.

.

TOPS 10

TOPS 10

10 km La Ville-aux-Dames (37)



Article rédigé par Laura Vallois


10 km – La Ville aux Dames – 23 octobre 2016 



21ème édition de la course pédestre organisée conjointement par l’association « courir santé », le club « l’’Avenir d’Amboise » et la Mairie de la Ville aux Dames.

Pour le Week-end du 22 et 23 octobre, moi, Laura, vais participer, pour la troisième et dernière fois, au match inter-ligues juniors espoirs qui se déroule en Indre-et-Loire - 37273 La Ville aux Dames .

Il faut noter que cette année l’événement pédestre accueillera pas moins de 150 athlètes hommes et femmes confondus venus de toute la France pour s’affronter dans le cadre du match inter-ligues juniors espoirs auquel je participe pour la 3e et dernière fois.

Ma première participation fut à Montereau-Fault-Yonne (77) dans la catégorie junior en 2013, la suivante à Rennes (35) en tant qu’espoir en 2014 où j’avais établi un nouveau record en 40’33. L’an passé, ce dernier s’est déroulé à Avignon.

Course proposant 3 formules :
  • un « jogging familial » de 2 km : 3 euros 50 9h30
  • la course des 5km (1 boucle) : 5 euros 50 10h00
  • la course des 10 km (2 boucles) : 8 euros 50 11h00

Le Départ et l’arrivée se font avenue Marie Curie. Un « sas » élite est prévu pour les coureurs ayant fait leurs preuves sous les 35’ (performance devant dater de moins de 2 ans), et pour les coureuses ayant réalisé une performance inférieure à 38’.

L’intégralité des recettes perçues le jour de la course (majoration d’1 euro 50 pour toute inscription enregistrée le jour de la course) sera reversée à l’association France Touraine Alzheimer. Chaque année, la recette est attribuée à une nouvelle association.


Je vais prendre part à cette compétition dans l’optique de représenter, au delà des couleurs de mon club (l’UA Chauny), celle de la région Picardie, qui désormais fait partie de la grande région, que l’on nomme « Les Hauts de France ».

Chaque équipe se compose de 4 coureurs maximum de chaque catégorie, masculine et féminine. Cela représente 16 athlètes. Le jour de la compétition, seuls les 3 meilleurs de chaque catégorie sont retenus pour le classement des équipes. Pour ma part, je suis le 4e temps de l’équipe (39’50).

Les organisateurs et responsables de l’équipe de Picardie ont fixé le point de rendez-vous à 14h00 devant la gare de Creil, où un autocar nous attendra. J’estime le trajet aux alentours de 4h00.

Samedi 22 Octobre 2016, 14h00 : Je prends place dans l’autocar qui va nous emmener à La-Ville-aux-Dames, non loin de Tours, avec Olivier notre chauffeur. Sur la route, nous subissons les embouteillages dès notre entrée sur le périphérique parisien, mais fort heureusement, cela ne dure guère plus d’une demi-heure. Je me suis placée à l’avant du bus, et, dans la rangée juste devant moi est installé notre « Coachou » alias Philippe B. Entraineur hors-stade à l’AUC, il n’est jamais très loin d’un micro. Speaker de choc qui lui même avoue avec le micro du bus à la main, qu’une journée sans micro le perdrait !


A 16h45, nous effectuons une petite pause afin d’assouvir quelques envies pressantes. Pour ma part, je m’octroie une petite pause chocolat chaud car j’ai la gorge en feu. (Pourvu qu’il y ait du miel au petit déjeuner demain matin !!!). Nous reprenons la route pour une grosse heure de route durant laquelle nous traversons la Loire, et nous apercevons le magnifique château d’Amboise.


Avec 5 petites minutes de retard sur notre planning, nous arrivons enfin à destination où nous sommes attendus pour la présentation des équipes. Celle-ci a lieu dans la salle des fêtes de La-Ville-aux-Dames. Nous y retirons en premier lieu nos t-shirts à l’effigie de la course, puis nos épingles. Les dossards sont remis à nos responsables, pour éviter les pertes. Durant le trajet, Martial B, nous a remis nos T-shirt de la ligue de Picardie, dont la couleur verte met à l’honneur nos verts pâturages. Dans la salle sont disposées de grandes tablées prévues pour le repas du soir. Deux athlètes de l’AUC et moi-même, allons nous dégourdir les jambes en attendant l’arrivée des équipes restantes. Nous empruntons quelques segments de la course (4e et 9e km). Le parcours nous semble plutôt favorable, et ne laisse présager d’aucune aspérité. On peut qualifier la route de « Billard ».

Nous retrouvons tout le monde pour la présentation et le pot de bienvenue. Equipe par équipe, nous allons chercher l’entrée, le plat, le dessert. Au menu : crudité, poulet, rôti, pâtes ainsi qu’un riz au lait caramélisé fait maison. Miam !!



Il est aux alentours de 21 h quand nous arrivons à l’hôtel Ibis de Tours, où la ligue nous a attribué une chambre par personne. J’ai la 409, donc quatrième étage. Je récupère mon dossard, le 126. Après notre rapide installation, notre impitoyable Coachou nous a prévu un quizz de 50 questions à la suite duquel nous déterminerons un vainqueur. Victime de sa curiosité, le Vice-Président Hors Stade de la Fédération Française d’Athlétisme assiste à nos ébats intellectuels, non sans rire. Vers 23h je monte me coucher, mais je m’endors avec du mal. Je passe une nuit très agitée, de part ma gorge irritée et mon nez obstrué.



A 7h00 le réveil sonne, il est l’heure d’aller prendre des forces. Le petit déjeuner est le meilleur que j’ai connu, très complet (sucré, salé, protéines, céréales, fruits, jus antioxydant, pain multi-céréales et j’en passe). Heureusement il y a du miel pour ma petite gorge !


Après avoir pris des nouvelles de mon petit Jeff, à moins de deux heures de son départ pour le 10 km de Montereau, nous nous rendons sur le lieu de la course, au gymnase Lionel Delaunay, dans la rue Colette, lieu du départ. A 10h10, nous partons nous échauffer en petit comité, pour une bonne quinzaine de minutes. J’ai du mal à ventiler, je sens mal engagée la course. Je choisis donc de courir sans pression.


A 10h45 j’entre dans le sas de départ, sas réservé aux participants du match inter-ligues. 10h48 nous avançons sur la ligne de départ, prêts à bondir au retentissement du pistolet. J’ai chaud, nous sommes hyper serrés. 10h50 le starter donne le départ. Moult bousculades s’en suivent. Pas en forme, je ne parviens pas à adopter le rythme de course escompté. Dès le premier kilomètre je suis à la ramasse, moi qui en temps normal, prends des départs en 3’40’’-45’’, je ne passe au premier kilomètre qu’en 4’10’’ (ou lala) avec la sensation d’être à bloc.


Je me place derrière Fiona C, au train pendant 1km. Philippe nous donne notre temps de passage au 2e km où je suis passée en tête (40’10 estimé au 10km). Cela me semble mal engagé. Nous continuons ainsi, Fiona me repasse devant et toutes deux nous revenons sur Cassandra, parti en moins de 3’40. Je les suis jusqu’au 4e km puis, étant en dette d’oxygène, je les laisse partir. Je passe au 5e km en 20’28 (c’est de pire en pire).




Les coureurs hors match me doublent encore et toujours. Certains me disent d’accrocher, mais impossible, pas, ou plus de volonté. J’ai l’impression de subir la course. A ce stade, je ne peux guère faire mieux que de finir la course à une allure très modérée. J’ai l’impression de revivre mon semi-marathon d’il y a 3 semaines... Je ne vois donc pas l’intérêt de me faire mal, ayant perdu tout espoir de battre ou d’égaliser un chrono. Seulement jamais je n’abandonne.


Je termine donc l’épreuve sans courbatures, je reprends très vite mon souffle. Le chrono fait mal : 42’04, tel un retour aux sources il y a 3 ans où pour mon premier match et mes débuts en hors-stade j’effectuais un chrono similaire. Mais je ne perds pas espoir, ce sont les aléas de la course à pied. Il y a des jours avec et des jours sans. Pour ma part, ce sont carrément des mois avec et des mois sans !

Je tiens à féliciter Jeff qui lui ne cesse de s’améliorer et qui laisse présager d‘un joli retour à son plus beau niveau ! Surtout ne lâches rien et j’ai besoin de toi pour moi même accéder à mes meilleurs chronos.


Résultats de l’équipe : la Picardie termine championne par équipe avec les espoirs garçons, et troisième équipe chez les juniors filles. On note un abandon chez les juniors garçons, sans quoi le podium était accessible sans parler de notre quatrième place pour nous les espoirs filles, à 50 petites secondes de la troisième marche... Si j’avais réalisé mon chrono habituel, soit 40’, alors nous accédions au podium... Mais avec des « si » on pourrait refaire le monde !

Je recommande fortement ce 10 km à qui est en forme à cette période car de nombreux records sont battus. N'est-ce pas les amis de notre team et Franck Borderon du club de MEGA et dont tes parents habitent à côté ?

1 commentaire:

Jeff a dit…

Tu n'étais pas dans un bon jour, mais tu peux évidemment compter sur moi mon coeur, on va s'entraîner ensemble et faire nos courses ensemble. On va tout déchirer !!!