.

.

TOPS 10

TOPS 10

Semi-Marathon de Marcq-en-Baroeul (59)

Dimanche 2 octobre 2016

Ce week-end, place au Championnat de France du Semi-Marathon. En ce qui me concerne je vais la faire en ''open''. En ce qui concerne Laura, je suis certain qu'elle lutter pour monter sur le podium de ce Championnat dans sa catégorie, contrairement à ce qu'elle pense. Nous ne serons pas seuls de l'UA Chauny, car nous allons partir avec Patrick et son épouse. Patrick est lui aussi qualifié pour les France. Notre week-end est bien programmé. Nous arrivons sur place la veille en après-midi, avec le retrait des dossards, histoire d'être tranquille pour le lendemain, puis le soir, repas tous les quatre et nuit passée à l'Hôtel Kyriad. Le lendemain matin, après le petit déjeuner, il faudra se présenter dans les différents sas avec un départ de la course prévu à 10 heures. Ne pas ratez le réveil !


Je vais retrouver de nombreux amis sur cette course. En effet, mon ancien club de Marne-et-Gondoire Athlétisme a qualifié quelques copains comme Franck Borderon, Thierry Pappalardo ou encore Christine Pappalardo. D'autres vont venir d'Abbeville avec Louise-Marie Thévenin-Lebran (SC Abbeville) et Virginie Durand (Courir à Abbeville). Un plaisir de les retrouver et il y en aura plein d'autres ! Le Semi-Marathon va se courir sur deux boucles. Au programme, il n'y aura pas que ce Semi-Marathon. La matinée complète est composée des quatre épreuves suivantes :
- 8h45 : 7 kilomètres ouverte à toute personne née avant 2001.
- 10h00 : 21,1 kilomètres ouverte à toute personne née avant 1998.
- 10h20 : 0,5 kilomètre ouverte aux enfants nés en 2009 et 2010.
- 10h20 : 1 kilomètre ouverte nés en 2006, 2007 et 2008.


 

Histoire de mettre toutes les chances de notre côté, nous sommes arrivés samedi après-midi. Nous avons fait du co-voiturage avec Patrick et Valérie son épouse. Nous avons réservé à l'Hôtel Kyriad de Villeneuve-d'Ascq. Mais avant d'aller à cet hôtel, nous nous sommes rendus à l'Hôtel de Ville de Marcq-en-Barœul afin de retirer nos dossards. Je me vois remettre le numéro 1048. Je reçois un très beau tee-shirt de couleur bleu avec le drapeau tricolore français. Laura et Patrick ont eu un tee-shirt vert assez moyen esthétiquement. J'ai la bonne surprise de tomber sur Myriam du club du PAAC. Pour une fois elle n'est pas accompagnée de son chéri qui a une course en Seine-et-Marne. Ensuite direction Villeneuve-d'Ascq et son immense magasin Décathlon. Il faut limite un plan pour trouver un rayon tellement il est grand ! Nous allons ensuite à l'Hôtel pour y déposer nos affaires, mais la soirée n'est pas terminée car un bon Buffalo-Grill nous attend à côté du Stade Pierre Mauroy où joue le LOSC ce soir même, ce qui signifie galérer pour trouver une place de stationnement.


Après une bonne nuit passée à l'Hôtel Kyriad, nous nous levons à 6 heures 20 et à 7 heures un buffet à volonté nous attend pour le petit déjeuner. Nous avions prévu de quitter l'Hôtel à 8 heures et nous sommes très ponctuel. Quand on arrive sur Marcq-en-Barœul, on doit se trouver une place de stationnement à 1,5 kilomètre de l'Hôtel de Ville, car le centre ville est totalement fermé aux voitures par mesure de sécurité ! Un peu de marche qui nous permet de nous dégourdir. Par contre il ne fait vraiment pas bien chaud. Une fois à l'Hôtel de Ville, nous y retrouver Franck, de mon ancien club de MEGA. Trois autres coureurs de ce club sont présents : Nicolas, Thierry et Christine. Nous nous réfugions dans l'Hôtel de Ville pour nous réchauffer un peu. Nous y retrouvons Anne et Mélanie de l'Amiens UC, mais aussi Cyndie du même club que moi, ainsi que Virginie du club de Courir à Abbeville, qui arrive à la toute dernière seconde pour y retirer son dossard. C'était moins une !





Valérie, l'épouse de Patrick garde nos vêtements pendant que nous allons nous échauffer et également pendant la course. Nous faisons un peu moins de 2 kilomètres sur l'Avenue Foch, devant les sas de départ. Nous y retrouvons Louise-Marie (SCA Athlétisme), Nicolas (MEGA) et Mathilde (AC Villers-Cotterêts) accompagnée de son père qui sera sur le bord de la route pour la coacher. Petit passage aux WC, placés juste derrière la zone de départ et il va être l'heure de se placer dans les différents sas. Le problème pour moi c'est que je vais partir de très loin, car il y a un premier sas ''élites Championnat de France'', puis un autre sas pour les autres coureurs du Championnat de France et pour finir un dernier sas pour tous les coureurs en Open, ce qui sera donc mon cas. Je suis donc loin de l'arche de départ mais il faudra aussi doubler les coureurs du Championnat moins rapide que moi. Laura est dans le premier sas et Patrick dans le second … et moi tout au bout.






Il va être l'heure. Le speaker nous met sous les ordres du starter. Et le coup de pistolet retentit. C'est parti. Enfin pour les coureurs devant, car pour le moment je suis bien bloqué. Une vingtaine de secondes après que le départ de la course soit donné, je finis par passer sous l'arche. Mais la galère est loin d'être terminée car maintenant il va falloir se frayer un chemin parmi les nombreux coureurs moins rapide que moi. Nous sommes depuis le début sur l'Avenue Foch. Nous passons devant l'Hôtel de Ville avant de tourner aussitôt à gauche Rue du Quesne. Je suis beaucoup moins gêné et j'ai pu réellement accélérer. Je me sens très bien, malgré que mes chaussures soient toutes neuves. Nous tournons encore à droite Rue Raymond Derain qui deviendra la Rue de la Rianderie. Je continue à remonter de nombreuses places. Je double même Chantal Langlacé, vainqueur du Marathon de Paris en 1981 ou encore ancienne recordwoman du monde du Marathon. J'ai passé le kilomètre 1. Au bout, j'aperçois Laura qui n'est qu'à une vingtaine de secondes devant moi. J'en suis très surpris. Patrick est placé une dizaine de mètres derrière elle. Je tourne à gauche Avenue Barrois et une nouvelle fois à gauche Avenue Foch. Je passe sous l'arche de départ en signe de fin de la petite boucle. Nous prenons la direction de l'Hôtel de Ville. Je suis sur la gauche de la chaussée. Je revient sur Patrick et je continue mon chemin à ma vitesse pour revenir sur Laura. Chose faite quelques secondes plus tard. Je ne pensais vraiment pas pouvoir la rattraper ! 






Elle n'a pas l'air en grande forme. Je m'en rends surtout compte quand je me place devant elle puis quand je me retourne en voyant qu'elle avait du mal à s'accrocher alors que je n'ai pas l'impression d'être en sur régime. L'Avenue Foch devient la Rue du Docteur Ducroquet. Je suis presque à l'arrêt pour l'attendre et une fois qu'elle m'ait raccroché, je repars. Trois kilomètres sont couverts. Nous arrivons dans un petit rond-point puis passage sous un pont de route. Quand nous arrivons de l'autre côté de ce pont, nous avons quitté la ville pour la campagne. Le chemin est beaucoup plus étroit mais la chaussée est en excellent état. Je suis sur le Chemin des Peupliers et bien concentré sur ma foulée pour rester le plus régulier possible. Et ça fonctionne bien. Ça serpente un peu. Le temps est vraiment très menaçant car le ciel devient tout noir. Puis nous tournons à gauche et aussitôt à droite pour poursuivre Chemin de Ghesles. Au km 5,5, se trouve le premier ravitaillement de la course. Je me force à prendre un fond d'eau, mais comme je ne suis pas doué, c'est limite si je ne me noie pas. Patrick revient sur moi. Je le suis quelques instants et me dit que Laura est bien décrochée. Alors je lève le pied en lui disant que j'allais l'attendre. Comme on a tourné à droite, il me suffit de regarder sur ma droite pour voir arriver les coureurs derrière moi. J'aperçois Laura qui se trouve à une bonne centaine de mètres derrière moi. J'ai donc baissé de rythme mais sans non plus trop ralentir car j'ai déjà fait ça par le passé, et une fois qu'elle était revenue sur moi, je n'avais pas été en mesure de changer de rythme et j'avais été aussitôt lâché. Au km 6,7, nous prenons un virage serré sur la droite et nous sommes au pied d'un premier vrai faux-plat montant assez prononcé. Je cours en compagnie d'un coureur de Chevilly-Larue. Un coup il me double, un autre couple c'est moi. Dans cette montée, c'est moi qui passe devant. J'aime bien ce genre de montée ! 


Puis nous entamons une descente en faux-plat. Passage sous le pont et on poursuit. Nous finissons par entrer dans la ville de Mouvaux. Un nouveau long faux plat montant nous y attend. Mais comme ça se passe très bien, je le monte bien. Un peu après le km 8, nous tournons à droite Rue de Lille qui est la Départementale 51. Partie roulante mais avec un fort vent de face. Une femme se cale derrière moi. Elle tente de rejoindre sa coéquipière située quelques dizaines de mètres devant nous. Le vent est bien fort, puis c'est plat. Nous finissons par arriver à un petit rond-point avant de continuer tout droit. Le passage de pont au dessus de l'autoroute 22, monte. Nous sommes revenus sur la copine de la coureuse qui était derrière moi. Ça avance pas mal du tout. Puis j'arrive sur le tapis de chronométrage du kilomètre 10 que je franchis en moins de 40'50''. 



Juste après il y a un nouveau ravitaillement et donc un nouveau fond d'eau. Nouveau rond-point. On est fait la moitié du tour et à la sortie ça monte Rue Albert Bailly. Nous sommes à nouveau dans Marcq-en-Barœul et encore un faux-plat descendant. Puis nous sommes dans une zone pavillonnaire qui se cesse de changer de directions. A droite Allée des Chênes, à gauche Allée des Charmes et à gauche Allée des Houx. Au virage suivant sur la droite, je me retrouve Rue du Docteur Ducroquet. J'en ai donc terminé de cette grande boucle de 8,5 kilomètres. Nous allons donc en faire une seconde identique. Je croise le papa de Mathilde qui m'encourage et me demande où se trouve Laura. J'aimerais tellement pouvoir lui répondre, mais je n'en sais rien. J'espère qu'elle va bien ! Petit rond-point puis passage sous le pont et je quitte à nouveau la ville pour retrouver le Chemin des Peupliers. Il pleut. Par moment c'est assez fort même. Je me retourne de temps en temps en espérant apercevoir Laura mais ce n'est pas le cas pour le moment. Gauche, droite, Chemin de Ghesles et son ravitaillement. Je prends un peu d'eau. Un second gobelet vient m'arroser car une bénévole est placée trop sur le centre de l'étroite chaussée et je percute son bras. 



Pas forcément besoin de s'arroser par ce temps. Je tourne à droite et je fais comme au tour précédant, c'est-à-dire regarder sur ma droite pour voir où en est Laura. Mais je ne la vois pas du tout cette fois-ci. Je poursuis sous la pluie, puis juste après le km 15, je tourne à droite et je suis sur le faux-plat montant qui était la première difficulté tout à l'heure. Je monte moins vite qu'au premier tour, mais je gère. Puis nous basculons de l'autre côté en direction de la commune de Mouvaux. J'arrive dans le faux-plat montant de cette ville. Ça paraît long, mais ça passe bien. Tout en haut, nous tournons à droite, juste avant de franchir le panneau indiquant le km 17. Je me retrouve sur la Départementale 51. Le vent de face est toujours aussi fort et la pluie a redoublé d'intensité. Une nouvelle montée afin de passer au-dessus de l'autoroute A22. Puis descente jusqu'au tapis de chronométrage qui marquait tout à l'heure le passage du km 10. Mais là j'en suis au km 18,5. Ça sent bon la fin. Les jambes sont un peu lourdes, mais pas plus que ça. Je fais le tour du rond-point et j'entame la côte qui me fait à nouveau entrer dans Marcq-en-Barœul Ça descend un peu puis je me retrouve dans la partie qui ne cesse de changer de directions. A droite Allée des Chênes, à gauche Allée des Charmes,où je passe au km 20 et à gauche Allée des Houx. Ensuite, au lieu de tourner à droite pour entamer une troisième grande boucle, je prends à gauche la Rue du Docteur Ducroquet. Je me dis que finalement je n'allais pas faire un mauvais chrono alors, après avoir croisé le papa de Mathilde qui m'encourage, je décide d'accélérer mais ça ma stoppe net car je ressens aussitôt un début de crampe derrière le mollet gauche. Mais ça passe aussitôt et je reprends finalement le rythme que j'avais lors de la plupart du temps pendant tout ce semi-marathon. J'arrive sur l'Avenue Foch avec une petite bosse, puis je la descends avec l'arche d'arrivée en point de mire. Plus je me rapproche et plus j'arrive à lire le chronométrage électronique qui y est affiché. Je vois que je suis bientôt à 1h30' de course. C'est totalement inespéré si j'arrive à décrocher ce chrono sans le moindre entraînement spécifique semi-marathon ! Je vais plus vite, puis je passe sous l'arche d'arrivée 125ème/1670 en 1h29'53''.


J'aurais été très satisfait de ma course en m'accrochant le plus longtemps possible à Laura et en bouclant ce semi en moins de 1h35'. Mais passer sous les 90 minutes, ce n'était pas du tout dans les plans ! Surtout que j'ai levé le pied dans plusieurs kilomètres en attendant Laura et où j'ai passé une bonne partie de la seconde grande boucle à gérer au lieu d'attaquer. C'est le déluge ! J'attends l'arrivée de Laura mais les secondes et les minutes défilent. Je finis par l'apercevoir dans la dernière ligne droite et elle passe sous l'arche d'arrivée en 1h33'12'', et surtout elle échoue au pied du podium dans sa catégorie. Une immense déception pour elle et je partage sa tristesse. Mais elle était malade et elle a quand même fini alors qu'elle était en galère depuis le premier kilomètre de la course ! Nous quittons la zone d'arrivée pour nous abriter sous les arbres. Nous y retrouvons Louise-Marie, la toute nouvelle Championne de France Junior !!! De grosses félicitations et c'est tellement mérité ! Nous tombons également sur Virginie contente de son chrono, puis j'ai la bonne surprise de croiser Rémi Migliore qui aura fait un très bon chrono avec son 1h15'25''. Je vais rejoindre les copains de Marne-et-Gondoire Athlétisme avec Thierry, Nicolas et Franck. Christine devient Championne de France Master 2 !



Trois classements sont distincts. Un pour la course OPEN toutes catégories confondues, un pour la course du CHAMPIONNAT DE FRANCE, toutes catégories confondues chez les hommes et un dernier pour la course du CHAMPIONNAT DE FRANCE, toutes catégories confondues chez les femmes. Et ça donne ceci :
- Course Open :
125ème/1670 en 1h29'53'' Jeff BACQUET (UA Chauny en cours de mutation), 47ème master 1 homme.
- Championnat de France hommes :
95ème/395 en 1h15'25'' Rémi MIGLIORE (UA Villenoy), 6ème master 2 homme.
97ème/395 en 1h15'28'' Thierry PAPPALARDO (MEGA), 8ème master 2 homme.
199ème/395 en 1h21'13'' Nicolas PAINEAU (MEGA), 33ème master 2 homme.
227ème/395 en 1h23'22'' Franck BORDERON (MEGA), 48ème master 2 homme.
245ème/395 en 1h24'49'' Patrick MORLET (UA Chauny), 57ème master 2 homme.
- Championnat de France femmes :
13ème/314 en 1h23'22'' Christine PAPPALARDO (MEGA), 1ère master 2 femme.
25ème/314 en 1h26'27'' Louise-Marie THEVENIN-LEBRAN (SC Abbeville Athlétisme), 1ère junior femme.
69ème/314 en 1h33'12'' Laura VALLOIS (UA Chauny), 4ème espoir femme.
101ème/314 en 1h36'26'' Virginie DURAND (Courir à Abbeville), 37ème master 1 femme.
119ème/314 en 1h38'06'' Anne-Laure BONARD (Amiens UC), 48ème master 1 femme.
153ème/314 en 1h40'16'' Myriam JACOBS (PAAC), 62ème master 1 femme.
205ème/314 en 1h43'20'' Mathilde LANDOUZY (AC Villers-Cotterêts), 10ème espoir femme.
233ème/314 en 1h45'31'' Mélanie MESSIO (Amiens UC), 12ème espoir femme.
247ème/314 en 1h46'33'' Cyndie FRAMBOURG (UA Chauny), 105ème master 1 femme.


Nous sommes gelés tellement avec ce mélange de froid, de vent et de pluie. C'est l'heure de la cérémonie protocolaire des podiums. Nous quittons Marcq-en-Barœul pour retourner à l'Hôtel Kyriad qui a autorisé de revenir afin de prendre la douche. Une bonne douche bien chaude qui fait vraiment un bien fou ! Puis nous quittons tous les quatre le Nord en direction de Chauny et de ses environs. Mais nous nous arrêtons dans le très beau centre-ville d'Arras pour y boire une bonne petite bière pour moi et Patrick et un chocolat chaud pour Laura et Valérie.

Aucun commentaire: