.

.

TOPS 10

TOPS 10

6ème étape ''6 Jours du Toulois'' - 9,2 km Bicqueley (54)

Samedi 23 juin 2018

La Finale ! C'est aujourd'hui la finale de ces ''6 Jours du Toulois'', édition 2018. Plus que cette étape, la plus courte, afin d'être pour la 7ème fois ''Finisher'' de cette magnifique épreuve, la plus ancienne course par étapes en France. Un sentiment mêlé de fierté, car après cette journée noire de mardi je me voyais mal embarqué, et de tristesse, puisque j'aimerai que ça ne soit pas les ''6 Jours du Toulois'' mais les ''... beaucoup plus que ça du Toulois''. En plus, physiquement, je me sens de mieux en mieux. J'ai retrouvé d'excellentes sensations. Vivement l'année prochaine sans blessure quelques mois auparavant et ça sera parfait !


Pour ce chapitre final, direction la commune de Bicqueley. Depuis que je participe à cette course, une étape a toujours été courue ici, mais ça a toujours été sur une distance beaucoup plus longue. Pour la dernière levée 2018, quelques montées dont une assez longue, sont au menu, mais la distance totale n'est que de 9,2 kilomètres. Un dernier rush jusqu'à l'arche d'arrivée finale ! Les jours précédents, nous courions à 19 heures, mais cet après-midi, le départ est prévu à 16 heures, histoire de laisser plus de temps pour la cérémonie des récompenses suivie de la fête d'après course.







Nous arrivons une heure et quart avant le départ, au niveau du hangar se trouvant sous le terrain de football. Un grand parking, sur la partie herbeuse, nous est réservé. Je me dirige sous ce hangar, où le secrétariat de la course y est installé, afin d'émarger pour la sixième et dernière fois la feuille de présence des coureurs. Puis je vais dire bonjour aux bénévoles dédiés pour le moment aux inscriptions, j'ai nommé Manon, Margaux et Alicia. La Dream Team ... ou pas !










Les copains arrivent un à un. Philippe a toujours un peu mal derrière la jambe, mais sa position actuelle sur le podium en catégorie, ainsi que la seconde place provisoire par équipe, le motive plus que jamais. Olivier qui a la possibilité de grappiller quelques places au classement général, m'a dit qu'il allait essayer de rester avec moi durant la course. J'ai vraiment retrouvé une bonne partie de mes jambes et moi aussi je sais que j'ai la possibilité de remonter de deux positions. Patrick est en grande forme cette année. Il m'aura mis tous les jours à l'amende. Franck est à deux doigts de remporter les ''P'tits 6 Jours'' alors que l'incontournable Damien, qui caracole en tête, a quasiment course gagnée sauf blessure. Puis Seb, qui fait l'étape du jour, m'annonce que son objectif est de terminer devant moi. Challenge, challenge ! C'est bête, il ne peut pas faire la totalité des ''6 jours'', mais il aura quand même fait les trois dernières étapes.









Je retourne à la voiture pour mettre ma tenue d'échauffement et je pars courir avec Sébastien. Mais, comme on emprunte le début du parcours de la course, nous effectuons la descente bien rapide, ce qui sous-entend qu'on va devoir la remonter pour retourner vers la zone de départ. Et quand ça se produit, je sens que je suis bien loin d'être chaud, car je n'arrive pas à le suivre, ni les deux autres coureurs de l'US Toul qu'on accompagnait.











Nouveau retour à la voiture pour passer du noir au rouge avec la tenue de mon club du PAAC. Le dossard numéro 40 est épinglé pour la dernière fois sur mon débardeur. Margaux se charge de l'échauffement des tous petits en préparation de la course enfants. Je me dirige vers la ligne de départ située Rue du Haut du Chêne, juste en face du hangar. Il va falloir commencer par une centaine de mètres en faux-plat montant avant d'entamer cette descente rapide que j'ai eu du mal à remonter tout à l'heure.




Un moment de panique se présente à Damien qui est à la recherche de Corentin avec qui il est venu en voiture. Corentin est introuvable et le problème est qu'il a la clé de la voiture où se trouvent le dossard, la tenue et les chaussures de Damien. Surtout, il ne reste plus que quelques petites minutes avant que le départ soit donné. Je lui dis que je pensais que Corentin devait être avec Manon et sachant qu'elle était en bas de la première descente, il s'y trouverait aussi peut-être. Je vois Damien commencer à courir en direction de cette descente mais le bas est assez loin. Il réquisitionne un VTT à un cycliste qui passait et part comme une fusée. Quelques minutes plus tard, il revient avec la clé à la main (VICTOIRE !) et restitue le VTT emprunté.



Plus que quelques secondes pour se changer, nous sommes tous derrière la banderole de l'US Toul Athlétisme. Damien a juste le temps de se placer en première ligne que le décompte du starter est lancé. Au coup de pistolet, le départ est donné. Nous prenons donc ce léger faux-plat montant de la Rue du Haut du Chêne qui devient rapidement la Rue du Pont. Je me trouve sur la partie droite de la chaussée. Juste au moment où on bascule dans la descente, je vois Guillaume attaquer rapidement en premier. Damien répond immédiatement. C'est parti très vite devant.













Je ne prends pas la descente comme un fou, préférant ménager mon dos qui a l'air d'aller bien mieux depuis quelques jours. Audrey me double mais quand j'arrive en bas je la repasse. Nous tournons ensuite à droite sur la Départementale 904. Les premiers mètres sont plats, mais un peu avant le Château de Bicqueley, la chaussée s'élève bien. Je m'installe sur un petit train correct mais sans plus. J'attends d'être plus haut avant de faire un véritable effort, histoire de me sentir bien chaud, surtout que cette côte est longue de plus d'un kilomètre.






Lorsqu'on continue de grimper en prenant la fourche de gauche qui est la Rue de la Poirière, Seb me passe en m'invitant à m'accrocher à sa foulée mais je reste sur mon tempo et je le vois faire un écart. Quelques secondes plus tard, c'est au tour d'Olivier de revenir à ma hauteur. On papote un peu et je décide de passer devant lui pour le ramener un peu plus haut dans le classement. Nous poursuivons la montée en quittant le bitume qui est remplacé par un chemin de terre défoncé avec de nombreux gros cailloux. Nous commençons à remonter quelques coureurs et l'écart avec Seb se stabilise. Il n'a pas plus de cinquante mètres d'avance sur nous. J'encourage Olivier à s'accrocher à moi, puis en me retournant, je me rends compte que je l'ai lâché. Par contre, le coureur derrière moi, me dit que lui-aussi se prénomme Olivier. Me suis trompé d'Olivier ! Une fois en haut, nous tournons à gauche sur un chemin entre les champs. Ce chemin est très herbeux. Patrick m'a doublé, mais je reste un peu dans sa foulée pour me rapprocher petit à petit de Seb. Je double Daniel, un coureur de la JAC St Nicolas et après cette très longue ligne droite, nous tournons à gauche puis à droite. Je passe Seb et le lâche peu après. Nous pénétrons dans les sous-bois peu après le km 3, où nous sommes sur un chemin de terre relativement plat qui serpente entre les arbres jusqu'au km 5. A cet endroit, est placé un ravitaillement. J'y attrape un gobelet d'eau, puis je décide de hausser vraiment le tempo. Le chemin est large et maintenant ça a plus tendance d'être du léger faux-plat descendant. Quand nous tournons sur la gauche, je me retrouve sur un single bien étroit. Deux coureurs sont derrière moi mais impossible à se doubler. Pas grave, je suis devant. A un moment, quand ça s'élargit un petit peu, je m'écarte pour laisser passer le coureur placé juste derrière moi car je le sens plus rapide. C'est très agréable par la suite car le sol est jonché d'épines de pin. Je ressors des sous-bois au km 6,5. Nous sommes sur les hauteurs avec une vue imprenable sur Bicqueley. C'est parti pour une descente rapide. Daniel qui est bien plus efficace que moi en descente me double en creusant un petit écart.































