.

.

TOPS 10

TOPS 10

1ère étape ''Berglauf Cup Zürgler Oberland'' - Wald (Suisse)

Lundi 15 août 2016

Un nouveau type de course pour moi. En effet je m'essaye à la course de montagne par étapes. 5 étapes de suite du lundi 15 août au vendredi 19 août. Les étapes ont toutes lieu à 19 heures. Des courses courtes (5-6 kilomètres), mais avec du dénivelé très important et constant. En effet, on part d'une ville dans la vallée et le parcours grimpe, grimpe, grimpe avec au mieux du 10%, donc au pire … Autre nouveauté pour moi, c'est le lieu de la course. Je n'avais jamais couru en dehors de nos frontières, mais cette course a lieu en Suisse dans le Canton de Zurich. Un petit soucis se présente à moi : la barrière de la langue. Je parle de nombreuses langues comme le Français, le Français et également le Français, mais ici, c'est le côté pas Français du tout, alors leur langue est quasi exclusivement l'Allemand. Et mes derniers souvenirs de classe d'allemand … bah j'en n'ai aucun !








La première étape du jour, prend départ dans la ville de Wald. Il va falloir grimper, et même plutôt escalader jusqu'à Farner Alp, tout en haut de la montagne. Par contre, nous empruntons les routes, donc du bitume sauf à quelques exceptions près avec des petits passages en chemin. Nous sommes partis hier de France, et après une halte de nuit avant la frontière, nous avons eu le plaisir de découvrir les merveilleux paysages de la Confédération Helvétique Nous arrivons à Wald vers 16 heures. Pas facile de trouver le point de départ avec un GPS qui ne capte pas ici et sans carte routière mais nous finissons par y arriver.







Un long listing des engagés est affiché. Je me rends vite compte que nous ne sommes pas très nombreux à être de nationalité française. En effet, une partie d'une main est suffisante : deux , dont un qui vit quand même en France (moi), le second vit en Suisse. Il y a un peu d'autres nationalités, comme des gens venant de Grande-Bretagne, Canada, Allemagne, … et 90% de Suisses. Je me rends ensuite au stand pour récupérer mon dossard. Pas facile de se faire comprendre, mais finalement je réussis à retirer mon dossard qui sera le numéro 111 et que je vais conserver pour les 5 jours de course. Une puce de chronométrage est intégré dans ce dossard.









Nous reprenons aussitôt après la voiture pour monter presqu'en haut de la montagne. En effet, je vais la stationner à 1,5 kilomètre du sommet. Comme ça, ça sera plus pratique pour nous de la récupérer après la course, car il n'y a aucune navette entre le point d'arrivée et le point de départ. Une fois stationné, je me prépare tranquillement sans oublier de boire car il fait très chaud, malgré que quelques nuages menaçants, fassent leur apparition. Mais globalement, le soleil est bien présent. Puis c'est le moment de faire les 4 kilomètres de descente pour rejoindre la ligne de départ. J'y vais en footing, une bouteille à la main, mais même en descendant c'est très dur. J'en ai rapidement mal aux cuisses. Dire que je vais devoir me retaper tout ça mais en phase montante. Et je n'ai même pas repéré ce qui se trouvait après ma voiture et qui a l'air d'être le pire avec des pourcentages supérieurs à 20%.





Petite pause pipi et dernière gorgée d'eau avant de me placer dans le sas de départ, dans la rue commerçante partiellement piétonne de Wald. Il y a les coureurs qui vont participer à la Berglauf Cup Zürcher Oberland, et ceux qui ne vont courir qu'une ou deux étapes, car chaque étape est une course distincte. Voilà, je pense que le décor est planté. Maintenant place à la galère. Déjà pour moi ça commence au départ. Car j'ai compris que le speaker (qui ne parle qu'Allemand), a débuté un compte à rebours, mais vu que je n'y comprends rien, je ne sais pas du tout où il en est. C'est seulement quand j'ai vu que les autres coureurs étaient en position de départ que j'ai compris que c'était très proche. Et c'était le cas.



Nous sommes sur la partie la plus facile du parcours. En effet, 100 mètres de plat dans cette rue du départ. Mais nous tournons sur la droite, avec un premier faux-plat montant, et encore 100 mètres plus loin, avec des pourcentages tout de suite sacrément coton. Ça fait une très longue courbe et je ne sais pas trop si je dois prendre la corde pour éviter le plus de dénivelé ou prendre l'extérieur. En fait, je ne sais même pas ce que je prends. Je regarde mes pieds en courant, et je suis déjà en galère. Au bout d'un kilomètre, ça remonte encore plus. Nous arrivons dans un petit quartier fort sympathique du haut de Wald, avec une jolie fontaine datée de 1889. J'y ferais bien une petite halte, mais je me dis que ce n'est que le début, alors poursuivons. J'arrive une partie qui n'est pas une route bitumée. Un passe herbeux avec des pourcentages de fou. Je me dis que dès qu'il y en a un qui marche devant moi, j'en fais autant. Mais en fait, je ne vois personne faire ça et au bout d'un moment, bah c'est moi qui me mets à marcher seul. Je suis incapable de courir, trop dur. J'essaye de repartir, mais en vain. Une fois que je quitte l'herbe, je retrouve la route et même si le pourcentage est aussi élevé, je reprends tout de même ma course. Mais je vois quand même que beaucoup d'autres personnes marchent.






La route serpente quand nous quittons Wald. Nous sommes en pleine campagne Suisse. Que c'est beau. Que ça monte. Que ça fait mal. Nous courons (ou marchons c'est selon le moments) au son des cloches des vaches. Les animaux ici doivent avoir de sacrés mollets avec les pâturages aussi escarpés. Par moment je me remets à marcher, puis à courir et à remarcher, … C'est trop dur. Avec la chaleur, je n'arrête pas de goutter au sol. J'évite de trop regarder sur ma droite même si le paysage est merveilleux, car il y a un précipice en à-pique, et vu mon légendaire vertige … Un virage très serré sur la gauche arrive ensuite. Je le fais en marchant. Puis, plus haut, nous tournons à droite avec le ravitaillement à Faltigberg. J'avais repris la course, mais je m'arrête pour boire et me glisser une éponge sous la casquette. C'est ensuite reparti. Cette partie est beaucoup plus facile. Ça monte en faux-plat et en plus, nous sommes à l'ombre. Ça doit être l'endroit où je vais le plus vite, mais c'est de courte durée car ça remonte sec.









Mais ce n'est rien avec ce qui nous attend. J'arrive au niveau du parking où se trouve ma voiture, puis nous tournons sur la gauche direction Farner Alp. D'entrée, ce sont des pourcentages de fou. Quand j'arrive à lever la tête, je m'aperçois que quasiment tout le monde devant moi, marche. Enfin, essaye de marcher, car c'est vraiment trop dur. Au début les pulsions ont du mal à descendre. Je suis en surrégime en marchant ! Je ne pensais pas que c'était possible ça. C'est un chemin d'alpage avec des traces en béton pour le passage de roues. C'est vraiment très raide et le paysage est de plus en plus merveilleux. A un moment j'essaye de recourir, mais ça ne dure que 100 mètres. Je n'y arrive vraiment pas. Je ne suis pas le seul. Quelques spectateurs m'encouragent par mon prénom. Il est noté sur le dossard. Mais j'ai l'impression de m'appeler ''HOP HOP HOP'', car en Suisses, les encouragements se font en criant : ''HOP HOP HOP''. 







A chaque fin de lacet, je me dis que l'arrivée est peut-être au virage suivant, mais c'est toujours la même réponse : NON. Petit passage en sous-bois où on quitte le bitume pour trouver un sol en terre puis en cailloux. C'est à cet endroit que je me relance. Mais ça ne va vraiment pas vite. Impossible d'aller un autre rythme que celui que je fais. Je sors de cette partie boisée et je vois enfin la ligne d'arrivée qui est là tout en haut. Mais pourquoi je me suis lancé dans cette course ??? Un peu maso, mais allez un dernier effort. Le problème c'est que les courtes distances habituelles, deviennent de très très longues distances en montagne. Je franchis enfin la ligne d'arrivée 201ème/263 en 45'14''.









J'avais dit avant la course que je visais 45', mais honnêtement je pensais que j'avais visé très large. En fait j'ai tout donné, et une fois en haut je me sens limite pas bien, envie de tomber, tout tourne, … Dire que ce n'est que la première étape ! Au ravitaillement, on nous propose une boisson énergisante, qui est très bonne et fait beaucoup de bien. Maintenant il faut redescendre ces 1500 mètres et je comprends bien pourquoi j'en ai ch**, car même en descendant … ça fait mal. Des pourcentages à plus de 20 % pendant ces 1500 mètres. Même ma voiture n'aurait pas voulu y aller ! Au classement de la Berglauf Cup Zürgler Oberland, je suis classé après cette première étape 47ème de ma catégorie avec 1240 points. Pour information, je suis en catégorie senior 2. Les catégories Suisses n'étant pas les mêmes qu'en France. Petit pique nique, puis j'espère une bonne nuit réparatrice avant la prochaine étape qui se profile déjà demain soir.  

Aucun commentaire: