.

.

TOPS 10

TOPS 10

Sortie Trail ''TELETHON'' au Rond d'Orléans à Sinceny (02)

Dimanche 4 décembre 2016

Article rédigé par Laura et Jeff

Au lendemain du cross du sucre, Jeff et moi avons prévu de nous rendre dans la forêt de Sinceny dit « Le Rond d’Orléans », accompagnés de notre team. Cette sortie à l’initiative du club de l’Union Athlétique de Chauny fait appel à nos amis marcheurs, coureurs, joggeurs, traileurs, pour une sortie en sous-bois en l’honneur du téléthon. Une participation minime, peu onéreuse est demandée de la part de chaque coureur. mais non négligeable pour la recherche médicale

L’UAC propose 3 formules adaptées au niveau de chacun, débutant à confirmé. C’est aussi l’occasion de venir goûter à la convivialité du club chaunois.
  1. 6 km  randonnée / running (conseillé pour les débutants, accessible pour tous)
  2. 12 km /15 km  running (conseillée pour les personnes habituées à courir, friands de sorties longues)
  3. Boucle de 2 km  running / marche (conseillé pour les enfants)


Pour les sorties 1 et 2, les départs s’effectueront simultanément à 9h30 à l’ancienne Auberge du Rond d’Orléans. Pour la sortie 3, divers départs sont prévus de 9h30 à 11h00.


Pour ceux qui appréhendent les sorties Trail, il n'y a aucune crainte à avoir. Pour avoir fait le parcours en nocturne avec Jeff, nous courons à 80% sur des allées en sous-bois dégagées. Nous faisons quelques petits passages en forêt pouvant être un peu gras mais ce n'est qu'un jeu d'enfants et puis vous ne serez pas seuls ! Nous serons une tribu de Chaunois je l'espère. Dernier petit point qui pourrait vous faire changer d'avis : notre chère météo nous prévoit une journée fraîche mais ensoleillée.







7h30 mon réveil sonne. Le thermomètre extérieur affiche -7°C AGLAGLA !! Mais quand c’est pour une cause telle que le téléthon, on n’hésite pas, on enfile sa polaire, ses moufles, son bonnet et on saute dans ses baskets, direction le Rond d’Orléans. Jeff me rejoint vers 8h00 à la maison. Nous devons prendre notre cher ami Laurent dans le village voisin du mien aux alentours de 8h30. Nous profitons du quart d’heure de libre pour casser la croûte : quelques tartines garnies de confiture de mirabelles distrairont notre estomac. Peu avant 9h00 Jeff, Laurent et moi-même arrivons au lieu de rassemblement situé sur le parking de l’ancienne auberge, celle-ci ayant été malheureusement incendiée. Quelques membres du bureau du club sont déjà sur place et commencent l’installation du barnum à l’effigie du Téléthon. Pour s’inscrire, rien de plus simple : chacun inscrit son nom et prénom sur la feuille correspondant à la distance souhaitée. Jeff, Laurent, et moi-même choisissons le 15km. 






Avec quelques minutes de retard, nous apercevons la Mégane de Fred, venant se garer en trombe à quelques mètres de nous. C’est alors à son tour de graver son identité sur la feuille. Quelle distance choisir... ? Ne lui laissant pas trop le choix, Fred choisit le 15 km ! Nous avons la visite du maire de Sinceny, ainsi que celle d’un journaliste. Ce dernier, comprimé par le froid, prit quelques clichés des coureurs venus courir pour soutenir le téléthon. Les coureurs retournent à leur voiture afin d’y déposer leur surplus de vêtements. Certes la température est négative, mais le taux d’humidité est quasi nul. Nous risquons d’attraper vite chaud passé la demi-heure de footing. Lionel nous fait un petit descriptif des différents parcours et nous indique qui sera responsable des groupes. 


Le groupe des 15 km est le premier à s’élancer, vers 9h40. Les premières minutes sont les moins agréables pour moi. J’ai les articulations quelque peu gelées, mes genoux sont comme engourdis. Le froid caresse mon visage. Rien de tel qu’un bon petit bol d’air frais pour se réveiller ! Le sol est gelé mais non glissant. Nous courons sur une allée dégagée, sans aucune difficulté à mon goût. Jeff tente de prendre quelques photos, mais son appareil photo a succombé au froid, impossible de le rallumer... Quant à moi, ce sont mes lacets qui lâchent... Avec Jeff nous nous arrêtons, moi pour refaire mes lacets (pas pratique quand on a des gants), Jeff pour ranger son appareil photo dans sa poche magique. Sa poche c’est comme le sac de Mimi Mathy ! Incredible !!! Nous reprenons le footing. Le groupe nous a déjà bien distancé puisque nous mettrons 2 kilomètres pour les rejoindre. Jean-François souffre de son ischio-jambier droit, auquel il ressent une légère pointe. Il ne peut donc pas se permettre des changements d’allure. Nous restons prudent, le mois de décembre ne fait que commencer, et le week-end prochain s’annonce d’ores-et-déjà chargé. Le groupe de tête marque un arrêt afin que nous nous rassemblions. 



Certains en profitent pour faire une petite pause pipi. Je remarque alors que je suis la seule féminine du groupe. Nous repartons tranquillement. Nous effectuons 1,5 kilomètres dans le village de Barisis-au-Bois, fief de notre cher David Lescarmontier pour ceux qui le connaisse, quand soudain un gallinacé je suppose, glouglouta : un cri d’espoir pour notre Fred, qui désespérait à l’idée de ne pas trotter aux côtés de son Dévoué Michael ! Ce cri d’espoir redonna des forces à Fred, qui s’envola sur le parcours. Mais cette réjouissance ne fit que de courte durée quand la première côte arriva. S’en suivirent plusieurs côtelettes, n’est-ce-pas Laurent ? Nous avons ensuite enchaîné sur un petit parcours rythmé en forêt, où notre Jeff fut la cible de chasseurs... Une ribambelle de plomb vint s’écraser sur lui, ce dernier exprimant un gueulement qui fit régner le silence ! On continua tout de même notre sortie. Moi ayant toujours les genoux engourdis, je profite de quelques montées et descentes pour accélérer l’allure, ceci pendant environ 1 km. C’est ensuite qu’arriva la dernière péripétie : la pause pipi de Jeff !



Notre Jeff s’est arrêté pour arroser la forêt. Cette pause s’étant éternisée, nous avons donc prit de l’avance avec le groupe. Au bout de quelques centaines de mètre, je me retourne et je le vois qui nous rattrape. Pour moi, aucun souci, il va vite nous rattraper. Nous traversons une route pour retrouver la forêt et entamer un single. Celui-ci étant très étroit. Le groupe ayant accéléré, je m’y accroche. Je suis la dernière. Après quelques minutes, je me retourne. Pas de Jeff à l’horizon, étrange. Je ralentis l’allure et je vais même jusqu’à marquer quelques arrêts. Toujours pas de Jeff... Cela devient inquiétant. Je me dis qu’il a peut être du s’arrêter à cause de sa cuisse, ou peut être à-t-il glissé, ou peut-être est-il perdu... Je demande donc à Laurent de m’attendre. Quelques membres du groupe de tête me demandent si tout va bien, me voyant à l’arrêt. Je leur demande de crier « Jeff », n’ayant pas une voix qui porte. Aucune réponse. Pour tout le monde, Jeff a emprunté la route pour rejoindre le point de départ, non loin de là. Je n’y crois pas, Jeff n’ayant jamais mit les pieds dans cette forêt. A quatre, ils rebroussent chemin pour aller le rechercher, mais personne. 2 reviennent et nous disent de continuer. Il ne reste plus que 500-600 mètres à parcourir. Nous apercevons les voitures. Jeff ne peut pas être loin. Nous allons peut-être le retrouver aux voitures. 14,5 km, nous avons terminé la sortie Trail, mais Jeff n’est pas là... Nous partons à sa recherche Serge et moi, et un vététiste prend une autre direction. Quelques minutes plus tard, une silhouette noire au loin surgit, accompagnée d’un cycliste. Soulagée, c’est lui ! Une petite collation pour le réconforter et on reprend la route, direction la raclette qui nous attend chez moi, accompagnée d’une bonne douche et de la chaleur de la cheminée !!

Je te laisse la raconter ta perte 

''Parfait ton récit. Hé bien, ce n'est pas compliqué. Je me suis effectivement arrêté pour assouvir un besoin naturel. Vu que c'était sur une partie descendante, l'écart s'est vite créé mais je revenais rapidement sur le groupe sauf qu'à un moment je me suis un peu ''enlisé''. Je n'avais pas vu une partie très boueuse alors que c'était gelé partout ailleurs. Quand je suis arrivé sur la route où je vous ai vu tourner à gauche, je me suis retrouvé tout bête car personne à l'horizon. Comme je sais que vous aviez pris sur la gauche, j'en ai fait de même et j'ai regardé à gauche et à droite pour trouver un chemin qui pouvait s'enfoncer dans la forêt. J'en ai vu un sur la gauche et un second un peu plus loin sur la gauche également. Mais toujours pas de trace de mes compagnons de sortie ni de ma Ptite Laura. J'ai appelé en hurlant mais pas de réponse. Avant de m'enfoncer n'importe où, je suis resté de nombreuses minutes sur la route en me disant que ça allait bien forcément faire demi-tour. Mais au bout d'un bon quart d'heure, toujours personne. J'ai décidé de faire le pari d'un des chemins étroits que j'avais repéré mais je ne connaissais pas du tout la forêt et incapable de savoir dans quelle direction se trouvait l'arrivée. Je me suis donc retrouvé dans ce chemin, et j'ai finalement décidé de faire demi-tour car j'avais la cuisse trop douloureuse et le sol était trop difficile pour moi. Mais bien m'en a pris, car dès que j'ai reposé le pied sur la route, j'ai vu au loin le responsable de notre groupe venir vers moi en VTT. En fait, si je connaissais cette forêt, j'aurais su que je n'étais qu'à un kilomètre de l'arrivée en prenant cette route ! J'ai retrouvé ma Ptite Laura qui était inquiète et je n'ai pas trouvé mieux que de lui faire le reproche de ne pas avoir fait demi-tour. Comportement bien nul de ma part car elle était inquiète !''



C'était quand même une belle sortie qui a rapporté 490 euros au Téléthon. C'est très bien pour cette initiative du club de l'UA Chauny !

Aucun commentaire: