.

.

TOPS 10

TOPS 10

1ère étape ''6 Jours du Toulois'' - 16 km de Chaudeney-sur-Moselle (54)

Dimanche 17 juin 2018

Un an que j'attendais afin de me présenter pour la septième fois à cette magnifique épreuve qu'est ''Les 6 Jours du Toulois''. Une épreuve hors du commun, où règnent sport, convivialité, amitié, … Un petit mot pour ceux qui ne connaissent pas. Ça se déroule hors route à chemin entre course nature et trail aux alentours de Toul (54). Tous les jours, une commune différente reçoit une étape. Six jours de course en sept jours (dimanche, lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi), le mercredi étant un jour de repos. Trois possibilités de participation : faire une étape (car chaque étape étant une course à part entière), les P'tits Six Jours (étapes du dimanche, mardi et samedi) et les Six Jours (faire toutes les étapes). Chaque soir, un classement du jour est accompagné du classement général car comme sur le Tour de France en cyclisme, le classement évolue tous les jours. De plus, le vendredi est un jour spécial car un contre-la-montre individuel va nous attendre. Le dernier du classement partira en premier, suivi 30 secondes plus tard de l'avant-dernier, … jusqu'au premier. C'est génial, venez dès l'année prochaine !


Cette première étape se déroule sur la commune de Chaudeney-sur-Moselle. 16 kilomètres sont au programme. 16 kilomètres où je vais être totalement dans l'inconnu car avec ma double hernie discale que j'ai toujours, et ma coupure totale de 4 mois, je n'ai couru qu'une seule fois 15 kilomètres depuis 7 mois. La fatigue sera aussi forcément présente car je suis parti ce matin très tôt de Région Parisienne et trois heures plus tard, je suis arrivé dans cette petite mais néanmoins charmante commune de Chaudeney-sur-Moselle vers 8h40, donc 50 minutes avant le départ.








Je me suis stationné à quelques encablures de l'arche de départ. Olivier se gare juste derrière moi. C'est le premier copain que je revois. Je tombe pratiquement aussitôt après sur Éric, Sébastien, … Je n'avais pas vu Manon mais elle si. Ça fait bien plaisir de la revoir. Après avoir discuté un peu, direction la salle pour retirer mon dossard. C'est Fanny, qui est chargée de la remise des dossards. Puis je croise Clément, Patrick, Laurent, Julien. Je retourne à la voiture me changer, puis je pars faire mon échauffement d'abord seul puis avec Éric.






Il fait chaud ce matin. Avant le départ, je retourne me désaltérer à la voiture. C'est très pratique d'être garé juste à côté. Au moins pour ça ! Puis je me dirige vers l'arche de départ, placée juste à la jonction de la Rue Haute et de la Rue du Colombier. J'en profite pour retrouver Manon et discuter avec elle. Puis, Philippe vient me dire bonjour. Encore un mec fort sympa, comme la plupart de ceux que je connais ici d'ailleurs !





C'est le moment de se placer derrière la ligne de départ. Nous sommes un peu moins de 200 coureurs. Je suis placé juste à côté de Julien. Je me souviens que l'an passé il m'avait promis de s'entraîner pour qu'on puisse se battre pendant ces ''6 Jours''. Mais cette année, je vais être bien loin de mon niveau de l'an dernier alors il a déjà gagné bien avant que le départ ne soit donné. Aucun objectif pour moi, hormis celui de ne pas abandonner en venant à bout de mes 7èmes ''6 Jours du Toulois''. L'an prochain, je ne compte pas me blesser avant et j'espère bien y revenir en pleine possession de mes moyens. Cette année, c'est donc prendre du plaisir. Je sais que même si je vais avoir des moments difficiles, le plaisir, le grand plaisir, le très grand plaisir, sera au rendez-vous.



Le décompte est lancé. Le pistolet fait des siennes mais le départ est bel et bien donné. Nous partons sur le plat de la Rue du Colombier. Je suis toujours aux côtés de Julien. Ça me fait drôle de le voir sous les couleurs de l'US Toul. Je ne suis pas encore habitué, mais ça lui va bien, et je l'aime bien ce club. Nous tournons à gauche Rue de la Mairie qui se met à descendre. J'ai tendance à m'emballer un peu. Puis, virage à droite, Rue Jean Rosman, où ça descend encore mais beaucoup moins. Ensuite, nous retrouvons du plat après avoir pris la Rue Edmond Gérard en tournant à droite.








Lorsque j'arrive au pied de l'église, je tourne à gauche pour une descente sévère. Trop pour mon dos, car je ressens aussitôt une belle gêne au niveau de ma hernie. Je me laisse descendre avant de retrouver du plat une fois passé sous le chemin de fer. J'ai maintenant quitté le bitume pour me trouver sur un chemin de terre et de cailloux. Nous tournons sur la gauche et quelques dizaines de mètres plus tard, nous tournons à droite en direction de la Moselle. Mais nous tournons une seconde fois à droite sans l'avoir vue. Ce qui ne va pas tarder, car une centaine de mètres plus loin, je longe cette calme Moselle. On reprend à droite comme pour revenir vers le passage sous le chemin de fer et donc de faire une boucle complète, mais juste avant d'y arriver, on tourne à gauche pendant assez longtemps. Le parcours nature finit par laisser sa place au bitume. C'est à cet endroit-là que Philippe et Julien me doublent. Ils m'encouragent, je discute un peu avec eux, mais je ne vais pas insister pour m'accrocher. Je sais que je ne peux pas me le permettre. Au bout, nous tournons deux fois sur notre droite pour atteindre la Route de Toul. Nous entrons à nouveau dans Chaudeney-sur-Moselle, puis quelques dizaines de mètres plus loin, virage sur la gauche. Je me retrouve au pied d'une belle montée en ''S'', Rue du Chazot. 


J'entends les encouragements de Manon, puis je continue comme je le peux. Une fois en haut, virage à droite pour retrouver un chemin caillouteux descendant puis montant, qui traverse les champs. Une fois en haut, nous tournons à gauche Rue Bachmann, où ça continue à monter mais moins. Par contre, lorsqu'on tourne à gauche Rue de la Fontaine, ça remonte vraiment franchement.


Sébastien B., qui ne court pas cette année, s'est positionné en pleine montée à cet endroit-là. J'apprécie grandement ses encouragements. Puis je me retrouve en plein au milieu des champs, sans le moindre arbre pouvant me protéger du soleil. Au bout d'un moment, virage à droite. Le sol n'est quand même pas trop mauvais, même s'il faut faire bien attention où mettre les pieds. Une entorse pouvant arriver rapidement ! J'avance comme je peux, mais ça aurait pu être pire quand même. Lorsque j'arrive au bout de cette ligne droite, nous tournons à gauche toujours sur le même type de chemin et surtout le premier ravitaillement y est installé. J'en profite pour boire un gobelet d'eau. Ça monte toujours, ou plutôt c'est du faux-plat montant. Je fais de mon mieux mais les sensations ne sont pas excellentes du tout.
















Au virage suivant sur la gauche, j'y retrouve Fanny et mon fils Lucas. Merci à tous les deux pour les encouragements et les photos. Un nouveau très long faux-plat, pour ne pas dire une montée, ne me permet pas d'aller bien vite. Un petit moment de répit, lorsqu'en haut de cette petite montée dans les champs, je retrouve un peu de bitume en entrant dans Dommartin-lès-Toul, Rue de Lattre de Tassigny. Patrick me double et s'envole aussitôt après m'avoir dit quelques mots. Un peu de plat, puis virage à droite pour une sacrée montée sur une route complètement défoncée, Rue du 8ème Bataillon des Chasseurs à Pied. C'est bizarre, mais alors que c'est vraiment difficile, j'ai l'impression d'aller mieux maintenant. Pourtant ça grimpe vraiment. Passage au km 7 et ça monte toujours autant. Quand j'arrive au niveau de la végétation bien plus haute, ça monte moins fort tout en tournant sur la droite à deux reprises. Puis c'est une très longue succession de descentes légères et de montées du même style pendant près de trois kilomètres. A la fin de ce très large chemin forestier, une côte vraiment marquée et assez longue, est difficile pour moi. Je perds une nouvelle place. Je débouche sur la Route de Villey-le-Sec en tournant sur ma droite. Ça fait du bien et en plus c'est assez plat.











Mais c'est de courte durée, car 200 mètres plus loin, on repique en pleine forêt en tournant à droite sur un chemin qui descend mais surtout qui comporte de nombreuses pierres et ornières. Je fais bien attention, tout en accélérant. Un autre coureur est derrière moi. Pendant le kilomètre et demi de ce long passage quasiment tout le temps descendant, je reste devant lui. Mais je ne suis pas vraiment capable d'aller à fond, tellement j'ai peur de me donner une entorse. Une partie un peu boueuse est également de la partie, mais rien de bien méchant.



Je finis par redéboucher sur la Route de Villey-le-Sec, qu'on reprend en tournant à gauche, donc en reprenant la direction de l'endroit où on l'avait quittée quelques minutes auparavant. Fanny s'est déplacée juste ici. Elle et ses encouragements. Mais comme la logique le veut et après avoir fait une longue descente en forêt, il faut donc se taper une montée sur cette belle route. J'ai tendance à revenir un petit peu sur le coureur qui m'avait doublé tout à l'heure. Mes sensations sont vraiment bien meilleures.










Je finis par arriver tout en haut. Juste avant de tourner à droite, Lucas me dit quelques mots pour me motiver. Je tourne donc avec un nouveau ravitaillement où je prends à nouveau de l'eau. Je profite que le coureur qui se trouvait devant moi, se soit arrêté au ravitaillement pour le doubler. 12 kilomètres ont été effectués. Un bon kilomètre de faux-plat descendant qui permet d'aller bien vite même si le sol en terre est difficile pour les appuis. Puis, nous tournons un peu sur la droite où ça remonte franchement. Un coureur, vêtu en blanc me double. Mais une fois en haut, je me rends compte que je me rapproche d'un autre coureur. Nous tournons à gauche toujours sur un chemin blanc plein de cailloux, de trous, de poussière. Passage au km 14. C'est juste à ce moment là que je regagne une place. Le chemin tourne sur la droite en direction de la commune de Chaudeney-sur-Moselle. Sur ma gauche se trouvent des jardins municipaux. Me revoilà dans les rues de Chaudeney-sur-Moselle, Rue des Vignes Noël, puis Rue des Bracottes en bifurquant légèrement sur la droite. 




Un peu de plat avant une descente suivie immédiatement de la montée de la Rue de la Mairie, celle qu'on avait descendue juste au départ. Je tourne à droite pour ma dernière ligne droite Rue du Colombier et je termine 46ème/172 en 1h12'12''.





Une fois la ligne d'arrivée franchie, je fais quelques étirements pour mon dos, puis je retire mon dossard que je dépose à ma voiture et je repars sur le parcours dans le sens inverse en courant, histoire de récupérer Éric et finir avec lui. Je le retrouve juste à la jonction du chemin blanc et de la route, peu avant d'entrer dans Chaudeney-sur-Moselle.





On passe ensuite au ravitaillement final qui est bien placé à l'ombre. Ça permet de retrouver tous les copains et de parler de tout et de rien. Finalement, Julien, Philippe et Patrick, ne m'ont mis que deux minutes alors qu'ils m'ont rapidement lâché dans la course. C'est encourageant, surtout que ma seconde partie était bien meilleure. Demain, je vais essayer de partir plus tranquillement pour voir ce que ça peut donner.






Un petit coup d'oeil au classement et je me rends compte que le vainqueur est Damien, que je n'ai même pas vu avant le départ ! J'espère qu'on se verra demain pour la seconde étape !!!
1er/172 en 55'27'' Damien LALLEMAND (NAM) –1er 6J.
15ème/172 en 1h01'12'' Sébastien NICOLAS (US Toul).
18ème/172 en 1h02'27'' Clément BIGEREL (US Toul) –13ème 6J.
36ème/172 en 1h09'56'' Philippe BON (non licencié) –24ème 6J.
38ème/172 en 1h10'16'' Patrick COLIN (non licencié) –26ème 6J.
39ème/172 en 1h10'21'' Julien BREITSPRECHER (US Toul) –27ème 6J.
46ème/172 en 1h12'12'' Jeff BACQUET (PAAC) –31ème 6J.
65ème/172 en 1h15'32'' Olivier SIATKA (US Toul) –45ème 6J.
66ème/172 en 1h15'35'' Laurent SIATKA (ACGV) –46ème 6J.
126ème/172 en 1h24'19'' Eric DUGUET (US Toul) –86ème 6J.
Au classement général des ''6 Jours du Toulois'', je suis à la 31ème place.



Après nous être changés, nous profitons du pot offert par la municipalité de Chaudeney-sur-Moselle. Rien de tel pour clôturer une matinée course à pied. Éric nous invite à manger un barbecue ce midi chez lui. Impossible de refuser. D'ailleurs, je ne vais pas le regretter car nous avons excellemment bien mangé ! Demain, seconde étape dans la commune de Choloy-Ménillot pour une nouvelle fois 16 kilomètres de difficultés !!!

Aucun commentaire: