.

.

TOPS 10

TOPS 10

5 km de Saint-Quentin (02)

Dimanche 17 mars 2013

Le trajet pour Saint-Quentin ne s'est pas passé comme souhaité. En effet, j'ai du faire appel à la police pour qu'elle m'envoye un dépanneur. Je suis tombé en panne sur une aire d'autoroute. Génial ! Je pensais faire une croix sur ma course mais le dépanneur a pu remédier à mon problème et finalement j'arrive à temps à Saint-Quentin. Ouf. Les routes aux alentours du circuit de la course sont toutes fermées mais je trouve de la place vraiment très près. Juste en haut de l'Auberge de Jeunesse où le secrétariat de la course est installé.


Je récupère mon dossard 309. Il est déjà 14h35 et le départ est donné à 15h00. Je me prépare vite fait et je vais m'échauffer rapidement. Enfin je ne cours pas très vite. J'ai l'impression d'être scotché au sol. Il y a beaucoup de vent. Et surtout il tombe de la grêle. Ça pique la tête. Je cherche ensuite la ligne de départ qui se trouve finalement au niveau du Rond Point de la Libération. La course est officiellement mesurée.

A 15 heures le départ est donné. C'est étrange comme départ car la ligne est juste à l'entrée du carrefour et on doit faire le tour complet pour prendre la route dos à nous quand nous étions derrière la ligne. Ce n'est pas évident de prendre de la vitesse avec un tel départ. C'est parti pour une ligne droite sur route de plus de 2 km. Au bout de 300 mètres on longe la ligne d'arrivée. Il y a un très fort vent de trois quart face et surtout une pluie battante. Le vent est très fatigant et comme la route est très large il est impossible de s'en abriter.


Malgré ce vent qui fait perdre vraiment du temps et de l'énergie, je me sens mieux qu'hier. On longe la Somme depuis le début de la course. Elle se trouve sur ma gauche. Deux kilomètres déjà. La pluie est toujours aussi forte. Le vent toujours bien présent. Ça commence à monter et on tourne sur la gauche pour passer sur le pont qui enjambe la Somme. Là, le vent est plein nez. Un coureur qui était derrière moi depuis presque le départ, me double. Le vent à raison de moi, je ne peux pas m'accrocher à lui. On tourne ensuite sur la gauche pour revenir par la rive opposée. C'est un chemin piéton bitumé, protégé par les arbres.


En fait c'est bête qu'il y ait des arbres sur notre droite car c'est de là que vient le vent. On aurait pu être poussé pour rattraper le temps perdu de l'aller. Il pleut toujours. Quand je passe au niveau de la ligne d'arrivée mais de l'autre côté de la Somme, j'entends des encouragements bien fournis. C'est vraiment très sympa car on se sent un peu seul sous cette pluie. Quatre kilomètres ! Je suis toujours sur le chemin piéton sur la rive. Puis on monte pour passer sur le pont au dessus de la Somme. J'en profite pour regarder en contre-bas pour me rendre compte que je n'ai pas d'inquiétude à avoir sur un éventuel retour des poursuivants. Le trou est fait.


Je passe donc sur ce pont qui donne sur le Rond-Point de la Libération où le départ avait été donné. On tourne aussitôt sur la gauche sur l'autre rive. Je retrouve le vent de face. Je déroule sur les 300 derniers mètres et je franchis la ligne d'arrivée 9ème/67 en 19'34''.


Petit ravitaillement et comme par miracle la pluie cesse. Je retourne à la voiture puis je vais courir 3 km de récupération puis je mets des vêtements chauds et surtout secs. Je quitte ensuite la Picardie.

Aucun commentaire: