.

.

TOPS 10

TOPS 10

Run & Fun Parc de La Courneuve (93)

Dimanche 9 juillet 2017

Depuis mardi, j'ai entamé une préparation marathon. Contrairement à celui de Poitiers du mois de mai où je n'avais pu en faire une que de quinze jours à cause d'une blessure, cette fois-ci je compte bien en faire une complète sur douze semaines et être fin prêt pour le 24 septembre. Ce dimanche je dois faire une sortie longue, et comme j'adore participer à des courses, même pendant un plan marathon, alors je vais faire mes 10 kilomètres et rallonger d'autant que nécessaire. J'ai décidé de faire une course, la ''Run&Fun'', dans le très beau cadre du Parc Départemental Georges-Valbon de La Courneuve en Seine-Saint-Denis que je connais bien et surtout qui est loin d'être tout plat.


Le concept de cette journée est d'apporter son soutien à la candidature des Jeux Olympiques 2024 à Paris ainsi qu'aux Jeux Paralympiques. Il y aura des ateliers permettant de tester d'autres sports. Au niveau athlétisme, plusieurs courses sont au programme :
- 10h00 : randonnée pédestre de 5 km.
- 10h00 : course à pied de 5 km.
- 10h00 : course à pied de 10 km.
- 11h15 : course parents-enfants de 600m.
- 11h30 : course parents-enfants de 2 km.
- 14h00 à 16h00 : course à pied de 5 km des couleurs par vagues.
Pour ma part je me suis inscrit à celle du 10 kilomètres avec un objectif chronométrique moyen, compatible à ma sortie longue.



J'arrive ce matin vers 8 heures 45 au Parc Départemental Georges-Valbon. Avant de partir de chez moi, j'ai reçu un SMS de l'organisation me donnant mon numéro de dossard et surtout l'endroit indiqué pour nous stationner. C'est vraiment pro comme organisation. Je me stationne donc au parking du Tapis Vert qui est placé juste à côté de la voie circulaire du Parc où est placé le village de la course. Malgré que les orages étaient annoncés, ainsi qu'une température plus clémente, il fait un temps magnifique. Et aussi déjà magnifiquement chaud. !



Un peu de marche jusqu'au village où les ateliers d'initiations aux différents sports présentés, en vue de promouvoir la candidature de Paris 2024 pour les JO, sont déjà installés (escrime, football, tir à l'arc, football américain avec la présence de joueurs de l'équipe des Flash de La Courneuve, ... sans oublier un stand de pratique aux premiers secours, ...).






Je me rends au stand du retrait des dossards et j'y récupère le numéro 853. Puis, passage au stand voisin pour me voir offrir un beau tee-shirt technique orange Run&Fun. Je me rends compte que l'affichage du parcours dans ce village est différent de celui publié sur le site internet de la course. Peu importe, je jette un coup d'oeil dessus et je pars marcher pour me dégourdir les jambes et aussi pour repérer les changements.







Ensuite, je passe à la voiture pour me mettre en débardeur, sans oublier d'y fixer le dossard. On va encore avoir bien chaud aujourd'hui ! Et c'est parti pour faire mon échauffement. Pas de douleurs, les jambes sont un peu fatiguées des semaines passées, mais je me sens bien. Elles vont sacrément avoir à travailler car, même s'il y a la moitié du parcours qui est relativement plate, l'autre moitié est très très accidentée avec pas moins de quatre belles montées. Je repasse ensuite à la voiture avant de me rediriger vers le départ où j'y croise Abdel, un copain qui va courir le 5 kilomètres. Le speaker annonce que les départs sont décalés. La marche et le 5 km partent à 10h15 et le 10 km à 10h20. Je poursuis alors un peu mon échauffement mais j'ai déjà bien chaud.






Puis c'est le moment pour les coureurs du 10 km de se placer derrière la ligne de départ qui est située en plein milieu du cercle herbeux avec une première ligne droite sur cette herbe d'environ 300 mètres. On nous annonce 450 inscrits sur notre course. Il y a du beau monde car même Arnaud Michel du club de l'Amiens UC, qui a un sacré niveau, a fait le déplacement. Le coup de pistolet nous libère. Nous partons donc sur une première ligne droite d'un kilomètre. Les 300 premiers mètres se font sur l'herbe. Je fais bien attention où je pose les pieds car même si de la peinture bleue a été mise au sol à l'endroit des gros trous, je n'ai pas vraiment envie de me fouler la cheville dès le début. Me voilà maintenant sur un bitume pas en très bon état, mais surtout c'est ombragé donc agréable.








J'arrive derrière un coureur qui était parti plus vite que moi. Je finis par arriver à sa hauteur mais à ce moment là il réaccélère, puis un peu plus loin, je reviens encore à sa hauteur. Mais c'est sans compter sur une nouvelle accélération assez vive de sa part. A la troisième reprise, c'est moi qui accélère pour pouvoir le passer, quelques dizaines de mètres avant d'arriver au bout de cette première ligne droite et de prendre un virage bien serré sur la gauche aux alentours du km 1. La chaussée est maintenant un peu plus étroite mais en meilleure qualité. J'étais juste devant deux coureurs qui m'ont passé. J'en profite pour me caler dans leur foulée. Mais ça va un peu vite pour moi, alors me voilà un peu seul maintenant.







Au bout, je tourne à gauche sur une nouvelle chaussée très large, où nous reprenons la direction de la voie circulaire qui entoure l'immense rond herbeux où se trouve le village de la course. Quand j'accède à cette circulaire, je tourne à droite et c'est juste à cet endroit que le km 2 est inscrit au sol. Il y a un peu plus de monde ici et c'est agréable de recevoir quelques encouragements. Je m'approche de ''l'entrée'' du village de la course et peu de mètres plus loin, je passe sous l'arche de départ des courses enfants et je tourne à droite, toujours sous les arbres.



C'est toujours plat, mais une centaine de mètres plus loin, j'entends les meneurs d'allure des 40 minutes juste derrière moi, donner des conseils aux coureurs qui les entourent. Je suis dans la première montée. Je reste devant tout ce petit monde mais quelques mètres avant le sommet je coince. Je récupère dans le faux plat descendant mais il est de courte durée, car nous tournons à droite dans une montée peu longue mais raide pour passer au-dessus d'un pont. En haut se trouve le ravitaillement. Je prends un gobelet d'eau, j'ai déjà bien chaud. Puis, nous tournons à droite pour une descente assez vertigineuse. Je ne récupère pas car je dois me retenir. Du coup, je suis bien content d'être arrivé en bas où il y a un peu de plat. Puis nous prenons un chemin étroit, limite en monotrace sur des cailloux, montant légèrement. Mais quand nous retrouvons une partie cimentée, ça devient raide de chez raide. D'ailleurs, un coureur qui était devant moi, préfère arrêter de courir et monter en marchant. Moi je continue en serrant les dents. Un lacet nous fait tourner encore plus raidement. Au sol est indiqué ''sommet 100 mètres''. Bah, ça paraît quand même long. Mais j'y arrive quand même. La partie descendante qui suit, me permet de souffler un peu, mais j'ai failli déséquilibrer le coureur devant moi. Je m'excuse et nous tournons ensuite pour un faux-plat montant qui va devenir une longue et difficile montée.


Je la connais car on la fait quand on participe à la course des 3 Côtes de Dugny. Et je suis bien content d'arriver en haut. Les coureurs qui étaient avec moi au pied, dont celui que j'avais déséquilibré, sont à au moins une centaine de mètres devant moi. Des secouristes se sont positionnés juste au sommet. J'entame la longue descente. Je crois que j'en ai terminé avec les grosses montées. Je profite de cette partie plus facile pour me rapprocher petit à petit des trois coureurs devant moi. Une fois en bas, ce n'est pas forcément tout plat, il y a un peu de faux-plat montant ou descendant et surtout ça serpente. Je suis maintenant revenu sur le coureur que j'avais déséquilibré et je le passe juste avant de retrouver le ravitaillement de tout à l'heure qu'on prend en sens inverse. J'attrape une petite bouteille d'eau qu'on me tend, ainsi qu'une éponge mouillée que je glisse immédiatement sous la casquette.






Je profite de la descente suivante pour lâcher le coureur que je venais de doubler, ainsi qu'un autre, tout en me désaltérant. Maintenant, nous sommes sur un chemin qui longe le très long ''Grand Lac'' du Parc de la Courneuve. J'ai la bouteille d'eau vide à la main, et au lieu de la jeter n'importe où au sol, je repère une poubelle sur le chemin parallèle au notre, plus près du lac. Alors je fais un détour pour la jeter dans cette poubelle et quand je me replace sur le chemin du parcours, je reviens rapidement sur un autre coureur que je double. Me voilà maintenant un peu seul car je creuse l'écart petit à petit. Devant moi c'est très loin, donc aucune chance de revenir.








Nous serpentons un peu entre la végétation, et les rubalises indiquant le tracé du parcours. Puis je retrouve du bitume pour une longue ligne droite avec tout au bout le coureur qui me précède. Il en est déjà au changement de direction sur la gauche. Moi j'y arrive une petite minute plus tard. Quand je tourne sur ma gauche à mon tour, j'en profite pour jeter un coup d'oeil sur les coureurs qui ne sont pas très loin de moi. Il y en a un qui est juste derrière. D'ailleurs dans le faux-plat montant suivant, il me rattrape et me double. Puis nous tournons encore à gauche pour une longue ligne courbée ombragée qui va nous conduire jusqu'à la voie circulaire. Un spectateur nous encourage juste à l'entame du dernier kilomètre. Un second coureur est revenu sur mes talons quand on arrive sur la voie circulaire qu'on prend en tournant à droite. Il reste derrière moi pendant les 100 mètres suivants.







Puis nous tournons à gauche pour la dernière ligne droite, la même que celle du départ sur l'herbe mais donc en sens inverse. Dès que j'y pénètre, j'allonge beaucoup plus les foulées et la cadence sans sprinter car c'est long 300 mètres. Je fais rapidement la différence, ce qui me permet de dérouler jusqu'à ligne d'arrivée que je franchis 23ème/281 en 41'55'' et malheureusement 4ème master 1, donc je vais rester au pied du podium !





Vu le dénivelé et la chaleur, je suis bien entamé. Pendant quelques secondes, j'ai vraiment envie de vomir, mais ça finit par passer. On nous offre un sac à vêtements qui contient un gobelet en plastique et des bracelets en caoutchouc Paris 2024. Je retrouve Abdel qui a fait une très jolie course sur le 5 kilomètres en prenant la troisième place au scratch en 16'53''. Bravo à toi Abdel ! Je passe ensuite me ravitailler en mangeant des quartiers d'orange et surtout en me désaltérant.






Je pars ensuite faire une récupération pour rallonger en même temps ma sortie avec mon plan marathon en tête. Je la fais en repassant à la voiture pour enlever mon débardeur trempé et le remplacer par le tee-shirt qu'on nous a offert lors du retrait des dossards. Il est vraiment sympa.



Avant de quitter le très beau Parc Départemental Georges-Valbon de La Courneuve, je retourne au village de la course où des files importantes se sont constituées aux différents food-trucks. Normal, c'est l'heure de manger. Les ateliers de découverte aux différents sports font le plein. Je vais vérifier les résultats affichés non loin de la zone d'arrivée. C'est ensuite le moment de la remise des récompenses et pour moi, de reprendre la route en direction de la Seine-et-Marne. J'espère bien que la candidature de Paris 2024 sera retenue !

Aucun commentaire: