.

.

TOPS 10

TOPS 10

L'AnzacRun à Vignacourt (80)

Dimanche 24 avril 2016

Nouvelle course en Picardie. Et comme la semaine passée ça sera dans la Somme, pas très loin d'Amiens. Mais ce coup-ci je vais visiter la commune de Vignacourt où la première édition de l'AnzacRun est organisée. Deux courses sont au programme. Un 5 kilomètres sur une boucle avec un départ à 10 heures, puis un 10 kilomètres qui partira à 10 heures 20, sur le même parcours que la première course mais en couvrant deux fois le tour du circuit. Mon frère Olivier qui n'habite pas très loin, sera également de la partie. On va faire tous les deux le 10 kilomètres. Au niveau météo, malheureusement il ne fait plus aussi bon qu'en milieu de semaine où il faisait même un peu trop chaud. Mais là c'est un peu le contraire. Il fait beaucoup plus frais. Même un peu froid.


Cette course a été nommée l'AnzacRun en raison de souvenirs historiques. En effet, l'Anzac Day est célébré tous les ans le 25 avril en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Samoa, aux Tonga, aux Îles Cook, à Niue, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie Française. Il commémore la bataille sanglante de Gallipoli et l'engagement des troupes Australiennes et Néo-Zélandaises en France et en Belgique. Dans la nuit du 24 au 25 avril 1918, les Australiens reprirent la ville de Villers-Bretonneux qui avait été prise par les Allemands. ANZAC est l'acronyme de Australian and New Zealand Army Corps (Corps d'Armée Australien et Néo-Zélandais) et il regroupe les troupes de l'Océanie ayant combattu lors de la Première Guerre Mondiale. Voilà pour le petit clin d'oeil historique.



Pendant le trajet, une grosse averse bien fraîche s'abat sur la région. Mais une fois que j'arrive à Vignacourt ça s'est calmé et le soleil donne même l'impression de vouloir pointer le bout son nez. Une fois stationné, je retrouve Antoine Dubreucq qui sera à nouveau le grand favori de la course, puis la famille Grémont au grand complet avec les parents qui feront le 10 kilomètres et avant, Thomas et Clément qui feront le 5 kilomètres. Direction la Maison des Associations pour le retrait des dossards. C'est dans une pièce un peu petite que le secrétariat de la course est installé. Un petit coup d’œil au listing d'engagement pour voir que je vais porter le dossard numéro 6 et mon frère Olivier va porter le numéro 7. C'est un peu normal car les numéros sont attribués dans l'ordre alphabétique des pré-inscrits.



Une fois le dossard en main, on nous offre un tee-shirt souvenir de l'AnzacRun de couleur orange et je retourne vers la voiture. C'est à ce moment là que mon frère accompagné de toute sa petite famille, arrive. Pendant qu'il va chercher à son tour son dossard, j'en profite pour discuter avec Antoine ainsi qu'avec Jean-Luc un des fidèles photographes de la région. Il y aura aujourd'hui également Jean-Pierre et Adilio qui seront eux aussi là pour immortaliser cette première édition de l'AnzacRun. Je croise d'autres copains dont Franck qui a battu son record la semaine passée sur le 10 km des 4 Saisons à Amiens et Stéphane, qui est d'ailleurs du même club que Franck. Le speaker de la course n'est autre que l'ancien entraîneur de Laura quand elle courait sur Amiens pendant ses études.





Nous nous préparons puis nous débutons notre échauffement. Je suis avec mon frère et David, un de ses copains. Au même moment le départ du 5 kilomètres est donné mais c'est trop proche de notre propre départ pour que je puisse aller encourager Thomas et Clément. Mais le cœur y est. Le ciel est gris mais il fait finalement beaucoup moins froid qu'en début de matinée. Et je commence à regretter d'avoir mis des manches sous le débardeur de mon club. Je peaufine maintenant mon échauffement avec Stéphane et il va être le moment de nous glisser derrière la ligne de départ.


Pour une première édition c'est une totale réussite en terme d'engagés. Nous sommes près de 300 coureurs prêts à nous élancer sur cette course du 10 kilomètres. Je me suis placé en 3-4ème rang. Mon frère est à la même hauteur que moi mais sur la partie gauche de la chaussée alors que moi je suis sur le côté droit avec Antoine et Stéphane. Franck ne va pas faire le même chrono ''record'' que la semaine dernière car il s'est donné pour mission d'accompagner un ami Australien. Après que le départ ''fauteuil'' de la petite Chloé ait été donné, c'est le coup de pistolet du starter qui donne le départ pour tous les autres coureurs.




Nous sommes Rue Léon Thuillier. Nous sortons immédiatement de la ville. Le sol bitumé est en très mauvais état avec de très nombreuses grosses flaques d'eau. Une centaine de mètres plus loin, nous tournons à droite Chemin de Capron. C'est étroit mais en très léger faux-plat descendant. Nous longeons le beau cimetière militaire. Ce chemin goudronné continue toujours. On entre à nouveau dans les rues pavillonnaires et c'est à ce moment là que ça devient plat. Nous passons à côté d'une fanfare qui joue en notre faveur. Je poursuis tout droit avant de tourner à gauche Chemin des Huys. Quelques mètres plus loin je quitte la route en tournant à droite.






Place à un chemin d'herbe, de boue avec quelques glissades. Je ne suis pas du tout à l'aise et ma vitesse s'en fait automatiquement ressentir. La crainte de mal poser le pied au sol ou qu'un appui se dérobe. On tourne à droite. Le virage est très glissant. Puis une ligne droite et tout au bout je quitte le chemin de boue en tournant à gauche où je retrouve du bitume Rue Neuve. Nous traversons la Rue d'Amiens puis nous tournons à la prochaine à droite. Les premiers mètres sont bitumés puis nous retrouvons du chemin boueux et glissant. J'essaye d'éviter les grosses flaques d'eau. Jean-Pierre Battez est placé à cet endroit pour les photos. Le chemin serpente entre les champs et les habitations. Ça dure assez longtemps. Quelques pavés sont placés au sol et ça permet de ne pas trop glisser.










Je finis par sortir de ce long chemin. On est quand même mieux sur le bitume. Après un virage à droite nous longeons la Départementale 12. C'est une partie assez facile car il s'agit d'un léger faux plat descendant. Une fois en bas il y a un ravitaillement mais je m'en désintéresse. Puis virage à gauche et à droite Rue du Sac. Un nouveau changement de direction sur la droite pour prendre la grande Rue Godard Dubuc. Ça monte avec l'église en point de mire ainsi que le drapeau Australien. C'est quand j'arrive au niveau de ce drapeau qui est juste en face de l'église que le profil redevient plat. Une centaine de mètres plus loin nous tournons à gauche Rue Thuillier Buridard.












C'est à cet endroit là que Stéphane me double. Il est dans le même rythme que l'inusable Chantal Langlacé. Cette rue tourne d'elle-même sur la gauche et au bout on doit prendre un virage serré sur la droite pour accéder au Chemin de la Cavée. C'est un long faux plat descendant qui fait du bien car ça permet bien de récupérer. Quand j'arrive tout en bas à la hauteur des musiciens il faut tourner sèchement sur la gauche et remonter la Rue Alcide Boutard. Cette fois-ci il s'agit d'un faux plat montant mais surtout avec le vent de face. Un peu usant !




Nous faisons une petite boucle par la Rue du Moulin de Pierre avant de retrouver la Rue Alcide Boutard. Deux virages plus loin nous retrouvons la rue du départ la Rue Léon Thuillier. Quand je passe à proximité de l'arche d'arrivée face à la Maison des Associations, il y a un monde phénoménal sur les trottoirs qui nous encouragent ! J'entame maintenant la seconde boucle qui est identique à celle que je viens de terminer.












Mais comme je perds énormément de temps sur les chemins de boue, je décide de lever le pied et d'attendre mon frère en espérant qu'il réussisse à battre son record sur la distance. J'arrive au bout de cette rue puis je tourne à droite sur le Chemin de Capron. Quand j'arrive à côté du cimetière je regarde les coureurs qui sont encore sur la Rue Léon Thuillier. J'encourage mon frère à revenir sur moi. Il n'est pas bien loin. Je poursuis ma route en levant légèrement le pied. Je passe à côté de l'épouse de mon frère et de ses enfants et lui signifie de faire passer le mot à Olivier que je ralentis pour l'attendre.







Virage à gauche puis à droite pour retrouver les chemins de terre ou plutôt de boue à cause des récentes intempéries. D'entrée je suis à nouveau au ralentis. Au moins mon frère reviendra plus rapidement sur moi. Je fais attention où je mets les pieds. Je retrouve un peu de bitume le temps que je me retrouve sur la Rue Neuve mais c'est de courte durée car je tourne à droite et c'est à cet endroit que le chemin de terre est assez long.














Un petit coucou à Jean-Pierre qui est placé au même endroit qu'au premier tour. Le chemin se met à serpenter et enfin j'arrive au bout. Je me retourne et mon frère se rapproche. Je longe la Départementale 12 et son faux-plat descendant. Passage devant le ravitaillement puis nous nous retrouvons Rue du sac.











C'est ensuite la montée de la Rue Godard Dubuc. Je n'aime pas trop cette partie montante et je suis bien content d'arriver au niveau du drapeau et de l'église. Mon frère est à quelques mètres derrière moi. Je l'incite à accélérer et à me reprendre. Nous tournons à gauche Rue Thuillier Buridard. Cet axe tourne sur la gauche et en haut nous prenons le virage serré sur la droite qui permet de descendre le Chemin de la Cavée.






Mon frère me dit qu'il appréhende la montée qui suit. Je lui dis de lever un peu le pied histoire de profiter de la descente pour récupérer un peu et quand on tourne sur la gauche, c'est la remontée de la Rue Alcide Boutard. A ce moment là j'accélère pour essayer de faire gagner quelques secondes supplémentaires à Olivier. Il s'accroche bien même si c'est difficile. Le vent de face n'aide pas. Nous faisons la petite boucle de la Rue du Moulin de Pierre avant de revenir sur la Rue Alcide Boutard.




Olivier reste bien accroché et il serre bien les dents. Nous nous retrouvons maintenant sur la dernière ligne droite de la course Rue Léon Thuillier. Je reviens sur les deux coureurs devant nous, mais je ralentis un peu pour ne pas les passer et ne pas décrocher Olivier. Nous tournons sur la gauche pour entrer dans la cour de la Maison des Associations. Nous passons sous l'arche d'arrivée. Je termine 44ème/299 en 42'56'' et Olivier 45ème/299 en 42'57''. Record personnel d'Olivier battu de près d'une minute !









Un petit passage au ravitaillement final pour prendre un coca et un peu de chocolat. Je discute avec Antoine qui a sans surprise gagné la course. Je ne vais pas pouvoir rester pour les récompenses contrairement à mes habitudes car je travaille à 12h50 !!! Donc je ne peux pas traîner dans le coin et je quitte rapidement Vignacourt. Un petit point avec les résultats :

SUR LE 5 KM :
1er/146 en 17'42'' Thomas GREMONT (SCA Athlétisme) --- 1er cadet homme.
41ème/146 en 23'59'' Clément GREMONT (SCA Athlétisme) --- 4ème minime homme.

SUR LE 10 KM :
1er/299 en 34'33'' Antoine DUBREUCQ (Amicale du Val de Somme) --- 1er senior homme.
27ème/299 en 41'12'' Stéphane ANDRE (Amicale du Val de Somme) --- 8ème master 1 homme.
44ème/299 en 42'56'' Jeff BACQUET (Marne-et-Gondoire Athlétisme) --- 17ème master 1 homme.
45ème/299 en 42'57'' Olivier BACQUET (non licencié) --- 18ème master 1 homme.
63ème/299 en 44'44'' David COURIAT (SCA Athlétisme) --- 29ème master 1 homme.
77ème/299 en 46'02'' Stéphane GREMONT (non licencié) --- 34ème master 1 homme.
120ème/299 en 49'05'' Franck BLEHAUT (Amicale du Val de Somme) --- 48ème master 1 homme.
259ème/299 en 1h00'42'' Edwige GREMONT (non licenciée) --- 31ème master 1 femme.

Prochaine course la semaine prochaine avec Laura et mon pote Olivier ! Pour aujourd'hui je fais un grand merci aux photographes : Toinin BACQUET, Jean-Luc ROHAUT, Jean-Pierre BATTEZ et Adilio SANCHEZ.

2 commentaires:

Jean Luc Rohaut a dit…

super ton résumé et à bientot

Jeff a dit…

Merci Jean-Luc, à bientôt !