.

.

TOPS 10

TOPS 10

41èmes Boucles Saint-Quentinoises (02)

Vendredi 11 novembre 2016


Article rédigé par Laura (présentation) et Jeff

Le 11 novembre prochain, Jeff et moi participons aux 21e boucles Saint-Quentinoises. Cela n’est pas dans nos mœurs de prendre part à une compétition en pleine semaine. Seulement, il s’agit de la fête nationale commémorant la signature de l’armistice du 11 novembre 1918 à Rethondes (60). Plus particulièrement, on fête le dénouement de la Première guerre mondiale, aussi appelée « Grande Guerre ». Nous ne courons pas en habits d’époque, de peur de les abîmer... mais nous porterons les couleurs de l’Union Athlétique de Chauny.


3 courses sont au programme
  1. A 14h30, le starter lancera la course de durée « Kids Endurance 5’ » où les Eveils Athlétiques avec notre petit Julian, fouleront le sol pour une durée n’excédant pas les 5 minutes. A 14h35 les poussins-poussines feront de même.
  2. A 14h40, ce sera au tour des Benjamins et benjamines de parcourir 950 mètres, puis 5 minutes plus tard, au tour des Minimes garçons et filles.
  1. A 15h00, Cadets, Juniors, Senior, Masters hommes et femmes prendront le départ du 10 km.
Le départ a lieu sur la Place de l’Hôtel de ville, tout comme l’arrivée. Un parking est prévu derrière l’hôtel de Ville, puis devant la Basilique à titre gratuit. Le parcours est une boucle pas très évidente, à répéter à 3 reprises. Certains pourront admirer l’architecture de la ville autrement qu’en voiture. Il est signalé que les athlètes devront obligatoirement emprunter la chaussée et non les trottoirs, sans doute par mesure de sécurité et de respect du mesurage. Chaque participant se verra remettre un Tee-shirt à l’effigie de la course lors du retrait de son dossard. De plus, un tirage au sort aura lieu 15 minutes après l’arrivée du dernier concurrent. Seules les personnes souhaitant en faire partie sont priées de déposer le bulletin prévu à cet effet dans l’urne avant de prendre le départ. Cette mesure permet d’éviter un tirage trop long, pouvant agacer certaines personnes fatiguées d’avoir couru et pressées de se mettre au chaud ! L’année passée, les derniers coureurs ont franchi  la ligne d‘arrivée en un peu moins d’1h15. Il faut donc prévoir un tirage au sort aux alentours de 16h30.


Pour tous les coureurs hésitant encore à venir fouler le sol saint-quentinois, il est encore temps de s’inscrire. Pour cela, il faut s’affranchir de la somme de 10 euros, à remettre le jour de la course de 12h00 à 14h00 à la Maison des Sports située 10 rue de la Comédie. En raison des températures frisquettes, 7° degrés annoncés, boisson chaude et collation seront offertes à chaque participant, sous les arcades de la Mairie. 



Merci ma tite Laura pour la présentation de la journée. Maintenant place à la course. Après un bon petit repas chez les parents de Laura, nous prenons tous les deux la direction de Saint-Quentin qui est distante d'une petite demi-heure de Chauny. Le centre ville est partiellement bloqué pour la course, mais nous trouvons une place de stationnement Rue de la Sous-Préfecture, juste à côté de la Place de l'Hôtel de Ville. Au même moment, je reçois un coup de téléphone des copains (Laurent, Olivier, Fred), qui viennent également d'arriver et se sont garer derrière l'Hôtel de Ville. Nous nous rendons directement à la Maison des Sports afin de retirer les différents dossards. Un petit bonjour à la maman de Marie, une amie, qui est bénévole aux inscriptions. On nous offre un tee-shirt souvenir.





Puis nous nous retrouvons tous sur la Place de l'Hôtel de Ville au niveau du podium et surtout au soleil. Car il fait très froid. Un petit vent vient encore plus rabaisser la température ressentie. Pour le moment j'ai trois couches de vêtements en haut et je me les caille grave ! Ça promet pour la course. Emilie, qui va faire partie des favorites, nous rejoint. Elle tient également le Bar de l'Avenir, juste derrière l'Hôtel de Ville. Elle nous invite à nous y réchauffer et à boire un coup avant la course. Laura et moi, nous allons donc l'accompagner dans son bel établissement que je conseille vivement.




