.

.

TOPS 10

TOPS 10

Les Foulées de la Mer de Sable (60)

Dimanche 27 mars 2016

Qui dit dimanche, dit jour de compétition. Pour d'autres (voire pour les mêmes !), c'est jour de grâce matinée, jour de la messe, ... mais pour des fous de courses à pied comme moi et comme pour beaucoup d'autres et à tous niveaux, ... c'est jour de compétition. Un petit handicap vient se présenter à nous ce week-end. En effet, le passage à l'heure d'été est synonyme d'une heure de sommeil en moins ! Pas très cool surtout qu'on doit se lever tôt ce matin. Pour ce dimanche, j'ai décidé de participer aux Foulées de la Mer de Sable. Un Parc d'attraction qui se trouve sur la commune d'Ermenonville, en pleine forêt. Et comme le nom du Parc l'indique, c'est une véritable ... mer de sable, avec des étendues de sable mou, des dunes longues et raides, ... Un vrai bonheur. Peut-être plus pour les spectateurs que pour les coureurs qui vont vraiment souffrir.



Nous arrivons donc tôt car je me suis inscrit sur le site Top Chrono, au Trail court dont le départ aura lieu à 9h30. Mes tendons me laissant un peu de répit, je vais également m'inscrire sur le Trail long qui partira à 11h15, histoire de faire une séance et accompagner Bernard, mon pote de l'ASPTT Nice. Je ne vais donc pas courir seul car sur la course courte, il y aura Rémi Lalanne, du club de l'UA Villenoy et sur la course longue, il y aura Sophie Hinsinger (MEGA), Bernard Lefevre (ASPTT Nice), Abdelhak BENLAADAM (Blanc-Mesnil Sports AC), Patrick Loupia et mon pote Olivier Lemaitre (CAP 21). 





Direction le restaurant principal du Parc de la Mer de Sable, afin de retirer mon dossard pour le 5 km et pour m'inscrire sur l'autre course. Je vais porter respectivement les dossards numéro 776 et 321. J'ai droit à deux tee-shirts techniques en souvenir de la course. Cette année, ils sont de couleur orange. Nous croisons Rémi, puis nous allons marcher dans la prairie de sable afin de repérer une partie du parcours. Ça promet vraiment car les difficultés sont nombreuses et bien ardues. Puis retour à la voiture afin de me préparer. Je m'en vais faire ensuite seul mon échauffement. Au début je suis bien rouillé, mais ça revient mieux ensuite. Et je confirme, le sable est bien mou. Il ne fait pas bien chaud ce matin même si un coin de ciel bleu montre son nez. Je vais donc conserver les gants pour courir.





Je me rapproche ensuite de l'Arche du Parc où le sas de départ y est placé. L'arrivée se fera sous cette même Arche. Le speaker de la course est comme depuis la création de cette organisation, Harry Bignon. C'est la 4ème fois que cette course est organisée. J'avais fait la première édition en 2013. Depuis je n'y étais jamais revenu. Mais le souvenir que j'en avais conservé, à part que c'était une course très difficile, était le côté totalement atypique qui en fait une course unique.

TRAIL DE 5 KM :


J'entre dans le sas de départ avec Rémi. Le vent est froid et les gants sont bien en position sur mes mains. Il reste encore quelques minutes avant que le départ ne soit donné. Un des organisateurs nous donnent les dernières directives. Une chose encore bien atypique : le départ. En effet, il se fera derrière deux cow-boys au galop, dont un qui va tirer un coup de feu. J'aime beaucoup cette ambiance et je trouve que celui qui a créé cette épreuve a eu une riche idée. Je me suis bien placé. La ligne de départ est large et je me suis mis devant.






A 9 heures 30, les deux cow-boys s'élancent et un coup de feu retentit. C'est donc parti. Dès les premières foulées, j'ai du mal à avancer car je m'enfonce beaucoup trop. On tourne légèrement sur la gauche et nous devons aller jusqu'au bout de la prairie. Mais ça monte un peu dès le début et je n'arrête pas de reculer au classement. Il y a une bonne trentaine de coureurs devant moi. Ça devient un peu plus plat quand j'arrive à la hauteur d'un bunker.





Nous continuons toujours tout droit en direction de la forêt. Je commence à trouver un peu mes marques et je ne perds plus de place. J'arrive au bout et nous devons faire le tour de l'oriflamme afin de revenir sur nos pas en direction de l'Arche. Mais pour éviter de croiser les coureurs, nous devrons passer de l'autre côté du bunker. Le sable est très mou mais l'avantage c'est que c'est en faux-plat descendant. C'est donc plus facile. Je croise Rémi et une fois le bunker passé, nous tournons sur la droite juste avant l'Arche.




Je m'enfonce dans ce sable mou. Il y a beaucoup de spectateurs quand on s'approche de l'Arche. Harry m'encourage lors de mon passage. Ça remonte un peu, puis on descend toujours dans du sable bien mou avant d'arriver à proximité de l'enceinte du Parc côté parking. Il faut faire attention en franchissant les rails du petit train. Une fois de l'autre côté des rails, je trouve un parcours qui me convient beaucoup mieux car c'est en terre, même s'il y a quelques flaques, mais ça se rapproche plus de la route. Je gagne place par place. Le chemin remonte un peu et tourne pour repiquer plus à l'intérieur du parc où il y a des animaux. On contourne un petit bâtiment. Il y a de gros pavés bien inégaux et glissants. Puis nous retrouvons un chemin avec un mélange de sable mouillé et de boue sur le bord de la forêt.


Un virage à gauche et ça monte sur ce même type de chemin qui est assez étroit. Mais ça se passe bien pour moi. Je me rapproche de la première féminine qui était bien mieux partie que moi. Puis nous tournons sur la droite. Le chemin est beaucoup plus étroit et beaucoup plus raide. Nous longeons l'enceinte mais du côté opposé de tout à l'heure. Je double un coureur qui se met à marcher puis il y a un peu de répit car ça devient plat avant de remonter et c'est encore plus raide que tout à l'heure. Une fois en haut, il y a un ravitaillement mais je ne m'en préoccupe pas. Je double la première féminine ainsi que deux autres coureurs. Puis nous tournons à droite où ça descend. Plus on avance, plus la descente est rapide mais attention au sable et de gros cailloux. Le chemin tourne ensuite à droite et on se trouve dans les allées bitumées du parc entre les attractions. Ça remonte afin de faire le tour de bâtiments de style western. Puis nous descendons toujours sur le bitume avec en bas la vision de l'Arche. Je m'y approche, mais nous tournons à droite pour pénétrer à nouveau dans la prairie et son sable mou.




Maintenant il faut retraverser la prairie jusqu'à l'oriflamme. Je préfère ne pas trop regarder loin devant mais plutôt où je mets les pieds avec les traces de pas profondes du passage précédant. Je fais le tour de l'oriflamme et on prend la direction de la grande dune. Quand j'ai fait cette course en 2013 mais sur le 10 km, je n'avais pas réussi à arriver en haut sans marcher lors des deux passages. Déjà, avant d'y arriver, ça grimpe un peu lors de la traversée en diagonale de la prairie, puis j'arrive dans le dur. Et je ne parle pas du sol mais du dénivelé. Ça grimpe, mais je parviens à arriver en haut. Je retrouve un chemin étroit avec du sable humide qui serpente entre les arbres. Ce chemin redescend toujours en sous-bois jusqu'à l'oriflamme tout en bas. Nous tournons à gauche pour la dernière ligne droite et la dernière traversée de la prairie. Je regarde derrière moi et vu que j'ai fait un écart avec les deux coureurs qui sont derrière moi, j'en garde un peu sous le pied en prévision de la course d'après même si je ne la ferai pas à fond. Tout au bout, je tourne légèrement sur la droite et quelques dizaines de mètres plus loin je passe sous l'Arche. Je termine 16ème/220 en 25'34''. Je fais podium en prenant la 3ème place en catégorie Master 1 !






Je restitue ma puce de chronométrage et je reçois une médaille en souvenir. Je retrouve aussitôt après Olivier, qui vient d'arriver sur le site. Rémi termine sa course en 156ème position avec un chrono de 38'37''. Maintenant il reste 1 heure 15 avant le départ de la course suivante. Nous retournons alors à la voiture pour changer de débardeur, de dossard et de puce de chronométrage. Mais plus le temps passe, et plus mon tendon d'Achille devient vraiment très douloureux. A un moment je n'arrive même plus à marcher alors je passe le temps qu'il reste, à faire des étirements comme j'ai appris à les faire pour tenter de rendre le tendon plus souple et donc moins douloureux.




Je retrouve Bernard, Abdelhak ainsi que Sophie qui est de mon club. Abdel va jouer une place sur le podium au scratch et Sophie pareil chez les femmes. Une fois que mes étirements ont fait leurs premiers effets, je pars faire un petit kilomètre d'échauffement avec Olivier mais ça me parait difficile de prendre le départ de la prochaine course. On verra bien.

TRAIL DE 10 KM :



Nous y voilà sur la seconde course de la matinée, sans compter celles des enfants.  Je décide quand même de me rendre dans le sas de départ et après on verra bien ce qu'il va se passer. Je continue à m'étirer le plus possible. Selon Olivier, il y a un peu moins de monde que l'an passé sur cette course. Mais ça reste tout de même un beau peloton. En ce qui concerne le parcours, il sera quasiment pareil que sur ma première course sauf au début. On va bien traverser la prairie mais au lieu de revenir vers le départ directement on va devoir gravir une première grosse et longue dune avant de revenir vers le départ. Puis il y aura une boucle identique au 5 km mais à faire à deux reprises.








Avec quelques minutes de retard, le départ est donné par les deux cow-boys qui partent au galop. Ce qui n'est pas du tout mon cas. Abdel est parti comme une flèche. Sophie est très bien partie aussi et Olivier est proche d'elle. Moi je monte la petite bosse en direction du bunker. Ça va un peu mieux que tout à l'heure mais ce n'est pas bien folichon. J'arrive donc au bunker puis plus loin à l'oriflamme. Au lieu de pointer en direction de l'arrivée ou un peu plus à gauche de la grosse dune, nous pointons encore plus à gauche vers une autre dune qui monte quand même longtemps et bien. Je fais ce que je peux mais c'est difficile. Je vois Sophie et Olivier qui dévalent la pente vers l'Arche. Moi je monte toujours. Puis c'est à mon tour de basculer dans la descente. Ça fait du bien et le sable très mou à comme bénéfice de me servir d'amortisseur pour le tendon.







Nous passons le long de l'Arche puis direction le petit chemin où passent les rails contre l'enceinte du Parc côté parking. Ce passage me permet de doubler plusieurs coureurs mais dès que ça remonte ça se complique à nouveau. Je suis maintenant sur le chemin peu large en sous-bois. Ça monte mais quand on tourne ensuite à droite c'est encore plus raide. Je suis le long du grillage qui est sur le côté opposé au parking.  Je me mets à marcher puis je me relance quand c'est redevenu plat. Mais quand ça remonte quelques mètres plus loin c'est encore plus pentu, alors je termine l'ascension en marchant. Je ne suis pas le seul. En fait, tous ceux qui sont à mon niveau, font la même chose. Passage au ravitaillement mais je m'en désintéresse, puis un peu de plat tout droit avant de tourner à droite dans une descente avec un mélange de sable humide et de grosses pierres.








Puis nous arrivons dans les allées du Parc d'attraction. Ça monte, puis un peu de plat sous l'enclos des ânes avant de remonter sur du sable et de récupérer du bitume. Abdel est toujours dans les hommes de tête. Sophie qui s'était faite passer par Olivier dans la descente de la première dune, est repassée devant lui. Moi j'arrive bien plus loin avec Bernard peu de temps derrière.





Nous continuons de monter sur le chemin en bitume vers le haut du Parc. Mais comme c'est trop dur pour moi, je préfère me décaler sur l'extérieur pour ne pas gêner les coureurs qui me suivent. Nous contournons un îlot de bâtiment style western. Une fois en haut, nous passons un petit pont qui nous donne une bonne vision du bas du Parc. Puis quand j'ai fini de traverser ce pont, je tourne sur ma gauche et je m'engage dans la descente. J'y vais tranquillement. Je donne mes gants à notre photographe perso et je lui demande si Bernard n'est pas trop loin car je continue tranquillement pour poursuivre ma course avec lui.






Je continue ma descente et juste avant d'arriver à l'Arche, nous pénétrons à nouveau dans l'immense prairie de sable mou. Je reçois les encouragements d'Harry, puis je passe à côté du bunker avant d'arriver au bout et de faire le tour de l'oriflamme. Maintenant je prends en point de mire la grosse dune. Allez c'est parti. Je croise de loin Bernard et je l'encourage à revenir rapidement sur moi mais je ne suis pas sur qu'il ait entendu.





Pour arriver au pied de la dune ce n'est déjà pas très aisé, mais dès que le dénivelé est beaucoup plus important, je dois me résoudre à terminer l'ascension en marchant. Une fois en haut je suis sur le chemin qui serpente entre les arbres et juste avant d'entamer la descente il y a un ravitaillement. Mais je ne m'y intéresse pas. Je descends tranquillement en me retournant de temps en temps pour voir si Bernard revient. Puis une fois tout en bas, je retraverse la prairie en partant de l'oriflamme jusqu'à l'Arche.






Quand je suis sur le point d'en terminer avec cette boucle, Patrick me reprend et m'encourage à ne rien lâcher. C'est très gentil mais sur le coup j'étais tellement concentré à ne pas penser à la douleur que je n'avais pas trop fait attention à ses encouragements. Je laisse l'Arche sur ma gauche et je retrouve un peu de mieux quand je suis sur le chemin de terre le long des parkings. Mais quand je repique un peu vers l'intérieur du Parc avec la petite partie pavée, je manque de me retrouver au sol en glissant. Et c'est reparti pour grimper le long du grillage. Enfin grimper ... en marchant, car je ne peux pas mieux. Dire que le 5 km s'était passé à merveille sans marcher une seule fois, mais là c'est la course de trop. Je finis par parvenir tout en haut et après le ravitaillement nous tournons à droite pour descendre et arriver dans les allées du Parc d'attraction.










La petite montée qui suit la longue descente se passe bien car je suis lancé, mais quand je suis sur la partie plate sous l'enclos des ânes, j'ai beaucoup de mal à relancer quand ça remonte. Surtout que le début est sur du sable. Mais après les appuis sont meilleurs car le sol est bitumé. Mais ça ne m'empêche pas d'aller lentement. Je vais terminer la course. C'est dans la tête ! Je passe sur le pont.



Puis j'engage la descente en direction de l'Arche. Au passage, je demande à notre photographe où en est Bernard et il n'est plus bien loin. Je poursuis ma descente puis c'est la traversée de la prairie de sable mou vers l'oriflamme et ensuite la montée de la grosse dune. Mais j'attends Bernard en marchant sur la moitié de la diagonale avec le sommet de la dune tout au bout. Quand je suis en haut, je me retourne et je vois que Bernard est bien revenu. Je trottine sur le chemin qui serpente et je m'arrête même pour boire un verre d'eau au ravitaillement. Puis je descends tranquillement jusqu'en bas. Quand j'arrive à l'oriflamme, je me retourne et marche en reculant pour que Bernard revienne sur moi. Une fois à ma hauteur je repars et je l'encourage à s'accrocher pour gagner quelques places. Il y a deux coureurs un peu devant nous et il s'accroche bien à moi. Nous les doublons et les lâchons sans problème. Puis nous arrivons sous l'Arche. Je termine 201ème/363 en 1h01'29''.





Bernard est bien content de sa course. Moi je suis bien content que ça se soit terminé. Nous rendons les puces de chronométrages puis une nouvelle médaille pour moi. Je prends une pomme qui nous est offerte une fois la puce restituée. Je retrouve les copains et les bons résultats sont au rendez-vous. Patrick, qui m'a encouragé à la fin du premier tour, vient à son tour nous rejoindre. Bien sympa !









Nous retournons ensuite aux véhicules pour nous changer. Je mets beaucoup de temps pour y aller, ça fait très mal. Mais une fois à la voiture, que ça fait du bien de s'asseoir ! Je me change avant qu'on aille tous assister à la cérémonie protocolaire des récompenses dirigée par Harry Bignon et que je me mue en photographe.









Un petit point sur les différents résultats des deux courses :
TRAIL COURT :
16ème/220 en 25'34'' Jeff BACQUET (Marne-et-Gondoire Athlétisme) --3ème Master 1 Masculin--.
156ème/220 en 38'37'' Rémi LALANNE (UA Villenoy).
TRAIL LONG :
4ème/363 en 39'59'' Abdelhak BENLAADAM (Blanc-Mesnil Sports AC) --3ème Senior Masculin--.
32ème/363 en 47'55'' Sophie HINSINGER (Marne-et-Gondoire Athlétisme) --4ème Féminine au scratch et 2ème Master 1 Féminin.--
40ème/363 en 48'45'' Olivier LEMAITRE (CAP 21).
143ème/363 en 57'53'' Patrick LOUPIA.
201ème/363 en 1h01'29'' Jeff BACQUET (Marne-et-Gondoire Athlétisme).
202ème/363 en 1h01'30'' Bernard LEFEVRE (ASPTT Nice) --3ème Master 3 Masculin--.

Un peu de repos, du glaçage, et je vais trouver une course plus plate. Si quelqu'un à une suggestion ...

2 commentaires:

pat kev a dit…

Merci Jeff. Tu as réalisé un très beau reportage, deux courses pas faciles agrémentés de très belles photos. Si en plus on a Harry pour nous booster !!! Au plaisir, Patrick.

Anonyme a dit…

Bonjour Jeff,
Une idée de course plus plate ?
Les foulées de Liancourt (60) le 10 avril, 10km, 60m D+.
Sinon très plat les foulées de la rue à Beauvais (60) le 04 juin, 10km, 15m D+.

Merci pour tous tes reportages.

David