Je finis par entrer dans les rues de Bicqueley avec du plat. Je traverse la Départementale 904 pour prendre la petite route du Quai de la Bouvade qui tourne sur sa droite. C'est très joli avec le petit pont. J'ai une dizaine de mètres de retard sur le coureur qui me précède. On continue sur ce petit quai jusqu'au moment où on débouche sur la Rue François de Neufchâteau. Puis, quelques dizaines de mètres plus loin, nous tournons à gauche Rue Charles Mourot, pour ce qui est de l'ultime montée de ces ''6 Jours du Toulois''.





Je reprends mon train régulier mais assez efficace, car je reviens sur le coureur de la JAC St Nicolas. A mi-côte, je me rends compte que je reviens progressivement aussi sur Philippe. Il ne me restera pas assez de temps pour le rejoindre mais je continue quand même mon effort pour au moins m'assurer que ça ne revienne pas derrière. Damien a gagné depuis bien longtemps sa sixième étape sur six. Le Grand Chelem. Trop fort ce champion qui est en plus un mec super bien !





Je me rapproche du sommet. Lorsqu'on tourne à gauche sur la Rue du Haut du Chêne, il ne reste même plus 200 mètres de course. Philippe n'est plus loin. J'entends plein de ''Allez Jeff''. C'est trop bien, je suis loin de chez moi mais je suis bien encouragé quand même. Encore quelques mètres, puis je quitte le bitume de cette rue pour monter un petit talus qui me fait passer sous l'arche d'arrivée juste à l'entrée du hangar. Je termine cette dernière étape 47ème/198 en 40'42''.











Pendant que les copains continuent d'arriver et notamment Olivier et Seb qui terminent ensemble deux petites minutes après moi, on nous offre un joli tee-shirt technique souvenir de la course ainsi qu'un sac contenant divers produits de soin. Sympa, même si ce n'est pas pour ça qu'on participe à cette course.











C'est maintenant le moment de parler et de reparler sans oublier de re-reparler de la course, de revivre ces 6 jours magnifiques entre copains. On a survécu une fois de plus au dénivelé, au tracé, à la chaleur surtout des trois premiers jours. Heureux et triste à la fois que ça soit déjà terminé. Comme je le disais en début d'article, je ne suis pas contre le fait qu'un jour ces ''6 Jours'' deviennent les ''12 Jours''...





Pour ne pas attraper froid je me dirige vers la voiture pour me changer. J'enfile le tee-shirt qu'on vient de nous offrir. Il n'est pas mal du tout. Je retrouve ensuite Manon et Margaux dont leur bénévolat touche à leur fin sur cette édition 2018 des ''6 Jours du Toulois''. On aura bien couru, bien rigolé, passé de superbes moments. UN GRAND MERCI A TOUS LES BENEVOLES, ORGANISATEURS, PHOTOGRAPHES, SUIVEURS, COMMUNES, SPONSORS, ...







Merci à Seb pour la bière bien fraîche d'après-course. Damien est frais comme un gardon. Faut dire qu'à force de gagner avec une bonne marge, il a passé beaucoup moins de temps que nous sur les sentiers et les hauteurs Touloises. Les résultats sont déjà affichés. Il faut noter l'excellent boulot des chronométreurs qui oeuvrent pour satisfaire au maximum et le plus rapidement les coureurs. Un petit clin d'oeil au speaker, qui lors de mon arrivée, a une fois de plus dit un petit mot gentil de mon blog.