Ensuite nous retournons à la voiture pour nous préparer. Je décide de courir en débardeur même s'il fait froid. J'espère que la course me réchauffera. Avec le nombre de côtes et de faux-plats c'est fort possible ! Pour le moment je conserve ma veste au-dessus du débardeur. Laura a opté pour un grand sac poubelle. Maintenant, il n'y a plus qu'à trouver un grand container pour la balancer à l'intérieur ! … Pardon Laura, c'était tentant et trop facile !!! Nous repartons de la voiture au même moment où un ami, David, qui est accompagné de sa femme et de sa fille, arrive à notre hauteur. Il va également participer à la course. L'an dernier il avait même eu la chance de remporter le gros lot de la tombola avec un séjour pour deux jours à Europa Park. Si seulement nous pouvions gagner la même chose cette année !





Retour à la Place de l'Hôtel de Ville pour y encourager les enfants qui vont participer à la courses des Kids, qui consiste à courir en endurance autour de ladite Place. Julian, le fils de Fred et Noa, celui de Laurent, se sont placés derrière la ligne de départ. Pendant ce temps-là, je retrouve Thierry, le capitaine de mon commissariat en Seine-et-Marne, qui va également participer à ce 10 kilomètres ! La pression pour moi, car s'il me bat je risque d'en entendre parler au travail pendant longtemps !!!








Les enfants prennent plaisir à courir sur la Place. Quelques chutes sont à noter, mais Julian et Noa les évitent. A chaque passage devant nous, Julian nous gratifie d'un grand sourire. Même pas fatigué ! Il y a énormément de monde pour les encourager : les spectateurs, les coureurs du 10 km, les parents, … Une fois cette course terminée, Sabine, la compagne de Fred, se charge de garder les enfants pendant que les ''grands'' vont s'échauffer puis participer à la course du 10 bornes.



Je pars avec mon ''sac poubelle'', euh … enfin avec Laura, m'échauffer. Nous sommes en compagnie de Sonia et Charles, tous deux également de l'UA Chauny. Ça nous permet de repérer une partie du circuit, qui sera donc à couvrir à trois reprises. De nombreux coureurs nous ont parlé de la fameuse côte de fin de boucle, qui a l'air assez compliquée. Mais je préfère me réserver la surprise pendant la course. Pas la peine de se fatiguer à la monter une première fois pour rien, ou alors seulement pour se faire peur. Il y a énormément de virages et le vent est bien présent. Il souffle quand même assez bien. Le peu du parcours que j'ai découvert, m'a permis de découvrir qu'il y a de très nombreux faux-plats montants et descendants. Je ne parle même pas de la côte !








Puis l'heure de la course approche à grands pas. Je vais déposer nos affaires (veste et sac poubelle) à la voiture. Maintenant que je suis seulement en débardeur, je me rends encore plus compte qu'il ne fait pas fort chaud. Mais en courant ça devrait le faire. Je retrouve Laura qui était retournée dans le Bar d'Emilie (pas pour boire non non). Nous tombons sur Patrick, également du club de l'UA Chauny, qui est venu en spectateur pour nous encourager. C'est bien sympa de sa part. Et je ne parle pas des différents et nombreux coureurs ou bénévoles qui sont venus nous parler. Nous allons être assez nombreux du club à nous élancer sur la dernière course. En effet, en plus de moi et Laura, il y a David, Laurent, Sonia, Charles et Brice. Sans oublier le président du club qui sera présent sur le bord du parcours.






Il est maintenant l'heure de se placer derrière la ligne de départ qui est située devant l'Hôtel de Ville. Une très large ligne mais il faudra tout de même bien se placer car une fois cette Place traversée, ça va se resserrer. Une minute de silence est réclamée en la mémoire de Jacques Clin, récemment décédé et qui était l'organisateur ''historique'' de ces Boucles Saint-Quentinoises. Mais cette minute de silence s'est transformée en minute d'applaudissement.




Nous sommes maintenant sous les ordres du starter. Laura s'est placée juste derrière moi et Olivier à côté d'elle. Fred et Laurent sont un peu plus derrière. En première ligne se trouvent Emilie et également Roxane, les deux favorites de la course. Ma Laura en sera l'outsider. Le coup de pistolet retentit et nous partons. Attention aux chutes lors de la traversée de la Place de l'Hôtel de Ville.





Mais ça se passe bien. Je pars bien, pas trop vite, juste comme j'aime. Une fois au bout de la Place, nous continuons tout droit sur les pavés de la Rue de la Sellerie. Je vois que Laura n'est pas loin derrière moi. Je suis quelques mètres derrière Emilie. Roxane a déjà pris de l'avance avec Brice dans sa foulée. Nous prenons un virage bien serré sur la gauche pour remonter la Rue de Lyon. Il s'agit d'un petit faux-plat montant avec le vent de face. Je passe Emilie et me retrouve une vingtaine de mètres derrière le groupe de Roxane. Puis nous tournons à droite Rue du Gouvernement. Maintenant le faux-plat est descendant. Dans le prochain virage à gauche qui m'amène à la Rue d'Alsace, je reviens sur Brice et le double. Mais à la sortie de ce virage, il accélère et me lâche. Je n'essaye pas de revenir car mon but est de rester le plus possible sur mon tempo. J'entends des ''allez Jeff'' venant de quelques bénévoles. Nouveau changement de direction en prenant à gauche la Rue Paul Doumer. Roxane est en train de s'éloigner de plus en plus de moi. Sur le coup je pensais réussir à revenir sur elle mais ça va beaucoup trop vite. Une jolie descente Rue Raspail, sur la droite, nous permet de nous relancer même si le vent de face est quelque peu fatigant.


Peu importe, j'arrive en bas et lorsque je prends à gauche Rue Emmere, je suis bien caché par les habitations et je ne ressens plus du tout ce vent. Je suis pour le moment bien dans mon rythme. Pas de fatigue, tout va bien. J'espère que Laura n'est pas bien loin derrière moi ! Petite partie montante sur la gauche Rue Gabriel Girodon qui se poursuit sur la Rue des Frères Desains. Une fois en haut, je tourne à gauche Rue des Albalétriers. J'arrive face à la Rue Paul Doumer, où je vois les coureurs qui sont loin derrière moi, arriver en haut de la descente. Quand à moi, je prends à droite pour prendre la Rue Raspail dans le sens inverse de tout à l'heure. Emilie qui était quelques mètres derrière moi, dans un petit groupe, me repasse. Nous commençons à entendre le bruit d'une foule importante quand on se rapproche de la Place de l'Hôtel de Ville. Nous quittons la Rue Raspail en tournant à droite Rue Croix Belle Porte, qui donne juste sur le Bar d'Emilie. Puis nous tournons à droite pour pénétrer sur l'espace piéton de la Place de l'Hôtel de Ville. Nous longeons ce dernier, puis débutons la vraie descente du parcours Rue Emile Zola.






J'entends Sabine qui m'encourage ainsi que Julian et Noa qui crient ''Allez Jeff !!!''. Lors du passage à l'Hôtel de Ville, j'ai pu jauger les écarts des différentes filles grâce au speaker. Roxane a quelques dizaines de mètres d'avance sur Emilie et Laura se trouve à quelques secondes derrière moi. Je ne suis pas très doué en descente. J'ai plus l'impression de perdre du temps que d'en gagner. Quand la première féminine est en bas, je ne suis qu'à mi-descente. Je tourne à mon tour à gauche Rue Gabriel Péri pour enfin un peu de plat. Il n'y en a quasiment pas sur ce parcours. Une belle ligne droite, puis un virage bien serré sur la gauche où je suis au pied de la ''fameuse'' ascension qui faisait tant peur à nombre de coureurs avant la course. La côte de la ''Bibliothèque''. Je ne me mets pas dans le rouge.






La première partie est assez roulante. La seconde un peu plus pentue mais honnêtement je m'attendais à bien pire. Une fois en haut, je tourne à gauche Rue de la Comédie, là même où nous avons récupéré les dossards. La rue descend un peu, puis au bout, je tombe sur la descente de la Rue Emile Zola, mais moi je dois remonter les quelques mètres qui me séparent de la Place de l'Hôtel de Ville. Il y a vraiment beaucoup de monde. Je fais le tour de cette Place par la droite. Claude Vaillant, m'encourage en me disant … que je me traînais. Merci Claude, ça permet de se sentir en confiance ! En fait on ne doit faire un tour complet de la Place mais seulement la moitié car j'en ressors par la Rue de la Sellerie. 







Je ne veux pas regarder une seule fois ma TomTom mais j'ai des sensations assez bonnes. Je ne sais pas si je vais vite mais je suis capable de maintenir ce tempo qui me convient bien. Virage serré à gauche pour remonter la Rue de Lyon et son vent de face. Cette fois-ci je suis plus isolé donc c'est un peu plus difficile pour tenter de s'abriter du vent. J'entends Patrick m'encourager, puis je tourne à droite Rue du Gouvernement. Emilie est déjà bien loin devant moi. Plus de trace de Roxane ! Le parcours continue à serpenter et me fait arriver en haut de la descente de la Rue Raspail. Et comme lors de la descente précédente, j'ai du mal à me faire violence pour vraiment avancer sur ce dénivelé négatif. En bas, je tourne à droite à deux reprises afin de débuter la petite montée de la Rue Gabriel Girodon. J'ai l'impression de revenir sur Brice qui avait pourtant fait un bel écart sur moi. Me revoilà un peu plus loin, Rue Raspail. J'aperçois Sonia qui me fait signe et qui, elle se trouve à la fin de la Rue Paul Doumer. Ça a l'air de très bien se passer pour elle. Juste avant d'entrer sur la Place de l'Hôtel de Ville, j'entends le speaker annoncer un retournement de situation en tête chez les féminines avec Emilie qui a pris la première place à Roxane. 












Puis quand je me lance dans la descente, j'entends le passage de Laura, qui restait sur des chronos décevants et qui va faire une très belle course si elle reste sur ce rythme ! J'en suis très content. A mi-descente j'aperçois effectivement Emilie qui tourne sur la gauche avec Roxane quelques dizaines de mètres derrière elle dans un petit groupe de coureurs. Je suis revenu sur Brice et l'encourage à rester avec moi sans se mettre dans le rouge. Petit travail d'équipe. A mon tour de tourner à gauche Rue Gabriel Péri et sa ligne droite plate. Nous entamons ensuite l'ascension de la grosse difficulté ensemble. Nous remontons des coureurs qui m'avaient doublé tout à l'heure. Nous les doublons même rapidement car notre rythme est bien élevé sur cette ascension. Brice s'accroche bien à moi. 







Une fois en haut, nous profitons un peu de la descente de la Rue de la Comédie pour souffler un peu. Brice est même repassé devant. Puis quand je pénètre sur la Place de l'Hôtel de Ville, j'entends Sabine, Julian et Noa m'encourager. Sans oublier Claude qui a toujours son petit mot d'encouragement. Philippe Roux, toujours blessé, a fait le déplacement spécialement pour venir nous encourager. D'ailleurs, bons nombres de photos qui se trouvent sur cet article sont de lui. Ma seconde boucle est achevée, maintenant je ressors par la Rue de la Sellerie juste derrière Brice que je redouble. Il arrive à s'accrocher à moi quelques temps mais après le virage à gauche de la Rue de Lyon, il va perdre le contact. Pour son premier 10 kilomètres il se débrouille vraiment bien. En fin de course, Laura me dira qu'elle est revenue sur lui et l'a également aidé. Lors de mon arrivée sur la Rue du Gouvernement, je me rends compte que je me rapproche de Roxane qui est beaucoup plus isolée. Seul, un coureur se trouve légèrement devant elle. Deux virages à gauche plus loin, Rue Paul Doumer, je suis juste derrière elle. Je me place à ses côtés et nous commençons à échanger quelques mots. Je sais qu'elle déteste le froid. Je jette un coup d'oeil derrière mais je ne vois pas Laura arriver au loin alors j'invite Roxane à s'accrocher à moi et nous sommes repartis. Je reste derrière le coureur qui était devant elle pendant toute la descente, puis en bas, nous tournons à gauche et nous le doublons tous les deux. Nous voilà dans la partie montante de la Rue Gabriel Girodon. Je me sens très bien et en me retournant je vois qu'elle lâche un peu alors je lève le pied. Nous passons un peu plus tard sur la Place de l'Hôtel de Ville avec le début de la descente. 



Merci une fois de plus à Sabine pour ses encouragements. Nous profitons de la descente pour discuter, puis du plat pour se préparer à la montée finale. Nous finissons par y arriver au pied. Elle emboîte mon pas mais un peu avant le sommet, elle finit par lâcher sans que je m'en rende compte. Petite descente de la Rue de la Comédie, et me voilà sur la Place de l'Hôtel de Ville. Cette fois, il faut en faire pratiquement le tour complet. Car au lieu de la quitter à mi-tour, on doit revenir en plein en direction de l'Hôtel de Ville où je franchis la ligne d'arrivée 30ème/281 en 39'57''.








Avant de restituer mon dossard, j'attends l'arrivée de Roxane qui finit en 40'04''. Je la congratule puis j'entends ma ptite Laura en terminer et le speaker annonce un chrono de 40'39''. En fait je ne savais absolument pas mon chrono au moment du franchissement de la ligne d'arrivée. Et c'est seulement en entendant le chrono de Laura que je me suis rendu compte que j'avais peut-être fait sous les 40 minutes, ce qui n'était pas du tout dans mon objectif de la journée avec ce parcours bien difficile. Laura et Roxane se félicitent et il ne faut pas traîner pour se changer car le froid est toujours autant présent. On en profite en même temps pour encourager les copains qui sont également en train d'en terminer. Tout le monde est assez satisfait de cette course compliquée mais agréable où on n'a jamais le temps de s'ennuyer.

La course vue par Laura :
''A mon tour de vous faire part de cette après-midi de course à pied, un vendredi de novembre, dans l’Aisne. Avec la Team (Laurent, Frédéric, Sabine, Olivier, Jeff, et moi même) nous nous avions donné rendez-vous en début d’après midi sur la place de l’hôtel de ville de Saint-Quentin. Puisqu’il faisait un peu friquet, Jeff et moi-même décidons de ne pas nous attarder dans le froid, et d’aller chercher notre dossard. Nous avions pris notre carte d’identité au cas où, mais Maryse Bouchet, que je connais fort bien, s’est de suite occupée de nous. Jeff prendra le départ avec le dossard 586, et moi le 633. Un tee-shirt à l’effigie de la ville de Saint-Quentin nous est offert. Pour avoir une chance d’être tirés au sort lors de la tombola d’après course, nous déposons notre coupon dans l’urne prévue à cet effet. Laurent nous ayant rejoint dans la foulée fait, quant à lui, son inscription sur place. La veille au stade de l’UAC, Jeff l’avait titillé pour qu’il vienne courir. Il ne fallait pas lui demander deux fois de venir ! Il est venu accompagné de Noa, son fils, qui lui aussi va courir en compagnie de Julian, le fils de Frédéric. Nous retournions sur la place de l’hôtel de ville quand nous croisons le loup : Frédéric accompagné de la charmante Sabine. Ensuite, nous retrouvons Olivier à proximité du podium, en pleine discussion avec Claude Vaillant. Nous papotons quelque temps avec eux, quand Emilie Hannier vient nous saluer. Elle nous propose ensuite de venir nous désaltérer au bar de l’Avenir, charmant commerce qui est le sien. Nous ne ferons que boire de l’eau ! La Vodka ce n’est pas pour maintenant Jeff ! Il est déjà 14h, Jeff et moi retournons à pied à la voiture pour nous changer. Le vent est glacial, nous nous changeons dans la voiture. Ensuite nous allons faire les paparazzi, moi vêtue de mon sac poubelle, lors de la course des enfants. Noa et Julian prennent beaucoup de plaisir à courir, joie que l’on retrouve sur leurs visages et sur les photos. Ils reçoivent tous deux leur précieuse médaille. Il est 14h40, nous partons nous échauffer, nous empruntons le parcours des enfants. Nous rencontrons Charles et Sonia Gamba, tous deux souriants de me voir débarquer en mode « So chic in Sac poubelle ». Nous terminons l’échauffement tous les quatre. Je fais une dernière pause WC chez Emilie puis je me dirige vers la ligne de départ. Nous sommes à 5 minutes du départ. J’aperçois Patrick Morlet, du club de l’UAC ayant fait le déplacement pour nous encourager. Je lui remets mon Tee-shirt que je récupérerais à l’arrivée. Nous effectuons quelques photos de dernières minutes et Pan ! C’est le signal de départ. Je pars prudemment, ni trop vite, ni trop lente, mais de façon à ne pas rester coincée dans l’entonnoir. Ouf, je l’ai échappait belle. Me voilà partie pour 10 kilomètres. Je ne suis pas dans un état d’esprit de compétition, d’autant plus que je ne suis pas totalement remise de ma laryngite. Je tousse encore beaucoup, j’ai peur que cela soit une fois de plus un frein à ma respiration. Pour le moment cela se passe bien. Je ne repère pas le premier kilomètre, tracé sur la route, ni le deuxième d’ailleurs. A aucune reprise je n’ai jeté un coup d’œil sur ma montre. Pour une fois, je vais courir à la sensation. Une fois de plus, j’ai conseillé à Jeff de ne pas m’attendre et de faire sa course. Le jour où je serais vraiment entraînée et en bonne condition physique, je lui demanderai de rester à mes côtés. Durant les deux premiers kilomètres, j’aperçois Jeff aux devant d’Emilie. Je vois qu’il avance à un rythme soutenu. Roxane, partie très rapidement (aux alentours de 3’24 au kilomètre) est quand à elle, en tête de la course. Je savais la position de chacune d’elle grâce au Speaker du jour, Pascal Machat. Les 2 premiers kilomètres ne sont autrement faits que de faux plats montants et descendants. Je ne connaissais absolument pas le parcours, j’ai préféré me réserver un peu, afin de ne pas entamer le peu de réserves que j’avais, d’autant plus que chaque personne que l’on avait croisé avant la course nous avait parlé de « l’effroyable côte » entre le 2e et le 3e kilomètre. Justement, à l’approche du 2e kilomètre nous entamons une belle descente avant d’arriver au pied de la fameuse côte, située directement après un virage très serré. Je m’engage sur cette côte prudemment, mais je m’aperçois vite que celle-ci n’est pas si terrible que cela. Au final elle passe plutôt bien musculairement, et n’altère pas trop le rythme cardiaque. En haut de celle-ci, nous arrivons au niveau de la place de l’hôtel de ville, que nous contournons de moitié, pour ensuite entamer le second tour. Je me rapproche prudemment de Jeff. Olivier ne tarde pas à me rejoindre. Juste avant, je reçois quelques encouragements de Patrick, puis du président de l’UAC et d’autres membres du club, dont Jeanine, notre doyenne et fondatrice du club. Olivier me passe. Il en profite pour m’encourager, car il sait mon point faible : le mental. Dieu sait que je n’aime pas souffrir. Je m’arrange toujours pour ne pas souffrir sur mes courses ! je ne le lâche pas mais l’écart entre nous deux à tout de même tendance à augmenter. Ayant toujours Jeff en ligne de mire au 5e kilomètre, Olivier me fait savoir de vive voix qu’il serait temps que je mette un petit coup d’accélérateur, afin de rattraper Jeff, ce que je fais lorsque nous entamons notre deuxième passage de la fameuse côte. Seulement, d’un coup d’un seul, après l’ascension, Jeff se mit à accélérer. Emilie quand à elle avait déjà une centaine de mètres d’avance sur Roxane, d’après le speaker. Je reçois encore de nombreux encouragements, cette fois-ci lorsque j’entame mon troisième et dernier tour « Bravo mademoiselle, vous être jolie et en plus sportive ! ». J’esquisse alors un léger sourire, mais Jeff s’éloigne de plus en plus... du 6e au 9e kilomètre je ne l’aperçois plus. Par contre, j’aperçois vers le 7e kilomètre un autre tee-shirt de l’UAC. Il s’agit de Brice, un jeune, novice sur la distance. Je décide donc de me rapprocher de lui. A mes côtés court un triathlète. C’est en faisant le yoyo avec ce dernier que je vais progressivement me rapprocher de Brice, pour le doubler au 9e kilomètre. J’en profite pour l’encourager. Celui-ci m’accroche. Nous entamons pour la dernière fois la montée de la bibliothèque, où nous doublons des coureurs, quasi à l’arrêt. Nous avons un tour d’avance. Je suis toujours devant Brice en haut de la côte jusqu’à ce qu’il me double à notre entrée sur la place de l’hôtel de ville, alors qu’il reste environ 200 mètres à parcourir. J’en termine en 40’39. Je suis étonnée car j’arrive plutôt en forme, comme une impression de course pas finie. Il y a 2 semaines je faisais plus de 42’, la semaine dernière plus de 41’ et 5 jours plus tard je suis dans les 40’. Si seulement je pouvais continuer dans cette voie ! Promis Olivier, je vais travailler le mental, essayer de ne pas penser à la douleur et à m’accrocher à quelqu’un durant la course ! Rendez-vous le 20 novembre à Attichy pour de nouvelles péripéties avec la Team !!! ''



Une fois changés à la voiture, nous revenons sur la Place de l'Hôtel de Ville et nous passons au ravitaillement final que nous n'avions pas rejoint après la course. Nous prenons des pâtes de fruits et également un chocolat chaud. Puis nous avons retrouvé les copains en attendant la remise des récompenses. Avant cette remise des récompenses, le speaker appelle Guillaume Frénois afin qu'il monte sur le podium pour y être présenté aux coureurs et accompagnateurs. Ce n'est pas n'importe qui, car la veille au soir à Paris, il est devenu Champion d'Europe EBU des super-plume en boxe, face à Samir Ziani. Il a pu nous présenter sa ceinture de Champion. Bravo à lui.



Un petit coup d'oeil sur les résultats de ce 10 kilomètres des Boucles Saint-Quentinoises :
7ème/281 en 35'14'' David LESCARMONTIER (UA Chauny) –2ème master 1 homme.
24ème/281 en 39'31'' Emilie HANNIER (non licenciée) –1ère femme et 1ère senior femme.
30ème/281 en 39'57'' Jeff BACQUET (UA Chauny).
31ème/281 en 40'04'' Roxane THERY (non licenciée) –2ème femme et 2ème senior femme.
39ème/281 en 40'35'' Brice LAPLACE (UA Chauny) –1er cadet homme.
40ème/281 en 40'39'' Laura VALLOIS (UA Chauny) –3ème femme et 3ème senior femme.
44ème/281 en 41'01'' Olivier LEMAITRE (CAP 21).
66ème/281 en 43'17' Antoine THERY (non licencié).
79ème/281 en 44'05'' Thierry MORLET (non licencié).
80ème/281 en 44'12'' Charles GAMBA (UA Chauny).
87ème/281 en 44'34'' Katalin TRANNIN (AC Villers-Cotterêts) –1ère master 1 femme.
97ème/281 en 45'05'' Sonia GAMBA (UA Chauny).
140ème/281 en 47'37'' Frédéric CAPELLE (non licencié).
148ème/281 en 48'18'' Laurent LELEU (UA Chauny).
155ème/281 en 48'35'' David CARRESI (non licencié).












Puis les trois premières féminines au scratch sont appelées. Dans l'ordre il s'agit d'Emilie Hanier, de Roxane Théry et de ma Laura Vallois. Tout d'abord, Laura est appelée à monter sur la troisième marche du podium et se voit remettre un très beau bouquet de fleurs (sa maman va être bien contente) et une jolie coupe. Cette coupe lui est remise par Kafétien Gomis, membre de l'équipe de France d'athlétisme en saut en longueur. Il a lui même participer à cette course en bouclant le parcours en un peu plus de 47 minutes. Une prime de 30 euros lui est également remise. Je suis bien fier de toi Laura et les chrono redescendent.




Ensuite c'est le moment du tirage au sort de la tombola. Olivier va gagner un chèque cadeau et Fred un sac à dos de sport. Et nous … rien comme souvent.




Direction une nouvelle fois le Bar de l'Avenir à Emilie qui s'est bien rempli. En plus nous arrivons à quelques uns : Laura, moi, Olivier, Laurent, Fred, Sabine, Julian, Noa et Claude qui nous offre sa tournée. Puis Olivier en fait de même, sans oublier Franck et Emilie qui nous offrent la leur. Au moins nous sommes bien réchauffés avant de repartir et manger une bonne soupe bien chaude chez les parents de Laura.

Aucun commentaire: