut grimper sur une vingtaine de mètres. La rue de Caours est plate mais avec le vent plein nez. Je lève un peu le pied pour laisser rentrer sur moi un groupe de quatre coureurs afin de me protéger du vent. Je me place en queue de ce groupe, puis on se retrouve au pied du mur. La Rue du Crinquet. Dès le pied de cette ascension, je sais que je vais souffrir ici. Et effectivement j'explose. Les 4 coureurs partent sans demander leurs restes.



Une fois en haut on emprunte des chemins de champs. C'est un faux plat montant et ça c'est boueux. Un ravitaillement est proposé tout en haut au milieu des champs. Je n'en prends pas. On fait ensuite une ligne droite avec vent dans le nez à travers les champs puis au bout on descend. Une fois en bas, on se retrouve dans la seconde boucle identique à la première. Je monte le chemin des Sept en 8ème position avec deux coureurs très proches de moi. Une fois en haut, on tourne à droite et j'arrive à garder l'écart derrière moi. Je fais à peu près jeu égal avec les coureurs devant moi, mais l'écart est beaucoup trop important pour espérer revenir.



Je profite de la descente de l'école pour récupérer. Puis un peu plus tard je suis à nouveau au pied de la plus grosse des difficultés avec le second passage de la Rue du Crinquet. En bas, Sandrine, une copine d'enfance, m'encourage. Je monte beaucoup plus rapidement cette côte par rapport au premier passage. En haut, Ludo, un autre copain d'enfance, m'encourage à ne pas lâcher prise. Mais c'est très dur de se relancer sur le haut avec les chemins boueux.




Je passe à nouveau au ravitaillement mais une fois de plus je ne m'y arrête pas. Le vent est toujours aussi fort et les deux coureurs sont maintenant sur mes talons. Au bout on redescend et une fois en bas le second tour est achevé. Le troisième tour est plus court. On monte une dernière fois le chemin des Sept et c'est à cet endroit que je me fais reprendre par les deux autres coureurs. Dans la Rue de la Croix je suis en 10ème position. Je me scotche derrière le 9ème pendant toute la descente.



A l'église, au lieu de prendre sur la gauche comme lors des deux tours précédents, on tourne sur la droite et on descend rapidement la Rue de l'Eglise. En bas je suis à une dizaine de mètres du coureur qui me précède. Il ne reste que 500 mètres de plat. Il se retourne de temps en temps et je reste à sa vitesse, mais dès qu'il regarde droit devant lui, j'en profite pour mettre une accélération bien sèche et il ne peut pas y répondre. Je poursuis mon effort jusqu'à la ligne d'arrivée où ma mère est présente. Je suis 9ème/66 en 43'39''.



C'est bien pour un parcours aussi difficile et une distance de 10,4 km. Au classement senior, je termine au pied du podium, à la 4ème place, à seulement 3 secondes de la 3ème. Grrrrr ! Ludo est venu me retrouver après la ligne d'arrivée. Ça fait très plaisir. Et on va se revoir bien rapidement sur une course. Lorsque j'ai franchi la ligne d'arrivée, on m'a donné une enveloppe dans lequel un ticket gagnant de la tombola se trouve. J'ai gagné ... un tee-shirt ! C'est pas comme si j'en avais des dizaines, des dizaines et des dizaines. Mais ce n'est rien. 


Je vais dans le gymnase où une crêpe au sucre et un coca m'attendent. Puis Sandrine vient me retrouver. Ça fait des années et des années qu'on ne s'était pas revus. C'était un grand plaisir pour moi ! Ensuite c'est la cérémonie des récompenses. Pour une première édition, l'organisation a été très performante. Le petit truc à améliorer c'est l'indication du lieu de départ à travers le village pour les gens qui ne connaissent pas les lieux. Moi je n'ai pas eu de soucis pour trouver le gymnase car je suis d'ici mais j'ai discuté avec des coureurs qui eux ont eu du mal à trouver. A l'année prochaine !


5 commentaires:

marie madeleine HASHOLS a dit…

Bravo Grand Jeff !!!!

Bises

Cédric a dit…

Salut Jeff,

On s'est rencontré aux 12km de Carrières sous Poissy.
Ton blog est toujours aussi plaisant à lire, et je constate que tes courses (dont certaines très atypiques) s'enchainent à un rythme effrené.
En parcourant ton blog, j'ai vu que l'an dernier, tu avais sacrément été gêné par des tendinites aux 2 tendons d'Achille.
As-tu réussi à t'en débarasser ou es-tu encoré handicapé ?
Car depuis 2 semaines, c'est mon cas ! Et donc repos forcé.
Donc si tu as un remède "miracle", je suis preneur.
C'est d'autant plus rageant que j'étais dans une bonne phase de progression (j'ai fait un 10km à Herblay le 07/04 en 43'17" avec une difficulté à 16%)

Mon mail au cas où : cedric.lesech@mpsa.com

A bientôt peut être lors d'une prochaine course !

Cédric

Jeff a dit…

Merci beaucoup Marie

Jeff a dit…

Mission accomplie hihi. Mail envoyé

Anonyme a dit…

Merci beaucoup, votre article est super sympa et nous espérons bien vous revoir cette année!!! Le départ se fera cette fois-ci de l'école.
Gymnastique Vauchelloise