.

.

TOPS 10

TOPS 10

2ème Roue Fertoise (77)

Dimanche 6 août 2017

L'an dernier j'avais adoré faire cette course. Courir sur un circuit automobile est une expérience que je n'ai pas oublié. De l'asphalte sans la moindre imperfection, aucun dénivelé, de nombreuses courbes qui permettent de voir tous les coureurs aussi bien ceux devant que ceux derrière, ... En plus, l'an dernier il faisait un temps magnifique. Pour une première édition, c'était une réussite totale au niveau organisation. Pour couronner le tout, j'ai eu la bonne surprise de monter sur la seconde marche du podium du 10 kilomètres en catégorie vétéran 1. Donc tout ce mélange a fait que j'espérais qu'il y ait une seconde édition car j'avais très envie d'y retourner. Je reviens donc pour la seconde année consécutive sur le circuit automobile de La Ferté-Gaucher, même si je suis en manque de vitesse car je prépare un marathon qui aura lieu fin septembre et surtout une course de montagne à étapes en Suisse, qui elle, aura lieu une semaine après cette course de La Ferté-Gaucher. Donc participer simplement pour le plaisir. L'an dernier, Eric Leblacher avait survolé la course du 10 km avant de prendre la seconde place de l'épreuve cycliste.


La seconde édition de la ''Roue Fertoise'' est organisée par la Jeunesse Sportive de la Ferté-Gaucher Cyclisme et l'association ''Le Tour de Foot'' Au programme il y a de la course à pied et du cyclisme. La journée est articulée de la façon suivante :
- 9h00 : course à pied 10 km à partir des juniors.
- 9h00 : course à pied 6 km à partir des cadets.
- 9h00 : course à pied 4 km pour les minimes.
- 10h30 : cyclisme découverte du circuit pendant une heure.
- 12h00 : cyclisme 6 heures solo, duo ou trio.
- 15h00 : cyclisme 3 heures solo ou duo.
Les bénéfices de cette manifestation seront reversés à l’Association ''Le Rire Médecin'' qui a pour mission de procurer aux enfants hospitalisés des moments de jeu, de rêve et d'humour afin de les aider à surmonter leur maladie et ceci grâce à l’intervention de clowns formés par cette association.



Ce matin le réveil a sonné à 6 heures. Ca pique un peu, mais j'ai cinquante minutes de route pour me rendre sur le circuit automobile de La Ferté-Gaucher. Le temps de se préparer et de traîner un peu et me voilà sur le trajet. Il y a un ciel bleu magnifique mais la température n'est affichée pour le moment qu'à 11 degrés. C'est ce que la météo nationale avait annoncé la veille. Jusqu'au départ de la course ça va pouvoir grimper de quelques degrés, mais au moins on n'aura pas trop chaud. Le temps idéal quoi !





J'arrive dans l'enceinte du circuit automobile. Quand je me stationne sur le parking réservé aux coureurs, Franck, mon pote du club de Marne-et-Gondoire Athlétisme, m'appelle pour me demander où j'en suis et il m'apprend qu'il est lui-même stationné … mais sur le mauvais parking. Du coup c'est moi qui suis arrivé le premier. Lorsqu'il m'a rejoint, nous allons dans le hangar du fond pour qu'il puisse s'inscrire et moi récupérer mon dossard. On me donne le numéro 2. Puis quand nous retournons vers les voitures pour nous préparer, nous tombons sur l'excellent journaliste de La Marne, Pascal Pioppi qui revient tout frais de ses vacances. Nous discutons un bon bout de temps puis nous terminons notre chemin jusqu'au parking.





Nous retrouvons d'autres copains comme Laurent, également du club de Marne-et-Gondoire Athlétisme, mais aussi Nico du PAAC, Bernard et les coureurs du club de Saint-Pathus avec Tristan et Jean-Baptiste, qui lui ne fera que le 6 km. Petit joueur ! C'est ensuite parti pour l'échauffement sur le circuit de la course. L'an dernier il y avait cinq tours à faire et à mon GPS j'ai eu un total de 8,7 km, tandis que cette année, le départ est décalé et il y a six tours, ce qui devrait faire 10 kilomètres.



Une fois notre échauffement terminé, je me dirige en marchant tranquillement vers la ligne de départ qui est donc située à la moitié de la plus longue des lignes droites. Nous sommes une bonne centaine de coureurs à nous y présenter dont une petite centaine sur la course du 10 km. En même temps, il y a les coureurs du 6 et du 4 km. Nous discutons un peu avant que le départ ne soit donné. Au programme il y a donc un gros morceau de circuit de 1450 mètres à faire et une fois sur la ligne d'arrivée, nous devrons faire cinq fois le tour complet du circuit long de 1710 mètres.









L'organisateur nous délivre les dernières recommandations. Il annonce que notre course fait bien 10 kilomètres mais que la distance inférieure est plus proche du 6,5 kilomètres que du 6. Un handisport est également dans la course. Puis l'organisateur entame le décompte. 

TOUR 1 :
A zéro, le départ est donné. Je m'étais bien placé en seconde ligne, mais rapidement je me rends compte que ça part très vite devant et que je me fais déborder. Pas des deux côtés car je suis sur la corde. Franck qui était avec Laurent à l'opposé de moi sur la ligne départ (j'étais tout à gauche et eux tout à droite), se rabattent vers moi et j'entends Franck m'encourager. J'arrive dans le premier virage sur la gauche et à la sortie, je suis juste derrière les deux coureurs de Marne-et-Gondoire Athlétisme. Sur la sorte de petit ''S'' qui suit, je coupe la trajectoire au plus court tout en voyant mes deux amis s'envoler. Une petite ligne droite nous amène sur un nouveau gros virage sur la gauche. Quand j'en sors, je me retrouve avec le vent de face. Il n'est pas bien fort, mais il se fait tout de même ressentir. Un nouveau gros virage à négocier sur la droite cette fois-ci, suivie d'une petite ligne droite. Au bout, nous tournons à droite et un peu plus loin, je suis dans le dernier gros virage, qui est ce coup-ci sur la gauche pour déboucher sur la ligne droite menant à l'arrivée. Quand je me rapproche de cette ligne d'arrivée, je peux voir à ma droite, la présence d'un couloir délimité par des plots, afin de passer au ''stand'' pour se ravitailler, comme lors des grands prix de Formule 1 ! Vraiment pas mal cette idée. J'en termine avec ce ''petit'' tour.








TOUR 2 :
Je termine cette ligne droite avant de tourner à gauche et d'entamer maintenant l'intégralité de la première et plus longue ligne droite, qu'on n'avait fait qu'à moitié sur le tour précédent. Je me rends compte que sur le bas côté se trouve Bernard. On a le temps de parler vite fait ensemble et il me dit qu'il s'est blessé derrière la cuisse lors de son échauffement en faisant une ligne droite rapide. C'est vraiment pas de chance. Il n'a même pas eu le temps de goûter à cette course ! Je poursuis cette ligne droite longue de 400 mètres et avant que je tourne dans le premier grand virage à gauche, je vois que Franck et Laurent sont l'un derrière l'autre et remontent petit à petit les coureurs. Nico est parti bien rapidement, contrairement à ce qu'il m'avait confié avant la course. Je me suis quand même rendu compte que j'étais moi aussi parti un peu trop vite. Ca se voit que je suis plus en entraînement marathon, car lors de la première boucle, j'ai vite saturé en vitesse. Maintenant je suis sur mon rythme de croisière à 14 km/h. Je ne peux pas aller plus vite, mais je me sens bien à l'aise. J'entre dans la dernière ligne droite et j'en termine avec ce second tour de circuit.




TOUR 3 :
Dès que j'entame le troisième tour, j'entends Bernard m'encourager. Je tourne la tête vers la droite et je le vois assis sur un container pour encourager les coureurs. Au loin, je commence à apercevoir les derniers de la course à qui je vais finir par prendre un tour. Quant à moi, j'avais peur que Franck me prenne un tour quand je pensais qu'il n'y en avait que cinq à faire, mais maintenant que je sais que six sont au programme, alors la probabilité est encore plus importante. Ce qui est bien sur ce circuit, c'est qu'il tourne sans cesse, alors je croise régulièrement les coureurs aussi bien devant que derrière moi. Je peux ainsi encourager Franck et Laurent qui continuent à remonter des places. Ils sont maintenant à la porte des dix premières places. Je vais en terminer avec ce tour après avoir pris un tour à quatre coureurs.






TOUR 4 :
Je reçois pas mal d'encouragements à l'entame du quatrième tour, dont ceux de Pascal qui officie en qualité de journaliste, de sportif et de passionné. Un beau mélange tout ça ! Je remonte plus de coureurs retardés maintenant. Je m'amuse à les compter pour m'aider à faire passer le temps. Je trouve le parcours bien sympa et très atypique, mais ça fait surtout travailler le mental avec ce nombre important de tours pour une épreuve comme un 10 kilomètres. Mais j'aime bien. Mon tempo est régulier, toujours dans une zone avec un certain confort. Le pire c'est que je suis incapable d'accélérer, comme si j'étais bridé. A un moment, Pascal me demande si ce n'est pas trop difficile. Mais non, ça se passe bien. J'essaye de prendre au mieux les trajectoires à la corde, pour faire le moins de distance possible. J'arrive dans la dernière ligne droite avec ce fameux couloir permettant le passage au stand pour se ravitailler. Mais je trouve qu'il fait vraiment un temps parfait, ce qui nous permet de courir sans trop nous déshydrater. Après avoir pris un tour à onze coureurs sur ce quatrième tour, je passe à nouveau sur la ligne d'arrivée.







TOUR 5 :
Avant dernier tour avec les premiers coureurs qui commencent à se rapprocher de moi. Je vais y passer moi aussi ! Peu importe, je continue toujours sur mon tempo, toujours en prenant un tour à quelques coureurs. Je ne vois plus Franck ni Laurent. J'ai fini par les perdre de vue. J'espère qu'ils ont continué à remonter des places pour se rapprocher du podium ! Après la ligne droite longue de 400 mètres, je prends le grand virage sur la gauche, puis le petit ''S'', suivi d'une ligne droite plus courte. C'est quand j'arrive en fin de ligne droite que le leader de la course me double. Je l'encourage et je me rends compte qu'il a fait le trou, car le second va me doubler que plusieurs centaines de mètres plus loin. Je n'ose pas me retourner car je me dis que Franck doit arriver sur mes talons. Dernier virage et me voilà sur la dernière ligne droite. Je franchis la ligne d'arrivée pour la cinquième et avant dernière fois.









TOUR 6 :
Je me sens vraiment bien. La chaleur est un peu plus présente maintenant mais n'est absolument pas un obstacle. Il fait très bon. Et pour ceux qui ont un peu chaud, ils peuvent profiter du léger vent de face sur certaines parties du circuit pour se rafraîchir. Je trouve que je vais mieux sur cette fin de course. Finalement, au début je trouvais que ça faisait beaucoup six tours, mais tout compte fait, je prendrais bien du rab pour quelques tours supplémentaires. Je profite de ce dernier tour. Quand je double un coureur, le dossard 91, je l'entends me dire, une fois que je l'ai passé depuis une cinquantaine de mètres, qu'il voulait me parler après la course (mais désolé, on ne s'est pas revu après !). Dernier gros virage sur la gauche puis je débouche sur la dernière ligne droite. Je regarde pour la première fois de la course en arrière pour voir que le coureur qui n'est pas bien loin de moi, ne pourra pas revenir à ma hauteur. Je termine relativement tranquillement 27ème en 42'31'' et troisième master 1.









Je suis satisfait de ce chrono sans le moindre entraînement sur cette distance. Je retrouve Bernard, Nico et d'autres coureurs. Ils ont tous entre 10,3 et 10,4 kilomètres sur leur GPS. Moi, j'ai 10,09 et encore, je ne l'ai arrêté que quatorze secondes après avoir franchi la ligne d'arrivée. Soit mon TomTom fonctionne mieux que leur GPS, soit j'ai mieux pris la corde dans les nombreux virages qui ont jalonné la course.









Avec Franck, je traverse le hangar où se trouve le ravitaillement final. Un ravitaillement bien sympa avec une partie gratuite et une partie payante, notamment avec des sandwiches ou des crêpes, ... miam ! Puis nous poursuivons notre chemin pour retourner aux voitures afin de changer notre haut, puis nous retournons faire un tour complet du circuit à vitesse très faible en guise de récupération.




Je me change complètement cette fois-ci et avant d'aller participer à la remise des récompenses je vais voir le classement complet.
10 kilomètres :
4ème en 36'15'' Laurent AUBERGER (MEGA) --1er master 1.
5ème en 36'16'' Tristan DUPUIS (ESSPO) --3ème senior.
6ème en 36'32'' Franck BORDERON (MEGA) --1er master 2.
11ème en 37'44'' Nicolas JAECK (PAAC).
27ème en 42'31'' Jeff BACQUET (UA Chauny) --3ème master 1.
6 kilomètres :
2ème en 24'52'' Jean-Baptiste MESSANT (ESSPO).





C'est maintenant le moment des récompenses et les organisateurs commencent d'abord pour le 4 kilomètres pour les jeunes, puis nous en arrivons avec la course du 6 kilomètres. Jean-Baptiste monte donc sur la seconde marche du podium avec cette seconde place. Bravo à lui !







Puis on passe à la course du 10 kilomètres. En ce qui concerne les récompenses pour les masters, toutes les catégories masters sont mélangées. Donc les M1, 2, 3, 4 et 5, ce qui ne plaît pas à certains coureurs qui se voyaient déjà monter sur le podium. Je peux les comprendre mais je comprends également les organisateurs qui ne peuvent pas forcément multiplier les récompenses.




Surtout que notre vraie récompense ne va pas tarder, car nous retournons aux voitures et une bière bien fraîche nous y attend. Après l'effort, le réconfort ! Cette seconde édition est de mon point de vue une réussite. J'avais aimé la première, j'ai beaucoup aimé la seconde, et je viendrais aimer la troisième l'an prochain sous les couleurs de mon nouveau club !

1 commentaire:

Piot a dit…

Bonsoir et merci pour votre compte rendu;
En ce qui concerne le kilomètrage, nous l'avons refait 2 fois sans jamais trouvé la même distance. Ce sont les mystères du GPS.
Merci pour vos remarques et bonne fin de saison
Cordialement
Piot Patrick