.

.

TOPS 10

TOPS 10

Les 10 km de Rivery (80)

Vendredi 9 juin 2017

Après un marathon, des courses courtes (5 à 6 kilomètres pour retrouver un semblant de vitesse) et une semaine avant mon départ pour la région Nancéenne afin de participer à la course à étapes des 6 Jours du Toulois, je retrouve un 10 kilomètres, qui est ma distance fétiche. J'ai choisi la course des 10 kilomètres de Rivery qui va se courir en début de soirée ce vendredi. Un horaire un peu atypique qui est également accompagné d'un circuit qui sort de l'ordinaire. En effet, c'est assez rare qu'une course de cette distance se court sur une boucle à faire à quatre reprises. Ça va me rappeler les corridas de fin d'année que j'affectionne particulièrement.


Géographiquement, la ville de Rivery se trouve dans la Somme, collée à Amiens par le Nord-Est. Il n'y a aucune coupure entre la ville aux 132 000 habitants et celle aux 3 500 âmes. La course organisée sur cette petite commune des Hauts-de-France, est conjointement mise sur pied par la municipalité de Rivery et le club d'athlétisme de l'US Camon. Pour clore la soirée, une caméra Go Pro sera à gagner au tirage au sort. La chance devra donc se tourner du bon côté pour une fois car le cadeau me plaît bien !



J'arrive sur Rivery vers 18h30. Il me reste pas mal de temps avant le départ de la course. Hier soir, Saliha, la vainqueure sortante, m'a dit qu'elle viendrait peut-être sur la course car elle habite à côté mais ce n'est pas facile avec la période du ramadan. Elle m'a surtout prévenu que le parcours était bien difficile. Moi qui pensait que le 10 kilomètres de Rivery était tout plat, me suis planté sur le coup. Quand je sors de la voiture je retrouve Guillaume que j'ai connu il y a deux semaines à Esmery-Hallon, également dans la Somme.



Je me rends dans le Gymnase Georges Buffenoir pour y retirer mon dossard. Il faut préalablement repérer son numéro de dossard pour les pré-inscrits comme c'est mon cas. Je m'étais inscrit par internet en début de semaine. Il ne me reste plus qu'à m'acquitter du montant de 6 euros. Vraiment pas cher pour une course à label régional. Aujourd'hui, je vais porter le dossard numéro 62.



Retour à la voiture pour aller préparer ma tenue et surtout épingler le dossard sur mon débardeur. Pour le moment je ne l'enfile pas, je vais aller m'échauffer avec un autre tee-shirt. Comme le circuit de la course est court, il ne fait que 2,5 kilomètres, je pars le reconnaître en footing avec Guillaume. Et pour le peu qu'on puisse dire c'est que la course ne va pas être de tout repos. Il y a beaucoup de parties montantes et également un vent assez conséquent. Malheureusement ce vent de face se situe dans les parties montantes. Laurence vient me faire un coucou. Elle fait partie du club de Camon et sera aujourd'hui à l'organisation.


Il est l'heure de se rapprocher de la ligne de départ qui est située tout en bas de la Rue Jules Verne, soit une cinquantaine de mètres en dessous de celle d'arrivée. Il y a peut-être un peu moins de 150 coureurs à s'y présenter. Ce n'est déjà pas si mal avec l'horaire et un tel jour pour une course. Je me place en deuxième ligne juste devant Guillaume et juste derrière Saliha. Le maire de Rivery va donner le départ et après que le compte à rebours se soit achevé, le coup de pistolet libère tous les coureurs. 






Nous remontons la Rue Jules Verne (hé oui ça monte déjà). Au bout de 50 mètres nous passons sous l'arche d'arrivée et une centaine de mètres plus loin encore, nous arrivons à la Place Jean-Jacques Rousseau. Nous prenons la première sortie pour la seule vraie descente du parcours Rue Roland Dorgeles. Je me suis calé juste dans la foulée de Saliha. J'avais peur de ce début de course à cause de la descente et du fait de me laisser embarquer sur un rythme trop rapide et c'est l'erreur que je fais finalement quand je me place à côté de Saliha. Nous échangeons quelques mots. Enfin c'est plutôt elle qui me parle, moi j'ai beaucoup de mal à sortir quelques mots. Une fois en bas, nous tournons à gauche Rue Laennec. C'est la partie la plus plate du circuit et aussi là où le ravitaillement y est installé. Mais je ne vais pas m'en préoccuper aujourd'hui. Une fois au bout, nous tournons à gauche Rue Paul Boudin. C'est le début de la longue montée avec un vent défavorable. Plus loin, nous tournons à gauche Rue Jacques Brel où ça monte encore un peu plus fort et ce coup-ci, le vent est carrément de face. Je tourne ensuite à droite Avenue André Carpentier où il s'agit maintenant plus d'un faux-plat montant. Mais ce n'est pas de tout repos. La montée fait pratiquement un kilomètre. Nous tournons à gauche Rue Louise Michel. C'est plat mais le vent est encore présent. Il s'engouffre dans la zone pavillonnaire. S'ensuit un léger faux-plat descendant Rue Boris Vian en direction de la Place Jean-Jacques Rousseau. J'y arrive et c'est au moment où nous reprenons la première sortie à droite Avenue du Petit Fort, que ça remonte. Mais c'est beaucoup plus court. La chaussée est très large et serpente. J'essaye de prendre au plus court. Nous prenons ensuite deux fois sur la gauche, toujours dans une zone pavillonnaire mais sur du plat. Saliha est revenue juste à mes côtés, mais c'est difficile pour moi. Je suis parti bien trop vite. Nous tournons une dernière fois sur la gauche pour arriver à nouveau sur la Place Jean-Jacques Rousseau, signe de fin de premier tour.





Il y a beaucoup de monde à cet endroit. Juste au début de la descente de la Rue Roland Dorgeles, je me fais lâcher. Saliha se retourne pour m'encourager. Je la vois même ralentir car sans accélérer je reviens un peu. Mais une fois en bas sur la Rue Laennec, je laisse partir. L'erreur du début en partant trop vite, je la paye cash. Passage devant le ravitaillement, et un peu plus loin j'entame la remontée qui débute par le Rue Paul Boudin. Je pioche beaucoup et franchement je vais beaucoup moins vite même si je garde en point de mire le groupe de Saliha. Je décide de poursuivre un peu plus tranquillement. Mais j'ai un peu de mal à retrouver mon second souffle. Une fois tout en haut, nous retournons vers la Place Jean-Jacques Rousseau avant de regrimper par la droite. C'est un peu plus difficile quand même pour moi. La fin de la boucle ne m'est pas propice car je continue à perdre des places. J'essaye à chaque fois de m'accrocher mais je lâche toujours rapidement. Nous voilà à la fin de la boucle et donc à la mi-course. Un organisateur, avec le chrono de la course à la main, nous donne notre temps de passage au km 5 : 20'47''. C'est très moyen et surtout je n'avance plus.




J'entends Laurence m'encourager et j'ai le temps de lui répondre. J'entends d'autres ''Allez Jeff''. Sympa. Je profite de la descente pour récupérer un peu de jus et ça va mieux sur le plat de la Rue Laennec. Je me désintéresse toujours du ravitaillement placé à côté du stade. Pas facile la montée qui suit pour moi. Juste au kilomètre 6, Guillaume me double. Nous échangeons quelques mots et je lui dis que j'estime qu'il va terminer deux minutes avant moi. Je ne peux pas accélérer et lui avance vraiment bien. Son record qui est modeste alors qu'il vaut bien mieux que ça est au bout de cette course. Je remonte après la Place Jean-Jacques Rousseau, puis le plat me ramène à cette fameuse Place, synonyme de fin de troisième tour et surtout il n'en reste plus qu'un seul. Je gère tranquillement ma fin de course sans me faire mal et sans puiser. Je n'ai jamais réussi à me relancer suite à mon départ de course trop rapide. Je repousse les coureurs derrière moi. J'ai perdu assez de place, alors le coureur qui est revenu à ma hauteur va rester derrière moi. C'est pour ça que j'accélère. Il m'en reste sous la semelle, normal avec ma course complètement ratée ! Je reviens pour la dernière fois Place Jean-Jacques Rousseau. Au lieu d'entamer un cinquième tour, nous tournons à droite Rue Jules Verne pour la dernière ligne droite en faux-plat descendant. Je termine 41ème/111 en 43'10''.








Je retrouve Guillaume très satisfait de sa course, il a terminé 30ème en 41'32''. Son record a été battu. Félicitations à lui. Brahim Zouaoui gagne la course chez les hommes et c'est bien évidemment l'excellente Saliha qui l'emporte chez les femmes dans un temps très ''footing'' pour elle : 39'59''. Stéphane, qui accompagnait un copain, termine 48ème en 43'54''. Je vais vite fait changer mon haut, puis je pars avec Guillaume faire une grosse partie d'une boucle en guise de récupération.





Nous allons nous changer entièrement, puis nous rejoignons le Gymnase Georges Buffenoir. A l'extérieur il y le ravitaillement final. Je m'y rends prendre de quoi boire et manger. Ensuite nous allons rejoindre Laurence à l'intérieur du gymnase pour assister à la cérémonie des récompenses.




Un grand merci à Adilio pour ces magnifiques clihés photographiques qui nous replongent au coeur de la course. C'est une course bien organisée, mais vraiment pas facile du tout. Quand on n'est pas bien, on n'est pas bien. Mais ça demande à être retenté un jour !

Aucun commentaire: