.

.

TOPS 10

TOPS 10

Cross de Marne & Gondoire (77)

Samedi 11 novembre 2017

Un week-end 100% cross m'attend. Hé oui, moi qui ne suis pas du tout friand de ce genre de courses, je me suis enfin décidé à participer au cross qu'organise mon ancien club de Marne-et-Gondoire Athlétisme dans le fabuleux cadre du Parc de Rentilly et son château à l'aspect étrange, voire artistique. En effet, suite à l'état général du château, un projet a été lancé en 2011 pour repenser totalement et de façon artistique, son architecture. Il y a les ''pour'' et il y a les ''contre''. Mais ça n'empêche que le cadre est vraiment très beau. Aujourd'hui, samedi, je fais donc ce cross et demain, je vais m'attaquer à celui de Torcy, distant de seulement deux kilomètres. Un peu étrange deux cross aussi proche l'un de l'autre sur un même week-end, ce qui va amener la concurrence entre ces deux organisations. Du-coup, je vais participer aux deux. Pas de jaloux ! C'est sous la pluie que j'arrive ce matin au Parc de Rentilly. Un énorme parking s'y trouve, ce qui est vraiment bien pratique pour se stationner. Des bénévoles nous dirigent pour gérer au mieux les places. Certains vont y rester pendant toute l'organisation afin d'éviter les éventuels vols commis dans les voitures pendant que les coureurs seront en train de courir. La pluie n'a pas l'air de vouloir s'en aller. Je vais pouvoir tester mes ''pointes''. J'ai cette paire de chaussures depuis plusieurs années, mais je ne m'en suis servi que sur une seule course.



Je retrouve des copains de MEGA, notamment Franck, Ludo, Philippe, Lilian, Jojo, ... pis des tas d'autres, comme Pascal et Nico du Val d'Europe, ... Je ne vais pas être le seul coureur du PAAC sur la première course car Christophe sera aussi de la partie et va lutter aux avant-postes. Le secrétariat est installé non loin du château. Je vais m'y abriter en attendant de m'inscrire. Le dossard qui m'est attribué porte le numéro 499. Sept courses sont au programme :
  • 9h30 : cross long de 8600 mètres (espoirs, seniors, masters hommes).
  • 10h30 : cross juniors à masters femmes de 3900 mètres.
  • 10h55 : cross court hommes et cross cadets et juniors hommes de 3900 mètres.
  • 11h20 : cross cadettes filles et minimes garçons et filles de 2946 mètres.
  • 11h40 : cross benjamins garçons et filles de 2946 mètres.
  • 12h00 : cross école athlétisme garçons et filles de 1116 mètres.
  • 12h20 : cross poussins garçons et filles de 1116 mètres.
Je vais participer à la première course. Une petite boucle est trois grandes boucles sont au programme de ma course.



Pour le moment j'ai mis mes chaussures de trail pour l'échauffement. Je reconnais une partie du circuit. Il y a peu de parties boueuses malgré la pluie. Mais je pense que je vais souffrir avec les montées et les descentes. Je ne suis pas habitué à ce genre d'effort et aucune préparation n'a été faite de ma part. Pure improvisation. Notre excellent journaliste de l'hebdomadaire LA MARNE, Pascal Pioppi est bien évidemment présent. Quel plaisir de se retrouver ! L'heure du départ se rapproche alors je regagne rapidement ma voiture pour échanger mes chaussures de trail contre celles pour le cross avec les pointes qui vont bien. Puis je retourne devant le château où la large ligne de départ y est placée. Je continue à faire quelques lignes droites. Sébastien, un ancien collègue de travail, est également présent. On s'était revus lors du Trail du Soldat de la Marne à Meaux, le mois dernier.



Nous sommes sous les ordres du starter. Je suis en second rideau avec … personne derrière moi,  ou presque, tellement la ligne de départ est large. Paaaaaaaaan, le départ est donné. Que ça part vite. Je me retrouve débordé de toutes parts. Nous sommes en descente et je n'ose pas me retourner de peur de me rendre compte que je suis dernier ou pas bien loin de cette dernière place. Quand on arrive dans le premier virage sur la droite, vers la fin de la descente, Sébastien est aussi passé devant moi et creuse aussitôt l'écart. Quand je dis que je ne suis pas un crossman, ça s'est très vite vérifié. Bon, ne pas paniquer, essayer de faire bonne figure et ça va peut-être aller mieux plus tard … ou pas. 




L'herbe est assez touffue, ce qui rend moelleux les appuis au sol. Tout au bout, nous devons tourner sur la gauche en faux-plat montant mais surtout avec le fort vent de face. Ça pique. Je continue à perdre des places. Il va vraiment finir par ne rester personne derrière moi ! Maintenant c'est plus ou moins plat, voire en léger faux-plat descendant en direction de la grille du bas du parc. Lorsque j'arrive au niveau de l'allée centrale, nous tournons à gauche pour remonter vers la ligne de départ.




C'est une longue montée, pas forcément raide, mais qui casse bien les pattes. Le sol est toujours identique depuis le début de la course. Tiens, ce n'est plus un coureur ou deux qui me doublent, mais carrément un groupe ce coup-ci ! Pourtant, on ne peut pas dire que je ne sois pas soutenu, car j'entends de nombreux ''Allez Jeff''. J'ai envie de leur dire merci mais je ne peux pas, je suis à bloc et je n'avance pas. Une fois en haut, je tourne à gauche pour entamer la première des grandes boucles avec d'entrée la même descente que lors du départ. J'ai en point de mire Sébastien, mais il a plus de 100 mètres d'avance sur moi. Par contre, j'ai pu changer enfin de rythme et il ne creuse plus l'écart sur moi. Pour le moment j'arrive à le stabiliser, ce qui n'est déjà pas si mal que ça. Je croise les premiers de la course qui ont l'air tellement facile. Les copains de MEGA ne sont pas mal classés du tout. Christophe qui était parti tranquillement opère une belle remontée au classement. Je tourne à droite, puis tout au bout, je suis dans le virage à gauche et la ligne droite en faux-plat montant avec le vent fort de face. Puis me revoilà sur la partie plus facile en direction de la grille du bas du parc. 


Quand j'arrive au niveau de l'allée centrale, au lieu de tourner à gauche comme lors de la petite boucle, je poursuis tout droit. Christine, mon ancienne coach, y est présente et n'hésite pas à m'encourager. Ça remonte légèrement. Quand j'arrive tout au bout, le virage tourne à gauche puis arrive la première gadoue qui entre dans les chaussures. Passage au-dessus d'un tronc couché, puis virage à droite afin de pénétrer en sous-bois pour une ligne droite montante dans la boue. Ça ne va pas très vite mais je ne perds plus de place, ce qui me regonfle un peu le moral. Le virage à gauche, tout en haut, peut-être un piège car il est rendu hyper glissant avec la boue, surtout que la pluie n'a pas décidé de se stopper. Une centaine de mètres après ce virage, nous quittons les sous-bois pour arriver dans une sorte de clairière où nous allons faire des lacets. Au moins, on voit beaucoup de coureurs ! Tout d'abord nous continuons tout droit en partie montante sur l'herbe pendant environ 150 mètres, puis virage à 180 degrés pour descendre également sur 150 mètres. En bas, virage à droite pour remonter sur 150 mètres et pour finir une dernière descente de 150 mètres. 


C'est sympa ce passage où on n'arrête pas de croiser les coureurs qui nous devancent et ceux qui nous suivent. De plus, les spectateurs nous voient à de nombreuses reprises sans bouger. Virage à droite avec un petit passage surélevé puis une partie bien glissante dans un enchaînement de changements de direction à gauche puis à droite. C'est là qu'on apprécie particulièrement les pointes. J'avais peur d'avoir mal aux tendons avec ces chaussures, mais je me sens bien dedans. Et physiquement je commence à aller beaucoup mieux. Après quelques virages je suis dans la dernière partie de la boucle avec la montée finale. C'est sous les encouragements que je parviens au sommet. Je me lance dans la descente et surtout dans la seconde des grandes boucles. Une fois en bas, je me suis bien rapproché de Sébastien, il n'y a plus qu'une quinzaine de mètres qui nous séparent. J'ai vraiment trouvé mon rythme de croisière et ça avance plus vite. Avant d'arriver dans le virage tout en bas, je double deux coureurs. Me voilà dans ce virage à gauche avec le vent de face. Un nouveau coureur est doublé et il n'y a plus personne entre Sébastien et moi. Je finis par le reprendre quand j'arrive en haut de ce faux-plat montant. Je ne change pas de rythme et le décroche aussitôt. Je suis dans la très longue ligne droite relativement facile à proximité de la grille. Sympa les ''Allez Jeff''. Plus loin, je tourne sur la gauche et ça me permet de voir l'avance que j'ai sur mes poursuivants. Mais je regarde surtout maintenant devant, contrairement en début de course, car je reviens vraiment sur beaucoup de coureurs. Passage au-dessus du tronc d'arbre couché et me voilà dans la partie bien glissante en sous-bois. En haut, je tourne à gauche pour arriver dans la plaine avec les quatre lacets de 150 mètres. Je suis revenu derrière un coureur de l'autre club de Pontault, l'UMS. Je vais finir par le doubler. 


J'en fais de même avec Philippe, un copain de mon ancien club de Marne-et-Gondoire Athlétisme. Je vois sur le bas-côté, Myriam qui prend des photos et me poussent à ne rien lâcher. Je sors de cet enchaînement de lacets, à la poursuite d'un autre coureur de l'UMS. Je vais finir par le doubler en haut de la longue montée finale de la boucle. Me voilà donc dans la dernière grande boucle du parcours. Les jambes sont un peu lourdes mais ça va tout de même. J'arrive encore à doubler quelques coureurs. Dans le dernier passage tout en haut avec les fameux lacets, Sébastien est revenu juste sur mes talons. 


Il va me suivre jusqu'à la sortie de ce passage. On discute quelques dizaines de mètres et je le laisse partir devant. Dans la dernière montée, nous faisons jeu égal et une fois en haut, au lieu de repiquer vers le bas pour enchaîner avec une nouvelle boucle, nous tournons à droite pour faire comme une grosse courbe et nous présenter juste devant le château pour franchir la ligne d'arrivée. Je termine 60ème/91 en 39'46''.

Finalement je termine sur une note positive où j'ai pu prendre du plaisir sur les deux dernières grandes boucles, contrairement à la petite et à la première des grandes boucles où j'étais vraiment à la ramasse. On nous offre un tee-shirt technique blanc sérigraphié de la course en guise de cadeau. Je tombe sur des amis de Bussy, qui m'ont encouragé pendant la course, mais je ne les avais pas vus. En fait, la plupart des gens qui m'ont encouragé, je ne les ai pas vus, je ne faisais que les entendre. Je pars ensuite me changer à la voiture avant d'attraper froid, la pluie ne s'était toujours pas arrêtée. J'ai profité d'une flaque d'eau pour nettoyer partiellement mes pointes afin qu'elles soient prêtes pour la course de demain matin à Torcy. Je passe un peu de temps avec les copains avant de quitter le Parc de Rentilly et me rendre à mon travail qui n'est distant que d'un petit cinq kilomètres. Même les jours fériés je bosse !

Article de Pascal Pioppi :
https://actu.fr/ile-de-france/torcy_77468/cross-mega-sous-pluie-torcy-sous-deluge-louverture-saison-photos_13376128.html

Aucun commentaire: