.

.

TOPS 10

TOPS 10

6ème Foulées de Woignarue (80)

Dimanche 10 avril 2011

Après mon très bon chrono de la semaine passée à Fontainebleau, je profite d'un week end dans la Somme pour m'inscrire au 10 km de Woignarue. Woignarue qui est un village très connu. Enfin non. Ce village se trouve à proximité d'Ault et de la Côte Picarde. Ce matin, le ciel est bien bleu même si quand j'arrive sur place il n'y a encore que 9 degrés. Je vais récupérer mon dossard, le numéro 4801. Il y aura deux courses de dix kilomètres chacune. Une pour les marcheurs à 9 heures 30 et une pour les coureurs à 10 heures.

Je pars ensuite m'échauffer en repérant le parcours. Il s'agit de trois boucles identiques à effectuer dans les rues et les chemins de Woignarue. En effectuant ce repérage, je me rends compte que le parcours est loin d'être plat. Il y a certes des parties toutes plates, mais on rencontre deux petites montées et des faux plats. Et comme il y a trois tours, je vais devoir m'atteler à faire ces difficultés à trois reprises. Le sol n'est pas très stable non plus lorsqu'on emprunte les chemins où les ornières et les gros cailloux sont là pour nous piéger.

A 10 heures nous sommes tous sous les ordres du starter dans la rue principale, une centaine de mètres plus haut que l'église. Dès que le départ est donné, je ressens une vive contraction dans le mollet droit, comme si une crampe voulait s'installer. Je dois ralentir immédiatement et cette contraction passe immédiatement. Je me relance ensuite, mais sur les premières centaines de mètres, je reste à l'écoute du mollet mais ça a l'air de tenir. Trois coureurs se sont déjà échappés. Je fais l'effort pour revenir sur le groupe de chasse et après pas mal d'efforts j'arrive à me caler derrière ces coureurs.

Puis le coureur de la tête de ce groupe s'efface pour me laisser mener la chasse. Nous nous retrouvons sur un chemin avec comme prévu des ornières et des gros cailloux. Je suis très vigilant pour ne pas mettre les pieds n'importe où mais je ralentis et me fais doubler puis lâcher par le groupe. Au bout de ce chemin, on tourne sur la gauche et je suis à nouveau sur une route bitumée. Il y a quand même pas mal de curieux sur les trottoirs pour nous encourager. C'est très sympa et très bon enfant. Après deux bonnes lignes droites et deux virages sur la droite, je tourne sur ma gauche pour la première montée.


Cette montée m'amène sur un nouveau chemin du même acabit que le premier avec ses pièges, puis j'en ressors en tournant sur ma droite et je retrouve la rue principale du village, en sens inverse par rapport au départ, et juste avant d'arriver à l'église, je tourne sur ma droite pour la deuxième petite montée. Je passe devant la caserne des pompiers ainsi que devant la ligne d'arrivée et je commence le second tour en faisant le tour de l'église. Il y a un petit vent de face sur certaines parties du parcours et comme je me suis retrouvé rapidement isolé, je n'ai pas trop pu m'abriter.



Dans ce second tour, je sens que mes jambes sont très lourdes. Peut-être que l'effort du départ pour rattraper mon temps perdu se fait ressentir et ce matin je n'étais pas dans les meilleurs dispositions pour courir : tendons d'achille douloureux, ... Je ralentis à nouveau quand je me retrouve sur le premier chemin et une fois sorti, j'éprouve de la difficulté pour me relancer. J'entends les pas des coureurs se trouvant derrière moi, et j'essaye de les conserver à distance mais dans la première montée que je fais pour la seconde fois, je n'arrive pas à les laisser derrière moi et encore moins à les suivre. Le chemin se trouvant en haut fait que l'écart avec ce groupe se creuse en ma défaveur. Je remonte la rue principale et la côte sur la droite pour finir mon deuxième tour.


Vu qu'après être passé derrière l'église, il y a un virage très serré, je peux observer qu'un groupe de 4-5 coureurs se trouve juste derrière moi. D'ailleurs un petit kilomètre plus loin, ces coureurs me doublent tous. J'essaye de rester un maximum de temps au contact, mais je dois me résoudre à les laisser partir. J'ai beaucoup de mal à terminer cette course. L'enchaînement de côtes, de faux plats et la présence du vent me fatiguent beaucoup et dans la tête ça ne suit pas. Un photographe m'annonce à l'amorce du dernier kilomètre que je suis en 23ème position. J'arrive à trouver des forces sans d'ailleurs piocher pour remonter deux coureurs et je termine 21ème/98 en 39'57''.

Sincèrement, je me sentais tellement pas bien, ni concerné par la course que je pensais que ma série de 17 chronomètres consécutifs sous la barre des 40 minutes allait s'achever ici. Mais non, je passe à 18. Et en accélérant à la fin sans trop me fatiguer, je me suis rendu compte que mon problème d'aujourd'hui était plutôt dans la tête que physiquement. Je prends le ravitaillement final (oranges et eau) puis je vais aux résultats et je quitte Woignarue sous le beau soleil et la chaleur. Même si le vent rafraîchit à l'ombre.
.
.

2 commentaires:

Bernard a dit…

Tu gères très bien tes courses, et ce malgré ta fatigue.
On se voit à Draveil dimanche prochain.

Jeff a dit…

Merci Bernard. Après ma prochaine course, je fais une petite pause. Je suis fatigué. Je suis content de te revoir bientôt.