.

.

TOPS 10

TOPS 10

Trail L'Armentièroise (77)

Dimanche 13 mai 2018

5 mois ! 5 mois que je n'ai pas épinglé le moindre dossard sur le débardeur de mon club de Pontault AAC. 5 mois à tenter de soigner une double hernie discale. Enfin, je ne veux pas me plaindre car il y a bien pire que moi et surtout que même si je suis loin d'être rétabli, j'ai pu me remettre à trottiner depuis un mois. Mais la compétition pour moi n'est pas encore d'actualité. Le 1er mai, je me suis testé sur le 10 km de Sénart mais en étant hors course, et le chrono ainsi que les sensations n'étaient pas si mauvaises que ça même si je suis plus qu'à la ramasse en terme de vitesse et d'endurance.



Alors, même en sachant que je ne serai pas compétitif du tout, j'ai voulu renouer avec les courses. Et quoi de mieux qu'un trail court organisé par des bénévoles dynamiques dont Eric Leblacher parmi tant d'autres. L'an passé, j'avais eu la très bonne idée de courir ici même sur le trail de 16 kilomètres avec des zones de marches qui faisaient bien mal aux jambes. Cette année, ce n'est pas possible pour moi alors je vais me contenter de la distance inférieure. Le but est de prendre du plaisir, de ne pas trop souffrir et de faire un footing soutenu avec du dénivelé.


Un programme bien copieux s'étale sur trois jours. Les organisateurs ont pensé à tout et surtout à tout le monde.
Vendredi 11 mai 2018 :
9h30 - 12h00 : Cross des écoles du village.
19h00 - 21h00 : Le kilomètre vertical (1 km contre-la-montre).
Samedi 12 mai 2018 :
14h00 - 16h30 : 1ère Armentièroise Cycling Kids.
Dimanche 13 mai 2018 :
9h00 : L'Armentièroise 7 km.
10h00 : Courses enfants dès 3 ans (4 épreuves de 1000m).
11h00 : L'Armentièroise 16 km et 25 km.
Comme je l'ai écrit plus haut, je me limite à la course de ce dimanche à 9 heures. Certes, une énorme envie de porter un dossard, mais tout de même un chouïa de prudence et de raison. Un bon buffet de crêpes attend tout le monde à la fin de chacune des courses. Miam !!!


Une heure de route m'est nécessaire pour me rendre dans la commune d'Armentières-en-Brie. Ce matin, j'ai mis le réveil à 6 heures, histoire d'être bien réveillé pour la course. 6 heures du matin n'est pas si tôt que ça car si je n'avais pas posé ma journée de travail, j'aurais dû le faire sonner à 3 heures. Et même si j'aime mon travail, c'est quand même beaucoup plus motivant quand il s'agit de course à pied, surtout depuis ces longs mois sans le moindre dossard. Des moments de doute m'ont envahi par moment, me demandant si mon compteur de 552 courses allait se débloquer un jour ou non. Mais finalement, même en n'étant pas encore réparé, que ça fait du bien de revenir sur une course !




Les parkings ont été très bien signalés par les organisateurs. Trois sont prévus, un à 350 mètres de la zone d'arrivée, un à 500 mètres et un dernier à 700 mètres. Tant qu'à faire, et comme ma course est la première, donc le choix s'offre à moi sans problème, j'opte pour le plus proche. Malheureusement, la pluie est également au rendez-vous. Pas forte, mais elle mouille quand même et surtout, il va y avoir des conséquences sur le parcours. J'entends des coureurs dire qu'il y a de belles portions de boue.




Je me rends avec mon fils, qui retrouve son ''job'' de photographe de la course, à la zone d'arrivée, plus précisément à la Salle des Fêtes de cette charmante petite communauté, où le secrétariat de la course a été établi. Le retrait des dossards est très fluide. Pas besoin de connaître son numéro car les recherches se font rapidement par ordre alphabétique. Mais comme j'avais reçu le mail de confirmation de mon inscription, je savais que j'allais porter le dossard numéro 194. En cadeau, nous recevons un bidon, parfait pour placer sur son VTT, sérigraphié aux couleurs de l'association ''Courir pour Armentières-en-Brie''. J'aime bien !



Il pleuviote mais il ne fait pas si froid. Je pense qu'au niveau de la température, ça va être idéal pour une course. Nous retournons à la voiture, afin que je puisse me changer. Quelle satisfaction que d'épingler un dossard sur le débardeur de mon club de Pontault AAC ! C'est bon, le dossard est à peu près droit.





Ma TomTom trouve facilement le signal GPS. Ça va être bon, je vais pouvoir débuter mon échauffement qui ne va pas être bien violent. Il s'agit de faire uniquement un footing lent, histoire de faire chauffer les jambes et surtout le bas du dos car depuis que j'ai repris un petit entraînement, à chaque fois que je boucle mon premier kilomètre, une douleur limite paralysante, apparaît dans le haut de mon mollet gauche. La première fois que ça s'était produit, je pensais et surtout j'appréhendais une possible déchirure mais mon kiné m'a expliqué que ce n'était que lié à ma double hernie-discale. Ça bloque le nerf sciatique, et c'est ce qui me donne cette douleur. Puis quelques centaines de mètres après ce premier kilomètre, ça revient à peu près à la normale. Donc aujourd'hui, le but de cet échauffement est de faire passer cette grosse gêne. Je pars en direction des bois, puis je termine dans les rues d'Armentières où je fais un p'tit coucou à Eric Leblacher, l'excellent et très sympathique directeur de cette organisation. Puis je tombe sur David et Maxence, qui prennent gentiment de mes nouvelles. Ils vont me mettre la misère !




Les coureurs commencent à s'agglutiner Rue de Tancrou à proximité du petit rond-point car le départ sera donné par ici. Je donne mon petit coupe-vent à Lucas car il ne reste qu'une poignée de minutes avant le début de ma course. Je retrouve David et Maxence, ainsi que d'autres coureurs que je connais également et que je n'avais pas vu depuis longtemps. Cette année, Lahcène Hiane a remplacé Pascal Pioppi au micro. Un chèque de plus de 600 euros est remis par Eric Leblacher et son équipe à l'association ''ELA''. En effet, un euro a été ponctionné sur chaque inscription. Un très beau geste ! Deux joëlettes se sont glissées parmi les 180 coureurs annoncés par le speaker. Une très belle réussite pour cette première course de la matinée, car si je me souviens bien, l'an dernier, alors qu'il faisait beau contrairement à aujourd'hui, il n'y avait eu que 69 arrivants sur cette même distance, dont 8 équipes en duo. Très belle progression. Des applaudissements ont été offerts à l'association ''ELA'' puis en remerciement aux très nombreux bénévoles qui sont essentiels à l'organisation d'une telle course.




Nous sommes maintenant sous les ordres du starter. Pas de pistolet mais un décompte. A zéro, le départ est donné Rue de Tancrou. J'aperçois David qui part assez vite. Enfin, bien plus vite que moi. Maxence n'est que quelques mètres devant moi pour le moment. Je suis parti en mode footing soutenu, donc je ne suis pas parti comme un dératé. Le but n'est vraiment pas de me faire mal. Tout au bout de cette première ligne droite, je passe devant le parking où je me suis stationné, puis, au son de la sono provenant d'un véhicule de l'organisation, la Rue de Tancrou tourne sur la gauche pour quitter les habitations.






Nous sommes maintenant sur une étroite route relativement défoncée, offrant de très nombreuses flaques d'eau et un petit faux-plat montant. Le peloton s'étire petit à petit. Pour le moment, je me sens relativement bien. Je remonte quelques places sans trop forcer.


Pendant une centaine de mètres, la chaussée est devenue plate et à l'issue, il faut négocier un virage très glissant dans la boue sur notre gauche. Pour ne pas me faire mal aux tendons, je n'ai pas voulu mettre mes chaussures de trail. J'ai choisi volontairement de mettre celles de route, donc pas de grip du tout ! Ensuite, pour éviter de trop glisser, je préfère courir sur l'herbe.





Je me rapproche de la ferme où nous tournons légèrement sur la droite puis la gauche. J'ai encore repris quelques petites places. Au bout, nous débouchons sur le bitume où nous tournons à gauche Rue de Mary. J'ai un petit peu de mal à faire ma relance, puis la chaussée descend en direction d'Armentières.





J'entre à nouveau dans cette commune en queue d'un petit groupe. D'ailleurs plutôt légèrement détaché ! Puis, nous atterrissons sur le milieu de la Rue de Tancrou en tournant à droite, mais dans le sens inverse de tout à l'heure. Au moment de mon passage sur la ligne de départ, mais donc en sens inverse, je trouve bien agréable la présence d'une sono musicale. Ça motive encore plus. Puis nous prenons la Rue des Vignettes avec en ligne de mire la ligne d'arrivée ... qu'on ne va évidemment pas prendre cette fois, car quelques mètres avant, nous quittons la route en tournant à droite dans le très étroit Sentier de la Fontaine qui passe entre les habitations avec en plein milieu un double virage gauche-droite à bien négocier. Le sol est jonché de gravillon. Un Vtétiste me suit et m'encourage. On discute pendant quelques temps. Il faut faire bien attention à la sortie de ce sentier, car on doit prendre la route tout en tournant à gauche Route d'Isles. Une belle descente qui me permet de dérouler un peu sans aller non plus trop vite pour ne pas me faire mal au dos. En bas, nous tournons à droite puis il faut quitter le bitume en tournant à gauche dans un chemin uniquement fait de cailloux. Puis les cailloux laissent leur place à l'herbe et je trouve ça beaucoup plus agréable, plus doux. Virage à droite, puis c'est relativement plat même si je ressens quand même un peu du faux-plat montant. Ensuite, je tourne à gauche avec tout au bout La Marne. Mais évidemment, on ne va pas y plonger une tête. On la longe en tournant à gauche. Je reviens sur un jeune qui était parti rapidement. Je l'encourage à s'accrocher à moi même si, lui court dans l'ornière gauche du chemin, alors que moi je reste sur le milieu car il y a de l'herbe et avec les chaussures que j'ai, c'est beaucoup moins glissant. Après le km 3,5, nous tournons tous les deux sur la gauche où nous sommes au pied de la véritable première grimpette. Elle est assez longue mais je trouve que ça se passe assez bien même si j'ai souvent tendance à glisser.







Une fois en haut, on retrouve le bitume de la Rue du Chef de Ville où nous retrouvons quelques spectateurs qui nous encouragent. Le jeune est bien derrière moi, et quelques mètres plus loin, un coureur de l'UA Villenoy, n'est pas très éloigné. Ce passage sur la route nous permet de bien souffler et aussi de nous relancer. Une centaine de mètres plus loin, je retrouve mon fils qui a encore changé d'endroit pour jouer au photographe. C'est aussi à ce moment, qu'il faut quitter une fois de plus la route en tournant à droite.





En fait, la descente sur ce chemin, correspond à peu près à la montée précédente. Je la fais tranquillement sans prendre le moindre risque. En bas, une bénévole m'invite à faire attention à ce virage à gauche rendu très glissant par la boue. Je ne longe plus La Marne mais la Ferme Aquacole. C'est quand même agréable de courir en pleine nature avec les hautes herbes des champs sur ma gauche et un mur d'arbres sur ma droite. Le chemin tourne sur la gauche où ça remonte encore. Mais je ne m'affole pas. Lorsqu'on retourne un peu sur la droite, la montée est devenue un faux-plat montant. Je vise toujours l'herbe pour éviter la boue.






Le jeune coureur a lâché prise mais le coureur de l'UA Villenoy est revenu sur moi. Il se décale sur ma droite et m'encourage. On échange quelques mots et je ne cherche pas à lui prendre la foulée. Ça devient un plat mais je n'ai plus rien pour éviter la boue. Un nouveau signaleur m'indique que c'est hyper glissant et dans la légère courbe qu'il m'a désigné, je confirme ses propos car j'ai beaucoup de mal à ne pas quitter ma trajectoire. Mais après ça va un peu mieux ... quelques temps puisqu'il faut tourner à gauche sur une très longue montée. Pas raide mais bien longue et en deux parties.




C'est un large chemin de terre avec quelques cailloux. Pas d'herbe pour éviter les glissades. La montée se fait en deux parties car en plein milieu ça grimpe beaucoup plus fort en faisant un nouveau double virage droite-gauche. Quand j'arrive tout en haut, je tourne sur ma gauche Rue de Tancrou. A proximité de la ferme qu'on a pris en début de course. Il me reste environ un kilomètre qui correspond à peu près au premier kilomètre de la course mais en sens inverse. Je finis par entrer dans la commune d'Armentières-en Brie, encore avec le son offert par un véhicule de l'organisation.




La Rue de Tancrou tourne sur la droite. Je me retourne pour voir où en sont les coureurs derrière moi. Ça va, l'écart est relativement important. J'ai beau faire cette course en mode footing soutenu (soutenu pour moi !), il y a quand même ce petit aspect compétition quand même ! Je passe sous les deux arches du départ, puis je retrouve une fois de plus Lucas avant de bifurquer sur la gauche Rue des Vignettes pour les derniers mètres de la course. Un dernier petit effort, puis je franchis la ligne d'arrivée 24ème/163 en 30'07''.




Je détache le petit coupon accolé à mon dossard pour le donner au bénévole classeur. Puis la compagne d'Eric Leblacher m'offre une très jolie médaille commémorative de la course en me la mettant autour du cou.



Je retrouve mon fils Lucas ainsi que David et Maxence qui sont tous les deux satisfaits de leurs courses respectives. David a pris la 15ème place en 27'39'' et Maxence la 21ème en 28'44'' et surtout en remportant la victoire en espoir masculin. Bravo à vous les gars et mention spéciale à Maxence pour sa victoire.




Nous entrons dans l'enceinte du parc de la Salle des Fêtes, où le ravitaillement final a été installé. Une montagne de crêpes a été confectionnée pour nous coureurs. Miam. J'en prends une mais je l'offre à mon fils qui l'a bien méritée avec tous ces trajets pour aller de point en point avec l'appareil photos. En dehors de ces crêpes, des barres de céréales ou encore des morceaux de chocolat ainsi que des gobelets d'eau, ou de coca nous sont offerts. Sur un autre stand, des bénévoles ont confectionné des pâtisseries et des sandwiches destinés à la vente. Une excellente idée !




Pour ne pas attraper froid, car il pleut toujours un peu, nous retournons à la voiture pour que je puisse me changer. Mais avant, je fais une petite récupération en courant un peu moins de deux kilomètres. Ensuite retour à la Salle des Fêtes pour consulter les résultats officiels. Je finis au pied du podium en catégorie V1M. Pas mal pour un ''début de retour'' ! En retournant à cette Salle des Fêtes, j'ai croisé les trailers de mon club du PAAC, notamment Soraya et Fabienne, qui vont courir une des deux courses restantes de la matinée ! En quittant Armentières-en-Brie, j'ai eu le plaisir de croiser Fred et Cyrille, tous deux du club de l'UA Villenoy. Ça nous a permis de papoter un peu ! Un grand bravo à Eric Leblacher et à toute son équipe, pour son organisation sans faille et sans le moindre pépin ! Et merci à Rod Geur aussi pour certaines photos !

6 commentaires:

Pascal Flamand a dit…

Ah ça me manquait de te lire pour quelqu' un qui ne cours Plus depuis 5 mois c est plus qu'acceptable....Bravo JF

Jeff a dit…

oooh, merci Pascal, tu es trop gentil !!!

Pascal Pioppi a dit…

un peu de lecture fait du bien le dimanche mon ancien jour d'écriture LOL. Content pour toi, on sent que tu es heureux en épinglant ton dossard et le... sourire :)

Jeff a dit…

C'est tellement bon ce sport !!! Mais ta présence me manquait par rapport à l'année précédente !

David GUEUDET a dit…

Cela fait plaisir de te revoir avec un dossard, on sent à quel point ça te fait plaisir. J'espère que tu vas bien te rétablir pour que tu puisses reprendre davantage de plaisir et retrouver tes sensations de course ! Pour une reprise, tu as fait une bien belle course, bravo ! A bientôt ;-)

Anonyme a dit…

Salut Jeff, bravo pour ton retour à la compet', avec une performance plus qu'honorable ! Garde le moral ! À bienttôt sur une course. Sergueïy.