En ce qui concerne donc les résultats de cette dernière étape, ça donne ceci :
1er/198 en 32'42'' Damien LALLEMAND (NAM).
3ème/198 en 34'03'' Franck PASCOT (US Toul).
7ème/198 en 34'42'' Guillaume CARLIER (US Toul).
15ème/198 en 36'31'' Clément BIGEREL (US Toul).
28ème/198 en 38'44'' Romain BERNEAU (US Toul).
39ème/198 en 39'56'' Patrick COLIN.
46ème/198 en 40'40'' Philippe BON.
47ème/198 en 40'42'' Jeff BACQUET (PAAC).
64ème/198 en 42'13'' Olivier SIATKA (US Toul).
65ème/198 en 42'13'' Sébastien PAYET (US Toul).
91ème/198 en 44'24'' Eric MULLER.
102ème/198 en 45'08'' Laurent SIATKA (ACGV).
111ème/198 en 45'39'' Daniel FREIS (JAC St Nicolas).
115ème/198 en 46'01'' Audrey SPUHLER (US Toul).
131ème/198 en 47'21'' Michael CONREUX.
148ème/198 en 48'46'' Eric DUGUET (US Toul).


Au classement général des ''6 Jours du Toulois'' :
1er en 5h07'57'' Damien LALLEMAND (NAM).
6ème en 5h29'20'' Guillaume CARLIER (US Toul).
13ème en 5h42'54'' Clément BIGEREL (US Toul).
22ème en 6h23'09'' Philippe BON.
25ème en 6h30'49'' Patrick COLIN.
35ème en 6h42'35'' Olivier SITKA (US Toul).
43ème en 6h52'37'' Jeff BACQUET (PAAC).
59ème en 7h12'06'' Laurent SIATKA (ACGV).
63ème en 7h20'03'' Eric MULLER.
83ème en 7h37'42'' Michael CONREUX.
91ème en 7h46'33'' Eric DUGUET (US Toul).
94ème en 7h53'17'' Daniel FREIS (JAC St Nicolas).
120ème en 9h36'07'' Julien BREITSPRECHER (US Toul), malgré ses impasses sur les 5 dernières étapes, suite à sa blessure contractée à Chaudeney-sur-Moselle. L'an prochain on pourra se battre tous les trois avec Julien et Olivier !


Au classement général des ''P'tis 6 Jours du Toulois'' :
1er en 2h54'19'' Franck PASCOT (US Toul).
6ème en 3h26'41'' Romain BERNEAU (US Toul).

Place maintenant aux récompenses avec les 4 premiers hommes et les 4 premières femmes des ''P'tits 6 Jours du Toulois'' avec les victoires de Franck PASCOT (US Toul) chez les hommes et de Sonia HUGUET RAIWISQUE (US Toul).



Puis, c'est au tour des 5 premiers hommes et 5 premières femmes des ''6 Jours du Toulois'' de se voir récompenser avec les victoires de Damien LALLEMAND (NAM) chez les hommes et de Sophie KINZELIN (Vandoeuvre Athlétisme) chez les femmes.




Pour finir, récompenses par équipe avec la victoire de l'équipe ''COTES DE TOUL'' composée de Damien LALLEMAND, Romuald BOUDON, Grégory BOUDON et Clément BIGEREL, avec plus d'une heure d'avance sur celle ''DES BARJOTS'', qui elle est composée de Frédéric KNAPEK, Guillaume CARLIER, Christophe BARIN et Philippe BON.



Les catégories sont ensuite récompensées. Philippe ne sera malheureusement pas présent pour l'édition 2019, on se donne alors rendez-vous pour celle de 2020. A part une grosse blessure, sinon, rien ne pourrait m'empêcher de revenir et encore revenir sur cette excellente course ! La soirée et surtout la semaine, est clôturée par une soirée repas et dansante qui se déroule dans la salle des fêtes de Bicqueley. PRESSE DE TOUS VOUS REVOIR ! Bye-bye 2018, See You on 2019 !

Aucun commentaire: