.

.

TOPS 10

TOPS 10

Les 10 Bornes de la Saint-Médard à Brunoy (91)

Samedi 3 juin 2017


A la base je devais aller faire le 10 km de Brouchy dans la Somme, mais j'ai du me raviser et en regardant le calendrier sur le site de la Fédération Française d'Athlétisme, j'ai vu que se courait ce soir, la course des 10 Bornes de la Saint-Médard dans le commune de Brunoy (91). Pas trop loin de chez moi, donc moins de route et comme je suis un peu fatigué de ma course d'hier soir, je vais opter pour le 5,1 kilomètres qui va débuter à 19 heures. Autant je n'aime pas courir l'après-midi, surtout à partir de 14h00, autant j'aime courir le soir comme hier et donc aujourd'hui. Ce n'est pas la première fois que je vais courir ici mais par contre ça sera la première fois sur cette distance. En effet, j'ai participé au 10 kilomètres ici à Brunoy en 2011, 2013 et 2014 avec toujours une météo extrême : deux fois la canicule et une fois le déluge de chez déluge. Cette année ça va être de la pluie mais sans véritable déluge.


Je me stationne à un petit kilomètre du Stade Municipal de Brunoy où le village de la course est dressé. Puis je vais m'inscrire. Je remplis mon bulletin d'inscription et je donne mon règlement contre le dossard numéro 5175. Ensuite, je me rends au stand voisin afin d'y retirer mon cadeau, un beau débardeur orange qui sera fort utile pour l'entraînement de cet été. Il continue de pleuvoir mais au moins la température n'est pas trop élevée. C'est même idéal pour courir. Je me rends ensuite à la voiture pour me préparer puis je vais courir un peu moins de 3 kilomètres en guise d'échauffement. J'y croise Nicolas Paineau, un copain de mon ancien club de Marne-et-Gondoire Athlétisme. Il va participer au 10 kilomètres.





Le speaker de la course n'est autre que celui qui officie chaque année sur l'excellente classique internationale Marseille-Cassis. Un gars simple, sympa, qui aime les coureurs et qui à une sacrée gouaille. Il présente le parrain de la course de cette année. Il s'agit de Pascal Pich, quintuple Champion du Monde de double Ironman, de triple Ironman et de déca Ironman. Il est détenteur de 10 records du monde et Champion d'Europe de triple Ironman et Champion du Mexique d'Ironman. Pas mal tout ça !


Je me rends Avenue des Peupliers à la hauteur du marché couvert, où l'arche de départ est implantée. Il pleut bien fort pour le moment. Un dernier pipi puis je me glisse dans le sas de départ. J'étais sur le côté gauche mais très mal placé alors je traverse pour aller de l'autre côté et ça va beaucoup mieux. Le speaker nous annonce que nous sommes un peu moins de 250 coureurs sur cette première course. Le seul handisport, venu de la région Orléanaise, s'élance.





Deux minutes plus tard, le coup de pistolet retentit. C'est le Maire de Brunoy qui a donné le départ. Sur ma gauche, il y a un gros groupe de coureurs parti comme des fusées. Ils sont carrément partis au sprint. Ne surtout pas se laisser piéger. Moi je pars normalement sans être vraiment gêné. Cette première ligne droite est en faux-plat montant et mine de rien ça s'en fait ressentir. Un virage à gauche assez serré, surtout avec la pluie qui tombe, puis un second un peu plus loin, toujours à gauche. Je commence à doubler en me calant derrière un coureur vêtu de noir. Puis quand nous arrivons sur un rond-point, juste au km 1, nous tournons à droite Avenue d'Orléans. C'est une immense ligne droite de 1,5 kilomètre. Les 500 premiers mètres sont sur bitume, puis nous entrons dans la Forêt de Sénart. Cette longue ligne droite devient la Route Forestière d'Orléans. Ça va un peu vite pour moi, même si j'insiste. Les deux premières féminines qui étaient juste derrière moi, me passent ainsi que deux autres garçons. J'essaye de rester derrière mais ce n'est pas facile.


Après le km 2,5, nous tournons deux fois à gauche pour prendre un chemin parallèle au Chemin Forestier d'Orléans. Il s'agit de la Route de Gannes. Je me retrouve totalement seul. Au km 3, nous trouvons un sol de sable. Mais comme il pleut bien, le sable est donc assez dur. La troisième féminine qui est du club de Créteil est juste derrière moi. Qu'est-ce que c'est long ces lignes droites, mais le parcours est quand même très sympa. Nous finissons par sortir de la Forêt de Sénart. Un double virage gauche-droite très glissant. En effet, le virage à gauche se fait dans la boue, puis celui à droite sur le bitume mais détrempé. Me voilà Avenue des Platanes. Nous sommes un petit groupe de trois. Un coureur en bleu, puis la troisième féminine qui m'a passé, et moi. Sur le trottoir, j'aperçois Nicolas qui m'encourage et qui me donne surtout d'excellents conseils. J'étais en train de lâcher prise mais je me ressaisis et je raccroche le wagon. J'entends encore les cris de Nicolas quand on tourne à gauche Rue Dupont Chaumont. Dans le virage à droite qui mène à la Rue des Grès, le long de l'enceinte du Stade Municipal, je passe la féminine et lui disant de s'accrocher. Un peu plus bas, il faut négocier un virage très serré et très glissant sur la gauche afin de pénétrer dans l'enceinte du Stade. Une petite montée et je me retrouve sur la piste d'athlétisme. Il faut faire la moitié d'un tour. Après avoir fait le virage, me voilà à l'entrée de la dernière ligne droite au km 5. Plus que 100 mètres. Je ne relâche pas du tout mon effort et je franchis la ligne d'arrivée 44ème/220 en 20'12'', pour 5,1 km.





15,15 km/h. Hier c'était 15,22. Ca va car je ressentais un peu de fatigue et surtout la moitié du parcours en forêt n'était pas vraiment roulante. Je passe au ravitaillement où je prends un gobelet de coca et des morceaux de gaufres. Puis je me rends vite fait à la voiture pour me changer afin d'éviter d'attraper froid. Quand je suis entièrement changé, je reprends la direction de l'arche de départ pour encourager Nicolas. Je vais profiter de sa course pour couper un maximum possible et le voir le plus souvent. Ca va me faire une bonne récupération.


Je le retrouve Avenue des Peupliers. Je lui annonce que c'est le support du Champion Départemental de l'Essonne, donc ça pourrait être bien relevé. Je lui conseille aussi de se rendre rapidement dans le sas de départ afin qu'il ne soit pas trop mal placé. Ensuite je pars sur le parcours pour l'encourager.
Les photos de la course de Nico sur l'ensemble du parcours :











Il a tout donné sur ce parcours assez exigeant. La dernière ligne droite est le symbole de sa course où il n'a rien lâché. Il va terminé à la 24ème place en 36'05'' (2ème master 2). Il n'est qu'à 15 petites secondes de son record perso sur la distance ! Ca promet pour les courses à venir !



Pendant que j'appelle Franck Borderon, un autre copain du club de Marne-et-Gondoire Athlétisme, pour lui donner nos résultats, Nico part se changer à sa voiture.



Nous revenons ensuite afin de participer à la remise des récompenses. Après que les podiums du 5 kilomètres soient effectués (moi je termine 9ème master 1), c'est au tour des scratchs femmes et hommes du 10 km à monter sur le podium avec les deux premiers hommes en moins de 30 minutes.






Puis, alors qu'un arc-en-ciel fait son apparition, Nicolas est appelé à monter sur le podium pour récompenser son excellente deuxième place en master 2. Nous ne nous attardons pas plus, car pour moi j'ai encore une course demain matin dans le nord Seine-et-Marne à Saint-Pathus. J'hésite entre faire le 5 ou le 10 kilomètres. La nuit va me porter conseil. Content d'avoir passé du temps avec Nico et bravo à lui !

Aucun commentaire: