.

.

TOPS 10

TOPS 10

10 km de l'Humarathon (94)

Dimanche 18 avril 2010

Après une semaine de douleurs assez vives dans le dos et le pied, je me demandais si j'allais pouvoir participer à la course de ce dimanche. Hier je suis allé récupérer mon dossard, le numéro 3568, sur la ligne de départ face à l'hôtel de ville de Vitry-sur-Seine. Et finalement ce matin j'étais bien décidé à participer à cette épreuve. Le 10km open. Il y a également le championnat de France de 10 km pour les qualifiés (ce qui n'est évidemment pas mon cas).

A 9 heures 40 je vais encourager les filles du championnat de France et je continue mon échauffement. Ça a l'air d'aller pas trop mal en courant. Je vais me positionner dans le sas de départ et à 10 heures 20, coup de pistolet du starter. Ça démarre bien vite, car le départ est donné sur un faux plat descendant. Il y a beaucoup de monde et ce n'est pas évident de trouver son propre rythme. J'ai tendance à calquer ma foulée sur celui me précédant. Je boucle mon premier kilomètre en 3'45''. Beaucoup trop vite pour mon "petit physique".

Ensuite le parcours est très roulant, très plat. Je trouve peu à peu mon rythme et je m'accroche régulièrement derrière des coureurs qui ont un niveau légèrement supérieur à mon niveau actuel. Nous passons ensuite à la gare de Vitry-sur-Seine et un petit regard vers mon premier appartement sur la région parisienne que j'ai quitté il y a une douzaine d'année. Je me retrouve ensuite sur les quais le long de la Seine pour une longue ligne droite. Je m'essouffle mais j'essaye toujours de maintenir mon rythme.

Je passe au km 5 en 21'31''. Ça va. Je sais que je me rapproche de la difficulté du parcours. Un peu avant le km 6, la route s'élève d'un coup. Un vrai petit raidillon. J'arrive à conserver mon rythme et même à imposer mon propre rythme à un groupe qui me suit pendant toute cette montée. Une fois en haut je suis bien content de moi et je me dis que la difficulté du parcours n'était pas bien compliquée.

Mais, malheureusement je me suis quelque peu trompé. En effet, quelques dizaines de mètres plus loin, je me retrouve au pied de la VRAIE difficulté. Une côte de plus de 700 mètres avec un pourcentage sympathique pour les jambes. N'ayant pas le choix, je me dis qu'il faut bien que je franchisse cette côté. Je me replace devant le groupe et comme la petite difficulté précédente, j'imprime mon rythme. Il n'y a que deux coureurs qui me doublent pendant toute cette montée. Par contre une fois arrivé en haut, je me retrouve sur le plat et là mes jambes ont un peu de mal à répondre. Il me faut un petit kilomètre pour pouvoir enfin reprendre une vitesse satisfaisante.

A deux kilomètres de l'arrivée, j'entends juste sur mes talons le meneur d'allure des 45' qui m'encourage à légèrement élever mon rythme pour passer sous les 45' à l'arrivée. Mais il me double avec le petit peloton l'entourant et j'ai du mal à m'accrocher. Il me fait signe de m'accrocher et j'arrive finalement à choper la foulée des coureurs.

Le dernier kilomètre et demi est une très longue ligne droite en léger faux plat descendant. J'arrive à accélérer et à repasser juste devant le meneur d'allure qui me motive jusqu'à 200 mètres de l'arrivée où je donne tout ce qu'il me reste. Je franchis la ligne d'arrivée 212ème/698 en 44'42''.

Merci le meneur d'allure. Mon dos a tenu pendant la course. Il faisait bien chaud et le ciel était bien bleu aujourd'hui. Je repars avec une petite médaille qui récompense l'arrivée.

Aucun commentaire: